Logo du site

Pour l’Église, la libre circulation est la règle


« Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, de sorte que les biens de la Création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité », nous dit le Concile Vatican II dans Gaudium et spes (69). Selon la doctrine sociale de l’Église catholique, tout homme a non seulement le droit de vivre en sécurité (ce qui fonde le droit d’asile), mais aussi de disposer des ressources lui permettant de vivre dignement. Au nom de ce principe (dit de « destination universelle des biens »), si ces ressources ne sont pas disponibles chez lui, il a le droit d’aller les chercher ailleurs. Ce n’est pas une faveur, c’est un droit. Cela crée, pour les nations riches, un véritable devoir d’accueil, ainsi formulé dans l’article 2241 du catéchisme de l’Église catholique : « Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine. »

Ce devoir d’accueil entre parfois en conflit avec un autre principe, également reconnu par la doctrine catholique, celui du respect de la souveraineté de l’État. En un tel cas, c’est le premier qui doit prévaloir, car, comme le dit Mgr Luis Morales Reyes (président de la conférence épiscopale du Mexique), « le don de la terre à l’homme, la destinée universelle des biens par désir du Créateur et la solidarité humaine, sont antérieurs aux droits des États ». Par conséquent, « les États et leurs lois légitimes de protection des frontières seront toujours un droit postérieur et secondaire par rapport au droit des personnes et des familles à la subsistance1 ».

Réguler, en vue du seul bien commun

L’affirmation du droit de tout homme à aller chercher des « ressources vitales » dans « les nations mieux pourvues », s’il n’en dispose pas chez lui, ne concerne que les situations où la migration est une question de survie. Notons qu’il faut prendre l’expression « ressources vitales » au sens strict : ressources nécessaires à la vie. Il n’est pas question d’aller prendre ailleurs des ressources pour améliorer son confort ou flatter sa volonté de puissance (coloniale, par exemple) ! Quand la survie n’est pas en jeu, la doctrine catholique reconnaît aux États le droit de réglementer l’accès à leur territoire, mais seulement à titre d’exception au principe général : la liberté de se déplacer et de « se fixer » à l’étranger. C’est ce que soulignait Jean XXIII, en 1963 : « Tout homme a le droit (…), moyennant des motifs valables, de se rendre à l’étranger et de s’y fixer. Jamais l’appartenance à telle ou telle communauté politique ne saurait empêcher qui que ce soit d’être membre de la famille, citoyen de la communauté universelle où tous les hommes sont rassemblés par des liens communs » (Pacem in terris 25). Paul VI verra dans cette liberté un droit de la personne humaine : « Les autorités publiques nieraient injustement un droit de la personne humaine si elles s’opposaient à l’émigration ou à l’immigration… à moins que cela soit exigé par des motifs graves et objectivement fondés, relevant du bien commun2. »

Seule la considération du bien commun, notion centrale dans la doctrine sociale de l’Église, peut donc légitimer des mesures restreignant la liberté de migrer. Cette notion, quelle que soit l’interprétation qu’on en donne, ne saurait inclure des intérêts catégoriels, ni même exclusivement nationaux. En effet, les textes de l’Église accolent presque toujours l’adjectif « universel » à toute mention du bien commun. Les autorités politiques d’un pays ont donc le droit et le devoir de rechercher celui de leur peuple, mais ils ne peuvent le faire sans tenir compte de celui de l’humanité. C’est un point essentiel de l’enseignement de Jean-Paul II : « La poursuite du bien commun d’une communauté politique particulière ne peut être opposée au bien commun de l’humanité3. » Tout ceci permet d’affirmer que l’Église ne se contente pas de défendre au cas par cas les droits des migrants. Elle invite aussi à aller vers une gouvernance mondiale des migrations.



Les plus lus

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Dans un contexte de pandemie que faire de la dette publique Pour l'economiste Gael Giraud son annulation est d'ores et deja possible grace a la Banque centrale europeenne Depuis le debut de la pandemie le deficit budgetaire se creuse Le quoi qu'il en coute n...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine Existe t il des conflits à proprement parler religieux A priori on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés se réclamant de par le monde de leurs...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s'opposer comme deux philosophies de l'homme et de la société Pourtant le socialisme est aussi une philosophie de la liberté Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d'attaquer violemment dès ses premières formulations la présomption fatale du socialisme...

Du même dossier

Libre circulation : de l’idéal au politique

Si quitter son pays est inscrit dans les droits de l’homme, entrer dans un autre que le sien ne l’est pas. Longtemps traité sous l’angle de l’émigration, c’est l’immigration qui interroge aujourd’hui ce qu’implique la liberté de circuler, aux niveau régional et mondial, au plan politique, économique et social. Si quitter son pays est inscrit dans les droits de l'homme entrer dans un autre que le sien ne l'est pas Longtemps traité sous l'angle de l'émigration c'est l'immigr...

Une autre politique d’immigration est-elle possible ?

Les gouvernements veulent satisfaire l’opinion en maltraitant les sans-papiers, chargés des maux de notre société : délinquance, travail au noir, concurrence illégale menaçant l’équilibre social, etc. Dans le même temps ils satisfont les employeurs en tolérant cette main-d’œuvre bon marché, corvéable à merci. Pour Emmanuel Terray, ce compromis intenable évoluera d’abord du fait des migrants eux-mêmes. Les gouvernements veulent satisfaire l'opinion en maltraitant les sans p...

L’Europe forteresse : à quel prix ?

La politique migratoire de l’Europe se durcit, profitant des tensions entre États, des peurs véhiculées au sein des populations. Elle alimente les marchés de la sécurité et du contrôle. Pourtant, elle s’avère largement inefficace. Une alternative ? Mesurer la richesse que constituent les migrants et inventer d’autres politiques. La politique migratoire de l'Europe se durcit profitant des tensions entre États des peurs véhiculées au sein des populations Elle alimente les marchés...

Du même auteur

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Le deces de M Giscard d'Estaing il y a quelques mois a offert l'occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos ecrans les armes nucleaires de la France De tous nos anciens presidents qui peuvent seuls appuyer sur le bouton Giscard est l'unique a avoir reconnu dans ses memoires qu'il aurait refuse d'accomplir le geste que prevoit pourtant la doctrine strategique officielle en cas de grave menace sur le pays Quoi qu'il arrive je ne prendrai jamais l'initiative d'un...

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Si les categories actuelles sont desajustees par rapport a ce que vive...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Qui ne connait un temps d'hesitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour designer une personne venue d'ailleurs Vaisje dire migrant refugie etranger demandeur d'asile exile sanspapiers expatrie La question ne meriterait pas un dossier de la Revue Projet s'il ne s'agissait que d'exactitude lexicale Mais chacun percoit que toute application d'une categorie a une personne a d'importants enjeux juridiques politiques sociaux relationnels culturels etc C'est parce qu'il y a derrier...

1 Message du 15 novembre 2002, cité dans Bernard Fontaine, Les Églises, les migrants et les réfugiés, L’Atelier, 2006, p. 19.

2 Pastoralis migratorum cura, La Documentation catholique, 1970, n°1555, pp. 58-72.

3 Message du 1er janvier 2000.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules