Logo du site
Dossier : Internet réinvente-t-il le militantisme ?

L’engagement à l’heure du haut débit

Crédit : OnickzArtworks
Crédit : OnickzArtworks

L’arrivée d’Internet puis du web a bouleversé nos comportements, nos relations sociales, mais aussi notre répertoire de mobilisation politique. Dès les élections américaines de 2008, Barack Obama réussit la première campagne on line du XXIe siècle en utilisant massivement les réseaux sociaux. On compte aujourd’hui 4, 4 milliards d’internautes, soit 57 % de la population mondiale, contre 1,57 milliard en 2008. Les usages et les accès varient en fonction des aires géographiques, mais les nouvelles connexions se multiplient, en particulier en Asie et en Afrique… Face à ces évolutions, il n’est plus possible d’ignorer le potentiel que représentent les applications mobiles et les plateformes en ligne pour faire participer un maximum de personnes.

Il n’est plus possible d’ignorer le potentiel que représentent les applications mobiles et les plateformes en ligne pour faire participer un maximum de personnes.

Si l’on regarde plus près, cette galaxie numérique mêle à la fois une dimension politique, économique et technique. Dans un ouvrage récent, Pierre-Henri Tavoillot décrypte les évolutions que les nouvelles technologies font subir à la démocratie1. Le philosophe distingue trois couches. La première est Internet au sens strict. Porte d’entrée dans le virtuel, il consiste en un réseau très réel de communications physiques composé de câbles, de serveurs et d’ordinateurs. Mais parce qu’il est dénué de centre névralgique, parce qu’il n’a pas d’interrupteur général, on peut dire qu’il s’agit d’un dispositif libertaire ou anarchiste. À cette première couche viennent s’ajouter les applications qui permettent la transmission d’informations selon un protocole commun. Ce sont, par exemple, le courrier électronique, la messagerie instantanée ou le partage de fichiers. Alors qu’Internet est anarchiste, le web est aristocratique, c’est-à-dire élitiste et censitaire. La troisième couche est celle des réseaux sociaux. Leur caractéristique principale est d’effacer la barrière entre le privé et le public, entre la production et la consommation d’informations. Les réseaux sociaux sont à tendance communautariste. L’auteur résume ainsi la situation : « Anarchie de l’Internet, aristocratie du web et communautarisme des réseaux sociaux : telle est la triple idéologie des nouvelles technologies de l’information, toutes portées par de fortes personnalités : les monarques charismatiques des Gafam [voir l’article d’A. Bellon, p. 9] et Batx (leur équivalent chinois) et les hackers libertaires de l’ombre. Force est donc de le constater : aucune n’est naturellement favorable à la démocratie ! Même s’il est envisageable que la démocratie puisse se les rallier. Ces trois niveaux peuvent produire le meilleur comme le pire » (p. 195).

Dans quelle mesure ces nouvelles technologies nous aident-elles à réinventer des formes d’engagement citoyen ?

En proposant un panorama historique et géographique, notre dossier illustre cette ambivalence du numérique. Il permet surtout de creuser une question qui nous paraît centrale : dans quelle mesure ces nouvelles technologies nous aident-elles à réinventer des formes d’engagement citoyen ? L’outil en lui-même induit des contraintes et un mode de fonctionnement plus ou moins horizontal, vertical ou bien cantonne à l’entre-soi. De nombreux acteurs font cependant le pari qu’il est possible de les utiliser pour remettre le citoyen au cœur de la vie politique. Okhin, l’une des figures du hacking français, s’est fait connaître en permettant à des Tunisiens de contourner la censure de Ben Ali sur Internet (A. de Mullenheim, p. 44). Quant à Audrey Tang, nouvelle ministre du digital de Taïwan, elle entend améliorer les moyens de prendre des décisions en politique grâce au dialogue (É. Frenkiel, p. 52). Si le numérique n’est pas en soi porteur de révolution, il révolutionne les modes de mobilisation, notamment en permettant des coopérations décentralisées à l’échelle globale. Ne soyons ni angéliques ni naïfs. Restons vigilants pour apprivoiser ces nouveaux outils et en tirer le meilleur. Restons créatifs pour inventer, selon les circonstances, la bonne alchimie entre l’activisme en ligne et les modes traditionnels de mobilisation. Les opposer serait préjudiciable. Comme le rappelle Laurent Duarte (p. 60) : « L’enjeu au quotidien est bien de tenir l’équilibre entre engagement en ligne et dans la rue ».

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Pour un métissage des pratiques de mobilisation

« Youth for climate » est né grâce à Internet, quand le CCFD-Terre solidaire, fondé dans les années 1960, a dû apprendre à l’utiliser. Aujourd’hui, un métissage entre les pratiques est nécessaire, pour décupler leur force de frappe. Entretien croisé. Au sein de vos organisations, comment intégrez-vous Internet et les réseaux sociaux à vos stratégies de mobilisations citoyennes aujourd’hui ?Léna Laz...

Réseaux sociaux : ont-ils enterré le débat public ?

En cinq ans, les réseaux sociaux, longtemps considérés comme catalyseurs de mobilisations citoyennes, seraient devenus des fossoyeurs de la démocratie. Or l’usage qu’il en est fait dépend grandement de leur architecture technique… Début 2011, la question revenait en boucle dans les médias du monde entier : les Printemps arabes seraient-ils des « révolutions 2.0 » ? En 2016, à la veille de la victoire de Donald Trump dans l’élection présidenti...

Vers un avenir convivialiste

L’avenir est indéterminé. Radieux pour certains, inexistant pour d’autres. Une troisième hypothèse se dessine : celle d’un futur convivialiste, où la technologie pourrait avoir toute sa place. Régulièrement, l’avenir a été un objet d’espérance et a ouvert un horizon d’attente fascinant. « De quelles nouvelles inventions, créations, explorations l’aventure humaine sera-t-elle capable ? Quelles merveilles et quels prodiges l’avenir nous réserve-...

Du même auteur

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Climat : « Le processus international s’enlise »

Les négociations internationales sur le climat ont pris de l’ampleur au début des années 1990. Sont-elles en bonne voie ou vouées à l’impasse ? Décryptage avec Amy Dahan, spécialiste des interactions climat et science politique.  Dans un ouvrage de référence sur les négociations internationales pour le climat1, vous dressez le constat d’un immobilisme de la gouvernance mondiale. Qu’en est-il ?Amy Dahan – Le propos était de retrace...

« Les maires sont plus pragmatiques que les élus nationaux »

La lutte contre le réchauffement climatique mobilise aujourd’hui une centaine de maires de grandes métropoles, coalisés au sein du réseau C40. Entretien avec Caterina Sarfatti, directrice du programme « Action climatique inclusive ». Pourquoi les métropoles, au niveau mondial, vous semblent-elles la bonne échelle d’action contre le réchauffement climatique ?Caterina Sarfatti – La majorité des métropoles du réseau C40 sont d’ores et déjà très for...

1 Pierre-Henri Tavoillot, Comment gouverner un peuple roi ? Traité nouveau d’art politique, Odile Jacob, 2019, pp. 194-195.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules