Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Numéro 400 Bon anniversaire, Projet !


Quatre cents fois, une équipe de rédaction s’est penchée sur un numéro de la Revue Projet pour le concevoir, le mettre en musique, le relire, l’imprimer. Pour mesurer le chemin parcouru, il aura fallu grimper sur un escabeau, dans nos locaux de La Plaine Saint-Denis, et explorer les archives. En ouvrant le n° 1 de la revue Projet, daté de 1966, la lignée est flagrante.

Mais la revue est encore plus ancienne qu’il n’y paraît. Fondée en 1903 sous le nom des Cahiers de l’Action populaire par des jésuites engagés auprès des classes populaires, elle porte alors les enjeux d’une société en pleine recomposition industrielle, habitée par le combat syndical et la question du travail.

L’éditorial de 1966, qui a acté le changement de nom de la revue, témoigne d’une ambition qui persiste encore aujourd’hui, loin des turpitudes politiques et médiatiques : comprendre, au carrefour des sciences et du terrain, « la civilisation qui se fait1 », pour inciter chacune et chacun à agir.

Mais, au-delà de cette ambition, la revue n’est plus la même. Elle s’est mise aux couleurs du temps. Par ses sujets, d’abord. L’écologie était la grande absente de la jeune revue Projet. Quatre cents éditions plus tard, elle est au cœur de notre numéro spécial, en bonne place parmi nos quatre thématiques : écologie, justice sociale, démocratie et migrations.

Les protagonistes ont changé, aussi. Derrière l’ancêtre de Projet, on trouve l’équipe de l’Action populaire : des jésuites et des collaborateurs venus « de la pensée et de l’action ». Aujourd’hui, l’équipe de rédaction est solidement épaulée par un comité de rédaction, des partenaires fidèles et, bien sûr, par ses lectrices et ses lecteurs.

L’équipe s’est rajeunie, féminisée, laïcisée. Elle s’est aussi élargie : aux côtés de la revue figurent les autres membres du Centre de recherche et d’action sociales (Ceras), héritier lui aussi de l’Action populaire : des doctorants et doctorantes en philosophie, en sociologie et en économie ; une équipe de formation en charge de transmettre la pensée sociale de l’Église (son « trésor le mieux caché ») aux jeunes générations ; des jésuites garants de l’engagement politique de l’Église d’aujourd’hui, portée par le pape François.

L’éditorial de 1966 citait déjà le fondateur de l’Action populaire, énonçant le cap à tenir : « Mettre le peuple en mouvement […] par une pulsion interne, signe et cause de la vie. » Souhaitons à la Revue Projet quatre cents autres éditions, sous toutes les formes que peut prendre l’information et l’engagement aujourd’hui. Toujours avec cette pulsion de vie !

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Le clerc en sursis ?

La plupart des confessions religieuses excluent les femmes des charges sacerdotales. Pour combien de temps ? Patriarcale au superlatif, l’Église catholique voit son modèle vaciller. Le patriarcat demeure la règle dans le monde religieux. Dans des contextes très différents, les trois monothéismes le pratiquent. Tous invisibilisent les femmes, contrôlent leur corps et les tiennent éloignées de la sphère publique. Circonstance aggravante, ce bastion bien défendu l’est par...

Du même auteur

La culture de l’utopie

À la veille des élections européennes et alors que la guerre continue de faire rage à l’Est, la Gaîté lyrique, lieu de culture et de débat parisien, ouvre un espace de réflexion, avec au centre une question : quelle serait notre Europe idéale, notre Eu.topia ? Le 9 juin prochain, les citoyens du continent éliront leurs représentants au Parlement européen. En France, tous sondages confondus, l’extrême droite est en ...

Une affaire de riches ?

En Seine-Saint-Denis, la quête de sens au travail relève-t-elle du luxe ? Léa Malpart, directrice d’une association locale d’insertion, revient sur les aspirations des jeunes qu’elle accompagne.  On parle beaucoup de la quête de sens des diplômés, beaucoup moins de celui que les jeunes en parcours d’insertion accordent à leur travail. Qu’en pensez-vous ?Léa Malpart – Effectivement, on applaudit les ingénieurs qui bifurquent, les diplômés d’HEC qui parte...

L’art face à l’urgence

À Dubaï, l’exposition Melting Point a confronté les visiteurs au phénomène de la fonte des glaciers. En pleine COP28, l’œuvre pose la question de la portée politique de l’art comme outil de lutte contre le dérèglement climatique. Entretien avec Alice Audouin, présidente de l’association Art of Change 21, à l’origine du projet. Parler de la fonte des glaces dans le désert paraît presque oxymori...

1 Les citations proviennent de l’éditorial « Un nouveau titre », Projet, n° 1, janvier 1966.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules