Logo du site

Privé de logement, on vit moins longtemps

SDF, canal Saint-Martin © stef niKo CC BY-SA 2.0
SDF, canal Saint-Martin © stef niKo CC BY-SA 2.0

« La personne à la rue reste indécelable dans les statistiques de mortalité », s’indignait l’anthropologue Daniel Terrolle1. De fait, en France, les données sur les sans domicile – classés dans la vaste catégorie des « inactifs » dans les statistiques de mortalité – demeurent très parcellaires. Certains auteurs avancent une espérance de vie autour de 45 ans. Le nombre de décès a été estimé à environ 2 200 par an entre 2008 et 20102. Parmi ceux recensés depuis 2007 par le collectif « Les morts de la rue », 20 % ont plus de 60 ans.

Sur près de 40 000 consultations chez Médecins du Monde, les principales pathologies sont respiratoires, digestives, ostéo-articulaires ou concernent des maladies de la peau. Près de 60 % des patients souffrent d’une pathologie chronique, beaucoup ayant un recours tardif aux soins. Une enquête3 auprès de personnes mal logées en Île-de-France a mis en évidence la fréquence (31 % de la population) de troubles psychiatriques sévères (psychotiques, anxieux ou troubles sévères de l’humeur), des addictions (29 %) à des substances psychoactives, la dépendance à l’alcool (21 %) ou au cannabis (16 %).

Aux difficultés d’accès au logement s’ajoutent souvent des problèmes d’accès à l’alimentation. Parmi les personnes reçues par Médecins du Monde4, 46 % déclarent ne pas avoir mangé pendant une journée entière, au moins une fois au cours du mois (la majorité des repas sont pris sur un lieu d’hébergement ou dans le cadre de distributions gratuites5). Être sans logement6 se traduit par une malnutrition : insécurité alimentaire (77 % des parents et 69 % des enfants), anémie (50 % des mères et 38 % des enfants), surpoids (38 % des mères et 22 % des enfants) et obésité (32 % des mères et 4 % des enfants). 80 % des enfants ont un retard de développement.

L’exposition aux intempéries est probablement une des conditions d’existence qui marque le plus la population de la rue – ce sur quoi focalise le terme « sans abri ». Le froid (dont se plaignent aussi 19 % des ménages logés, un chiffre en forte hausse7) est souvent l’élément perçu comme le plus dangereux. Or la chaleur tue autant, voire plus, par déshydratation8.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

Scandale du mal-logement : si peu de bruit...

Le mal-logement mobilise peu l’opinion, qui semble s’habituer. Ceux qui le peuvent aspirent à se constituer ou à faire croître leur patrimoine et ceux qui en souffrent sont peu organisés. Il y a urgence à politiser le problème. La France compte 4 millions de personnes mal logées et 12 millions fragilisées par la crise du logement. Chaque année depuis 1995, la Fondation Abbé Pierre cherche à alerter l’opinion et à mobiliser les pouvoirs publics autour de chiffres vérifiés, de témoignages accablan...

Recréer du lien grâce à l’habitat partagé

De nouvelles manières d’habiter s’inventent pour tenter de répondre à la crise du lien social : résidence intergénérationnelle, habitat participatif… Habitat et humanisme les expérimente. Que disent-elles de notre société ? Qu’ont en commun l’habitat intergénérationnel, la colocation, l’habitat participatif, les éco-villages ? Tous ces modes d’habitat alternatif, porteurs d’un supplément d’âme, insistent sur la dimension collective de l’habiter au moins autant que sur la cellule logement. Les va...

À Rennes, les prix de l’immobilier ne s’envolent pas

Comment un territoire peut-il endiguer l’envolée des prix du logement et donc assurer une politique d’accueil, sans contrôler les rythmes, les volumes et les coûts de production du foncier aménagé ? Une offre déséquilibrée alimente en effet la spéculation foncière et immobilière et provoque une tension sur l’ensemble des segments du marché, entraînant exclusion, étalement urbain… C’est ce qu’a compris très tôt la ville de Rennes, en constituant dès les années 1950 des réserves foncières d’enver...

Du même auteur

Quel est le prix d’une vie ?

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.D’êtres libres, l...

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La Revue Projet referme son dossier sur la dette en quatre points saillants. Retenons-en un : la dette est affaire de courage politique. Commençons par un point sémantique : « Faut-il »appartient au domaine de l’éthique. De fait, certaines dettes sont réputées immorales ou illégitimes, comme celles contractées dans les dictatures des pays du Sud ou le surendettement – souvent inévitable – de certaines familles en précarité. L’obligation renvoie également au juridique : ne pas payer les dettes pe...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

1 Daniel Terrolle, « La mort des SDF à Paris : un révélateur social implacable », Études sur la mort, n°122, 2002, pp. 55-68.

2 Céline Vuillermoz, Albertine Aouba, Lise Grout, et al., « Estimation du nombre de décès de personnes sans domicile en France, 2008-2010 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°36-37, 17/11/2015, pp. 657-661.

3 Anne Laporte et Pierre Chauvin (dir.), « Rapport sur la santé mentale et les addictions chez les personnes sans logement personnel d’Île-de-France », Observatoire du Samusocial de Paris/Inserm, 2010, 224 p.

4 Marielle Chappuis, Estelle Thomas, Émilie Durand et Sophie Laurence, « Alimentation et risques pour la santé des personnes migrantes en situation de précarité : une enquête multicentrique dans sept centres d’accueil, de soins et d’orientation de Médecins du Monde France, 2014 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°19-20, 05/09/2017, pp. 415-422.

5 « Enquête auprès des personnes fréquentant les services d’hébergement ou de distribution de repas (dite Sans Domicile 2012) », Insee, 02/05/2016.

6 Stéphanie Vandentorren, Erwan Le Méner, Nicolas Oppenchaim et al., « Caractéristiques sociodémographiques et santé des familles sans logement en Île-de-France : premiers résultats de l’étude Enfams, 2013 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°36-37, 17/11/2015, pp. 679-685.

7 Fondation Abbé Pierre, « L’état du mal-logement en France 2017 », rapport annuel, n° 22, p. 403 et suivantes.

8 Vincent Girard, Pascale Estecahandy, Pierre Chauvin, « La santé des personnes sans chez soi. Plaidoyer et propositions pour un accompagnement des personnes à un rétablissement social et citoyen », rapport remis à Madame Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports, nov. 2009.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules