Logo du site
Dossier : La fraternité, une contre-culture ?

Un antidote à l’individualisme


Chrétiens, musulmans, francs-maçons, républicains : tous, nous avons ce mot à la bouche, « frères » - omettant au passage la moitié de l’humanité… Sur les frontons, dans les rituels, dans le nom de congrégations ou de mouvements politiques, la fraternité est là, comme revendiquée. Sauf qu’elle ne relève pas de l’incantation. Elle se vit, se découvre, dans la rencontre, le frottement ou la confrontation à l’autre, reconnu comme son semblable. Rangée au rang des grands principes, elle se meurt. Contrairement à ses deux sœurs de la devise républicaine, elle n’est pas non plus de l’ordre du droit (J. Le Goff). Qu’on ne compte pas sur les tribunaux pour faire régner la fraternité sur la France ou le monde !


Or notre société ne transpire pas la fraternité. Le lien entre les personnes - quand il existe, tant la solitude grandit - est marqué, bien souvent, du sceau de l’intérêt, de la compétition, de la fonctionnalité, voire de la défiance. La culture dominante nous invite à vivre, non pas tant « les uns contre les autres », que les uns sans les autres, voire à leur encontre. Et la crise actuelle fait courir le risque d’un délitement plus profond encore du lien social (J.-F. Petit). Quand l’autre est perçu comme une menace pour son emploi, sa tranquillité, ses biens, ses proches, les murs se dressent – ceux des prisons, des frontières, ceux de l’enclavement des poches de grande pauvreté loin des centres-villes, ceux des rues privées et des résidences surveillées, des casques audio rivés sur les oreilles. De la quête d’une protection, ou d’un réconfort face à ce monde hostile, peut naître – et c’est humain - une fraternité autarcique, réservée aux quelques-uns qui partagent ma situation économique, mon quartier, mon origine, ma religion. On est loin ici de la fraternité universelle.


Alors : est-on frères ? Difficile d’y répondre par la négative, car en un sens, la fraternité nous est donnée. Pétrie de la même pâte, la famille humaine est déjà là (E. Grieu). Pour les chrétiens, la figure de Jésus révèle précisément un Dieu qui rejoint l’homme dans ce qu’il a de commun : sa fragilité. Nul besoin – ouf ! – de rencontrer nos 7 milliards de semblables pour pouvoir affirmer qu’ils et elles sont nos frères, nos sœurs. Mais un minimum de lucidité oblige aussitôt à nuancer l’affirmation : si seulement on pouvait l’être vraiment ! Et l’on sent bien que rien ne remplace la parole et l’écoute, la durée d’une relation, le rêver, rire, ou pleurer ensemble – en somme, l’expérience concrète de l’altérité et de notre commune humanité – pour découvrir la fraternité (J.-M. Boisselier). C’est même cette découverte-là qui rendra pour nous signifiant le sort de nos « bien chers frères » lointains ou inconnus.


Cette expérience, irremplaçable, appelle aussi des réponses d’ordre politique aux souffrances de nos semblables, quand ils sont piétinés, mis de côté ou simplement oubliés. Nos institutions ont préféré se réclamer de la solidarité – plus impartiale, plus laïque peut-être – mais depuis la création du RMI, elles font aussi le constat qu’un versement sur un compte en banque ne remplacera jamais la voix et le regard d’un semblable (N. Duvoux). Difficile, autrement dit, de définir une politique de la fraternité (D. Balmary), mais dans l’intention comme dans la mise en œuvre, une politique peut rendre la fraternité possible, ou non. Est-il indifférent de concevoir l’immigration comme un stock dont on parquera le surplus ou comme des hommes, des femmes avec un visage, une histoire, des rêves (E. Pinte) ? De valoriser, à l’école, le mieux noté ou la capacité à s’épauler les uns les autres (C. Berruer) ? D’accepter qu’un patron soit rémunéré 450 fois plus qu’un employé, ou de partager la richesse produite (F. Soulage) ?


L’enjeu est là, sans doute : assumer la fraternité comme une contre-culture. L’aspiration est tangible déjà, dans le succès des la fête des voisins (A. Perrifan), la multiplicité des initiatives d’entraide (V. Sarda), de partage (D. Maciel), des rencontres avec l’autre différent (S. Boivin), des luttes pour la dignité (A. Richard), des entreprises mues par autre chose que le profit (F. Marty). Mais elle se heurte à un double défi. Mesurer sa force, d’abord – une grève des bénévoles y aiderait-elle (D. Ferrand-Bechmann) ? Et puis, la fraternité comme contre-culture, c’est y voir davantage qu’un supplément d’âme, que la prothèse d’une société d’individus en concurrence, qui se contente de plaindre et soigner les victimes collatérales, pour déceler une alternative, une façon de vivre ensemble différente. La nuance est de taille.

Les plus lus

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Dans un contexte de pandemie que faire de la dette publique Pour l'economiste Gael Giraud son annulation est d'ores et deja possible grace a la Banque centrale europeenne Depuis le debut de la pandemie le deficit budgetaire se creuse Le quoi qu'il en coute n...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine Existe t il des conflits à proprement parler religieux A priori on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés se réclamant de par le monde de leurs...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s'opposer comme deux philosophies de l'homme et de la société Pourtant le socialisme est aussi une philosophie de la liberté Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d'attaquer violemment dès ses premières formulations la présomption fatale du socialisme...

Du même dossier

Peut-on mener une politique de la fraternité ?

La fraternité est une boussole de leur engagement dans l’administration, la politique, l’entreprise ou l’associatif. De là à en faire un fondement des politiques publiques, aux côtés ou à la place d’une solidarité plus institutionnelle ? La crise rend la question aiguë. Mais les avis divergent. La fraternité est une boussole de leur engagement dans l'administration la politique l'entreprise ou l'associatif De là à en faire un fondement des politiques publiques aux côtés ou ...

« La fraternité passe par l’innovation »

François Marty se définit d’abord comme chrétien, puis comme patron. Pour lui, la fraternité passe par obligatoirement par l’innovation, car elle demande d’entrer en relation avec l’autre, de prendre en compte ses besoins, ses attentes. Avec les personnes en insertion qui travaillent pour le groupe Chênelet, il refuse d’être donneur de leçons. Il exige que l’on mette le meilleur de la société et de l’entreprise pour servir les plus démunis. Avec franc parler et enthousias...

Bénévolat ou travail gratuit ?

Certains élus songent à conditionner le RSA à un travail bénévole. Mais peut-on encore parler de bénévolat quand il s’agit d’un service obligatoire ? Comment juger de son caractère gratuit s’il y a une contrepartie financière ? Certains élus songent à conditionner le RSA à un travail bénévole Mais peut on encore parler de bénévolat quand il s'agit d'un service obligatoire Comment juger de son caractère gratuit s'il y a une contrepartie financière Dans le Haut Rhin le cons...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. L'or brun En Cote d'Ivoire les feves de cacao font vivre une bonne partie de la popul...

Pour une économie relationnelle

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules