Logo du site
Dossier : La fraternité, une contre-culture ?

« Le courage des autres nous donne de l’espérance »

©pigelman/Flickr/CC
©pigelman/Flickr/CC

L’Église professe l’option préférentielle pour les pauvres. Mais, arrêtons-nous un instant : où sont les plus fragiles dans nos églises ? Quelle place leur réserve la vie de nos paroisses ? Dans plusieurs diocèses de France, des groupes réunissant des personnes isolées ou en situation de fragilité font une expérience rare et à bien des égards prophétique.

Les groupes de partage « Solidarité quartiers » du diocèse de Cambrai en sont un bel exemple. Depuis 1998, des chrétiens ont réuni autour d’eux des voisins, des amis, des collègues, pour exprimer ce qu’ils attendaient de l’Église. Ils ont ainsi rejoint des personnes en précarité et en marge de l’Église. À ce jour, il existe une trentaine de groupes, liés à des communautés religieuses, au Secours catholique, à la société Saint-Vincent-de-Paul, à la Mission ouvrière locale ou à des paroisses. Une permanente en pastorale assure le lien entre eux. L’orientation diocésaine est claire : « Soutenir et développer les groupes de partage de vie et de foi dans les quartiers, en particulier les quartiers en difficulté. Permettre aux uns et aux autres de pouvoir être écoutés, de pouvoir prendre la parole, d’être reconnus, de s’ouvrir à la foi et de l’approfondir, de retrouver l’espérance. »

Dans un climat de confiance mutuelle, quand on se sent accueilli, écouté, soutenu et non jugé, la parole exprimée relève. Elle remet en mouvement. Les groupes de partage sont vécus par ceux qui y participent comme une « seconde famille », des lieux où l’on peut compter les uns sur les autres, mais, surtout, où l’on compte les uns pour les autres. « Le groupe donne des racines. Discuter de ses difficultés, écouter les galères des autres, cela donne la force de s’en sortir. Le courage des autres nous donne de l’espérance. » Certains groupes se réunissent toutes les semaines et organisent des activités manuelles, d’autres font un partage de vie et d’évangile. Certaines personnes cherchent un approfondissement de leur foi, d’autres se déclarent non croyantes… Chaque groupe a sa vie propre, mais il a conscience, avec les autres, de « faire réseau » et de « faire Église ».

La fraternité se vit dans ces petites communautés, où la parole partagée redonne confiance. Chacun peut y découvrir ou y redécouvrir les richesses qu’il porte en lui. Ce sont, pour des milliers de personnes souvent en marge, des lieux qui permettent de retisser du lien. À l’heure où, à travers la démarche Diaconia, l’Église en France cherche comment permettre aux personnes en situation de fragilité de mieux trouver leur place en son sein, cette dynamique est une belle promesse pour l’avenir.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

Éduquer à la fraternité, c’est en témoigner

L’éducation doit-elle former des gagnants ou susciter des frères ? Pour le réseau lasallien, qui accueille 110 000 jeunes, aucune hésitation : l’objectif est de faire grandir des enfants, des jeunes et des adultes dans la foi, la fraternité et le service. Mais c’est sur le terrain que notre mission d’éducateur doit donner une traduction à cette visée utopique.Or éduquer à la fraternité suppose de prendre en compte au moins deux paramètres. D’une part, le monde dans lequel les jeunes vont grandi...

« La fraternité passe par l’innovation »

François Marty se définit d’abord comme chrétien, puis comme patron. Pour lui, la fraternité passe par obligatoirement par l’innovation, car elle demande d’entrer en relation avec l’autre, de prendre en compte ses besoins, ses attentes. Avec les personnes en insertion qui travaillent pour le groupe Chênelet, il refuse d’être donneur de leçons. Il exige que l’on mette le meilleur de la société et de l’entreprise pour servir les plus démunis. Avec franc parler et enthousiasme. Qu’est-ce qui vous a...

Pour une pédagogie de la fraternité

La fraternité, nous dit Véronique Sarda, n’est pas une visée, un projet, encore moins un objectif à atteindre, elle s’éprouve ». Nombre d’initiatives pour susciter la fraternité passent par des propositions d’engagement dans des actions caritatives. Il faut bien entendu poursuivre, tant le monde a besoin de l’engagement solidaire et fraternel. Mais ces engagements pris hors de la classe ne feront signe que si, dans la classe déjà, la fraternité « s’éprouve », avec les élèves pour acteurs et bén...

Du même auteur

[VIDÉO] La société de consommation en question

La transition énergétique interroge nos modes de vie, inextricablement liés à une énergie abondante et peu chère. La consommation, ancrée dans les « habitus », constitue aussi un moyen de distinction et l’expression d’un statut social. À quel imaginaire fait appel une société plus sobre ? Quelles formes d’organisations sociales et économiques inventer dans le respect des générations présentes et à venir ? Watch the English version of the videos hereDominique Méda, philosophe et sociologue, Matth...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules