Logo du site
Dossier : Internet réinvente-t-il le militantisme ?

Chine – La grande muraille numérique

Crédits : ilkaydede / istock
Crédits : ilkaydede / istock

Internet fait partie intégrante de la stratégie de censure du gouvernement chinois, renforcée par l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2012. De quelle marge de manœuvre les citoyens disposent-ils encore pour exprimer une contestation sociale en ligne ?


Dès que les activistes agissent à visage découvert, ils sont arrêtés. » Les propos de Séverine Arsène, sinologue associée au Médialab de Sciences Po, sont sans détour. De nombreux cybermilitants chinois sont bâillonnés par le gouvernement pour leurs opinions ou actions : la communauté internationale s’en insurge régulièrement. On pense à Huang Qi, cyberdissident fondateur de tianwang64.com, un site Internet informant des cas d’expropriation ou de corruption. En détention depuis 2016, il encourt la réclusion à perpétuité pour « divulgation de secret d’État ». Zhen Jianghua, arrêté en septembre 2017, publiait sur son site des conseils techniques pour contourner la censure.

Pour Pierre Haski, président de Reporters sans frontières, cette gouvernance d’Internet s’appuie sur « la négation de tout ce qui peut menacer l’ordre social en Chine et donc en particulier les valeurs universelles [comme] la démocratie constitutionnelle occidentale, l’essor de la société civile ou la critique du socialisme à la chinoise.1 »

Cette gouvernance d’Internet s’appuie sur « la négation de tout ce qui peut menacer l’ordre social en Chine » (P. Haski)

Depuis le milieu des années 2000, le pays déploie une « grande muraille numérique » faisant de l’Internet chinois « une sorte d’Intranet géant purgé de toute information en provenance de l’Occident2 ». Cette muraille mêle censure et propagande. Elle bloque l’accès à to

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules