Logo du site

Recréer du lien grâce à l’habitat partagé

Lotissement solaire, écoquartier Vauban à Freibourg (Allemagne), Elly-Heuss-Knapp-Straße
©Claire7373 Andrewglaser CC BY-SA 2.0
Lotissement solaire, écoquartier Vauban à Freibourg (Allemagne), Elly-Heuss-Knapp-Straße ©Claire7373 Andrewglaser CC BY-SA 2.0
De nouvelles manières d’habiter s’inventent pour tenter de répondre à la crise du lien social : résidence intergénérationnelle, habitat participatif… Habitat et humanisme les expérimente. Que disent-elles de notre société ?

Qu’ont en commun l’habitat intergénérationnel, la colocation, l’habitat participatif, les éco-villages ? Tous ces modes d’habitat alternatif, porteurs d’un supplément d’âme, insistent sur la dimension collective de l’habiter au moins autant que sur la cellule logement. Les valeurs mises en avant sont la solidarité de voisinage, la mutualisation, la mixité sociale et générationnelle et, très souvent, les préoccupations environnementales. « Des trucs de bobos », selon leurs détracteurs ! Ils suscitent un indéniable intérêt chez les décideurs politiques, les acteurs de l’urbain et les médias : fleurant bon l’innovation sociale et l’économie collaborative, ils apportent quelques touches de singularité et de poésie dans un monde du logement très standardisé et réglementé, structuré par le technique et l’économique.

Le mouvement Habitat et humanisme les expérimente tous à des degrés divers. L’habitat intergénérationnel s’est rapidement généralisé : depuis la Maison Christophe Mérieux, ouverte à Lyon en 2007, une quarantaine de projets ont été mis en œuvre ou sont en cours de montage dans toute la France. L’habitat participatif est testé depuis 2014 à Montreuil et en ce moment, un éco-hameau se monte dans le Var. Quel est l’intérêt de ces démarches ? Que disent-elles de notre société ? En cohérence avec l’esprit de l’association, résolument tournée vers l’action, on évoquera ici deux exemples dont on tentera de tirer quelques leçons.

Au croisement des générations

L’habitat intergénérationnel consiste à accueillir en logement autonome des personnes d’âges divers et de situations différentes, notamment des jeunes, des seniors et des familles monoparentales, souvent à faibles ressources, dans un lieu doté d’espaces collectifs (salle commune, jardin, buan

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules