Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Internet réinvente-t-il le militantisme ?

Protéger ses données sur Internet Premiers pas

Crédits : Guzaliia Filimonova / istock
Crédits : Guzaliia Filimonova / istock

La moindre de nos recherches sur Internet génère des informations sur nous. Pour éviter d’être «tracé» et protéger sa vie privée, quelques techniques simples.


1. Garder son système à jour

Sans quoi, des virus peuvent s’introduire par des failles.

2. Changer de navigateur

Navigateur : logiciel utilisé par un ordinateur pour effectuer des requêtes et afficher des pages web. Les plus connus : Google Chrome, Safari, Firefox, Internet Explorer…

Firefox est un logiciel libre : exécuté gratuitement, son code source peut être lu, étudié, modifié et redistribué par tous. Chaque utilisateur est libre d’envoyer des propositions d’amélioration aux développeurs principaux de Firefox, afin que ceux-ci l’intègrent dans une mise à jour officielle. Chacun peut aussi créer sa propre version indépendante du logiciel.

Les autres navigateurs cités sont des logiciels propriétaires : l’utilisateur n’a aucun moyen de savoir ce qui est fait de ses données ou comment le navigateur fonctionne.

3. Changer de moteur de recherche

Moteur de recherche : un site web qui, sur demande de l’utilisateur, propose des pages web correspondant à un ou des mots-clés.

Qwant est une entreprise française bénéficiant de financements européens, qui ne piste pas les utilisateurs.

Startpage est un intermédiaire entre l’utilisateur et Google. Les recherches mèneront aux mêmes résultats qu’en utilisant Google Search, mais Startpage masque l’identité de l’utilisateur (l’adresse IP) afin que Google ne puisse pas savoir qui fait les recherches.

Lilo est une entreprise française qui rassemble les résultats de plusieurs moteurs de recherche. Ses serveurs sont hébergés en France. 50 % de ses revenus, générés par les liens commerciaux, sont reversés à des projets sociaux. Lilo ne piste pas ses utilisateurs et sa publicité, proposée uniquement en fonction de la recherche faite, n’est pas ciblée.

Attention ! Ecosia renvoie les résultats de Microsoft Bing. Il finance en effet la plantation d’arbres, mais piste ses utilisateurs et sa publicité est ciblée. Il n’est donc pas une alternative si l’on souhaite protéger sa vie privée.

4. Ajouter des extensions

Extensions : fichiers informatiques qui permettent d’ajouter des fonctionnalités au navigateur utilisé. Pour les télécharger sur Firefox, il faut aller sur Menu/Modules complémentaires/Extensions. Voici trois extensions utiles pour la protection de données :

HttpsEverywhere active automatiquement le chiffrement « https » sur les sites le prenant en charge. Le « s » signifie « secure ». Il faut savoir que si l’adresse du site sur lequel vous êtes commence par « http:// », toutes vos données (identifiant, mot de passe) seront transmises sans chiffrement. Autrement dit, il sera facile pour une personne mal intentionnée de les récupérer. En revanche, en « https », toutes les données sont chiffrées et donc sécurisées.

uBlock Origin bloque les publicités et les pisteurs des sites web que vous consultez. Cette extension est beaucoup plus légère qu’AdBlock.

Privacy Badger détecte les traqueurs et les bloque. Les traqueurs sont des petits fichiers informatiques, déposés par des entreprises souhaitant récupérer les données de l’utilisateur. Par exemple, la plupart des boutons Facebook présents sur de nombreux sites sont des traqueurs. Ils peuvent transmettre à Facebook des données comme les sites visités (si ceux-ci contiennent aussi des traqueurs) et la durée des visites, même si vous ne cliquez pas dessus ou n’avez pas de compte Facebook

5. Utiliser des services alternatifs

Les services fournis par Google, Facebook, Amazon et Microsoft ou par d’autres logiciels propriétaires comme Wetransfer ou Dropbox sont tellement performants qu’on ne sait pas toujours comment s’en passer. Il existe pourtant des alternatives.

Framasoft est un réseau dédié à la promotion du logiciel libre. Document d’écriture partagée, visioconférence, agenda, annuaire… De nombreux services et projets innovants sont mis librement à disposition du grand public et offrent une alternative à des services comme Doodle, Skype ou Google Drive. Framasoft fonctionne grâce aux dons de ses utilisateurs. Framasoft.org

La mère Zaclys (ou simplement Zaclys) propose des services comme, entre autres, le partage de photos, l’envoi de gros fichiers, un hébergement de dossiers sur Internet (cloud), une boîte email (courriel). Cette association française se dit « pourvoyeuse de services web confectionnés avec soin, durables, solidaires et respectueux de la vie privée ». Elle fonctionne grâce à un système d’adhésion (entre 5 et 10 euros par an). Son siège est situé en Franche-Comté et ses serveurs sont à Roubaix. L’association compte 12 000 utilisateurs et presque 1 200 adhérents. Zaclys.com

6. Changer d’adresse email

La très grande majorité des services d’emails (Outlook pour Microsoft, Gmail pour Google, etc.) sont gratuits. Pourquoi payer pour ce service ? Parce que c’est le plus souvent un gage que les revenus de votre hébergeur d’emails ne proviennent pas de la vente de vos données. Les emails sont ce qui fournit le plus d’informations sur vous. Avec un hébergeur de confiance, vous savez que vos courriels et vos contacts ne sont pas lus ou utilisés à votre insu.

Zaclys et Lilo ont tous deux mis en place un service de courriel payant, respectueux de la vie privée des utilisateurs. Zaclys fonctionne par adhésion et Lilo sur don libre.

Il est également possible de créer pour moins de 10 euros par an son propre nom de domaine auprès d’un hébergeur. Les serveurs d’Infomaniak, par exemple, sont en Suisse et se veulent écologiques. Créer son nom de domaine permet d’avoir une page web et une adresse email à votre nom :
nom@votre-domaine.com.

Réalisé par Agathe Mellon à partir d’un entretien avec Thierry Leblanc, militant pour les libertés sur Internet.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

L’engagement à l’heure du haut débit

L’arrivée d’Internet puis du web a bouleversé nos comportements, nos relations sociales, mais aussi notre répertoire de mobilisation politique. Dès les élections américaines de 2008, Barack Obama réussit la première campagne on line du XXIe siècle en utilisant massivement les réseaux sociaux. On compte aujourd’hui 4, 4 milliards d’internautes, soit 57 % de la population mondiale, contre 1,57 milliard en 2008. Les usages et les accès varient en fonction des aires géographiques, mais les nouvelle...

« Partager c’est sympa »

Des formats vidéo courts, dynamiques, attractifs : la chaîne YouTube « Partager c’est sympa » mise, comme son nom l’indique, sur la viralité de ses contenus pour mobiliser autour de la question climatique. Témoignage du scénariste de l’équipe. Lancée au printemps 2017 par Vincent Verzat, l’idée derrière notre chaîne Youtube est simple : aller au cœur de l’action pour donner envie de s’engager ! Après avoir constaté que les mo...

Fracture numérique, fracture sociale

Une connexion vous manque et tout est dépeuplé. L’injonction sociale et administrative à maîtriser l’outil numérique est forte ; ceux qui n’y parviennent pas peuvent rapidement se replier sur eux-mêmes. La fracture numérique serait-elle un facteur de démobilisation citoyenne pour les plus vulnérables ? Aujourd’hui, le numérique est devenu indispensable pour accéder à ses droits et à l’emploi (100 % des démarches admin...

Du même auteur

La culture de l’utopie

À la veille des élections européennes et alors que la guerre continue de faire rage à l’Est, la Gaîté lyrique, lieu de culture et de débat parisien, ouvre un espace de réflexion, avec au centre une question : quelle serait notre Europe idéale, notre Eu.topia ? Le 9 juin prochain, les citoyens du continent éliront leurs représentants au Parlement européen. En France, tous sondages confondus, l’extrême droite est en ...

Une affaire de riches ?

En Seine-Saint-Denis, la quête de sens au travail relève-t-elle du luxe ? Léa Malpart, directrice d’une association locale d’insertion, revient sur les aspirations des jeunes qu’elle accompagne.  On parle beaucoup de la quête de sens des diplômés, beaucoup moins de celui que les jeunes en parcours d’insertion accordent à leur travail. Qu’en pensez-vous ?Léa Malpart – Effectivement, on applaudit les ingénieurs qui bifurquent, les diplômés d’HEC qui parte...

L’art face à l’urgence

À Dubaï, l’exposition Melting Point a confronté les visiteurs au phénomène de la fonte des glaciers. En pleine COP28, l’œuvre pose la question de la portée politique de l’art comme outil de lutte contre le dérèglement climatique. Entretien avec Alice Audouin, présidente de l’association Art of Change 21, à l’origine du projet. Parler de la fonte des glaces dans le désert paraît presque oxymori...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules