Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Pour l’Église, la libre circulation est la règle


« Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, de sorte que les biens de la Création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité », nous dit le Concile Vatican II dans Gaudium et spes (69). Selon la doctrine sociale de l’Église catholique, tout homme a non seulement le droit de vivre en sécurité (ce qui fonde le droit d’asile), mais aussi de disposer des ressources lui permettant de vivre dignement. Au nom de ce principe (dit de « destination universelle des biens »), si ces ressources ne sont pas disponibles chez lui, il a le droit d’aller les chercher ailleurs. Ce n’est pas une faveur, c’est un droit. Cela crée, pour les nations riches, un véritable devoir d’accueil, ainsi formulé dans l’article 2241 du catéchisme de l’Église catholique : « Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine. »

Ce devoir d’accueil entre parfois en conflit avec un autre principe, également reconnu par la doctrine catholique, celui du respect de la souveraineté de l’État. En un tel cas, c’est le premier qui doit prévaloir, car, comme le dit Mgr Luis Morales Reyes (président de la conférence épiscopale du Mexique), « le don de la terre à l’homme, la destinée universelle des biens par désir du Créateur et la solidarité humaine, sont antérieurs aux droits des États ». Par conséquent, « les États et leurs lois légitimes de protection des frontières seront toujours un droit postérieur et secondaire par rapport au droit des personnes et des familles à la subsistance1 ».

Réguler, en vue du seul bien commun

L’affirmation du droit de tout homme à aller chercher des « ressources vitales » dans « les nations mieux pourvues », s’il n’en dispose pas chez lui, ne concerne que les situations où la migration est une question de survie. Notons qu’il faut prendre l’expression « ressources vitales » au sens strict : ressources nécessaires à la vie. Il n’est pas question d’aller prendre ailleurs des ressources pour améliorer son confort ou flatter sa volonté de puissance (coloniale, par exemple) ! Quand la survie n’est pas en jeu, la doctrine catholique reconnaît aux États le droit de réglementer l’accès à leur territoire, mais seulement à titre d’exception au principe général : la liberté de se déplacer et de « se fixer » à l’étranger. C’est ce que soulignait Jean XXIII, en 1963 : « Tout homme a le droit (…), moyennant des motifs valables, de se rendre à l’étranger et de s’y fixer. Jamais l’appartenance à telle ou telle communauté politique ne saurait empêcher qui que ce soit d’être membre de la famille, citoyen de la communauté universelle où tous les hommes sont rassemblés par des liens communs » (Pacem in terris 25). Paul VI verra dans cette liberté un droit de la personne humaine : « Les autorités publiques nieraient injustement un droit de la personne humaine si elles s’opposaient à l’émigration ou à l’immigration… à moins que cela soit exigé par des motifs graves et objectivement fondés, relevant du bien commun2. »

Seule la considération du bien commun, notion centrale dans la doctrine sociale de l’Église, peut donc légitimer des mesures restreignant la liberté de migrer. Cette notion, quelle que soit l’interprétation qu’on en donne, ne saurait inclure des intérêts catégoriels, ni même exclusivement nationaux. En effet, les textes de l’Église accolent presque toujours l’adjectif « universel » à toute mention du bien commun. Les autorités politiques d’un pays ont donc le droit et le devoir de rechercher celui de leur peuple, mais ils ne peuvent le faire sans tenir compte de celui de l’humanité. C’est un point essentiel de l’enseignement de Jean-Paul II : « La poursuite du bien commun d’une communauté politique particulière ne peut être opposée au bien commun de l’humanité3. » Tout ceci permet d’affirmer que l’Église ne se contente pas de défendre au cas par cas les droits des migrants. Elle invite aussi à aller vers une gouvernance mondiale des migrations.



J'achète Le numéro !
Migrations : quelle autre politique pour l'Europe ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Migrations : un manque de cohérence politique

Il y a un an, la Revue Projet posait la question : « Migrations : quelle autre politique pour l’Europe ? ». Le 8 octobre 2013, suite au drame de Lampedusa, la Revue Projet et ses partenaires, le CCFD-Terre Solidaire et le Service jésuite aux réfugiés interpellaient ouvertement le gouvernement français et la Commission européenne. Nous avons demandé à Catherine Wihtol de Wenden, spécialiste des migrations, d’analyser leurs réponses. Il y a quelques jours, une embarcation de migrants coulait au la...

L’Europe forteresse : à quel prix ?

La politique migratoire de l’Europe se durcit, profitant des tensions entre États, des peurs véhiculées au sein des populations. Elle alimente les marchés de la sécurité et du contrôle. Pourtant, elle s’avère largement inefficace. Une alternative ? Mesurer la richesse que constituent les migrants et inventer d’autres politiques. Les origines de l’espace Schengen expliquent en partie son bilan actuel : la réalisation de ce projet exceptionnel de libre circulation des personnes entre les pays memb...

Gouverner autrement les migrations

L’idée d’une nouvelle gouvernance mondiale de la mobilité des personnes est devenue récurrente ces dernières années. Elle apparaît comme une alternative possible à la vision sécuritaire, sclérosée et inefficace, mise en œuvre dans plusieurs zones du monde, en particulier aux frontières de l’Europe et des États-Unis. Convaincu de la nécessité de sortir de cette gestion des migrations fondée sur la seule souveraineté nationale, le CCFD-Terre Solidaire plaide pour que la société civile trouve une ...

Du même auteur

Bon sens et désobéissance

Fin septembre, le Conseil municipal de Poitiers a accordé à l’association Alternatiba une subvention que le préfet de la Vienne entend faire annuler, au motif que cette association non violente organise des formations à la désobéissance civile. Peu après, un collectif de « scientifiques en rébellion », spécialistes du climat, déclarait que les actes de désobéissance civile sont légitimes pour « alerter la population, les décideur·ses et les entreprises sur l’urgence de la situation ». Ces affai...

L’embarras des mots

Les multiples expressions de la violence favorisent la confusion autour du terme même. Pour éviter les chausse-trappes sémantiques, un éclaircissement lexical s’impose. Le champ sémantique du mot « violence » recouvre plusieurs notions assez proches qu’il importe pourtant de distinguer – en particulier, celles de force et d’agressivité. Quant à la notion même de violence, elle est loin d’être univoque. Des clarifications semblent donc nécessaires.Quand une person...

Désobéir, un acte politique

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ? Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’a...

1 Message du 15 novembre 2002, cité dans Bernard Fontaine, Les Églises, les migrants et les réfugiés, L’Atelier, 2006, p. 19.

2 Pastoralis migratorum cura, La Documentation catholique, 1970, n°1555, pp. 58-72.

3 Message du 1er janvier 2000.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules