Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La fraternité, une contre-culture ?

Pour une pédagogie de la fraternité

©erasmushogeschool/Flickr/CC
©erasmushogeschool/Flickr/CC

La fraternité, nous dit Véronique Sarda, n’est pas une visée, un projet, encore moins un objectif à atteindre, elle s’éprouve ». Nombre d’initiatives pour susciter la fraternité passent par des propositions d’engagement dans des actions caritatives. Il faut bien entendu poursuivre, tant le monde a besoin de l’engagement solidaire et fraternel. Mais ces engagements pris hors de la classe ne feront signe que si, dans la classe déjà, la fraternité « s’éprouve », avec les élèves pour acteurs et bénéficiaires.

En effet, la fraternité est aussi au cœur de la relation pédagogique. Celle-ci, bien sûr, a une dimension d’autorité, due à la dissymétrie entre le maître et l’élève. Mais l’autorité ne doit pas se dévoyer en pouvoir, au risque de l’humiliation, voire simplement de la condescendance. L’élève n’est pas un mineur à assister, c’est une personne à faire grandir, à rendre acteur de ses apprentissages. L’accompagnement personnalisé à l’école, comme l’accompagnement éducatif au collège, sont des lieux privilégiés où s’expérimente une fraternité.

La fraternité doit aussi être interrogée au regard de l’évaluation. L’obsession, bien française, de la note conduit à établir une hiérarchie entre les élèves, à coup de moyennes et de classements, à distinguer les meilleurs, à stigmatiser les faibles. L’évaluation risque alors d’encourager une compétition sauvage. La démarche est certes indispensable, mais il s’agit d’évaluer des travaux (qui peuvent être inégaux) et non des personnes. L’exigence, légitime en éducation, requiert aussi l’estime de l’autre.

Accompagner un élève dans la prise de conscience de ses insuffisances n’a de portée que dans une relation de fraternité, qui permet au maître d’exprimer la confiance qu’il a dans la capacité de l’élève à progresser. Il s’agit alors d’articuler évaluation individuelle et évaluation collective. Des travaux de groupes, comme les travaux personnels encadrés en lycée, forment à la fraternité : à plusieurs, on cherche, on progresse par la mutualisation et la note collective dit le prix de l’entraide, de la coopération. L’école doit, au sein de la classe, promouvoir la fraternité entre élèves : tel élève, à l’aise en maths, donnera un coup de main à celui qui a des difficultés dans cette matière, dans un esprit d’échange réciproque des savoirs.

L’accueil de la différence est un autre moment pour vivre la fraternité. Un projet d’intégration d’un enfant porteur d’un handicap invite toute une classe à découvrir en cet autre, qui pouvait paraître inaccessible, un semblable. La cohabitation dans une même classe de diverses origines, de diverses appartenances religieuses est l’occasion d’une prise de conscience de la diversité des cultures et de la capacité à se rencontrer sur des valeurs communes.

Enfin, la question de la fraternité n’est pas indifférente à la mission de transmission de l’école. La culture porte les traces des inquiétudes qui traversent toute personne depuis des temps immémoriaux. Un maître qui enseigne une discipline qui le passionne doit rejoindre, par le cheminement dans la connaissance, les préoccupations de chacun. La culture est à travers le temps et l’espace, un lieu de fraternisation en humanité. Les poètes le disent bien : « Hélas ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi ! » (Hugo, préface des Contemplations). Et Baudelaire, ouvrant les Fleurs du Mal, apostrophe son lecteur en lui disant : « Mon semblable, – mon frère ! »


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Peut-on mener une politique de la fraternité ?

La fraternité est une boussole de leur engagement dans l’administration, la politique, l’entreprise ou l’associatif. De là à en faire un fondement des politiques publiques, aux côtés ou à la place d’une solidarité plus institutionnelle ? La crise rend la question aiguë. Mais les avis divergent. Dans l’exercice de vos fonctions, quelles forces et quelles faiblesses vous donne la référence à la fraternité ?Étienne Pinte – Depuis près de quarante ans, je siège à la commission des affaires sociales ...

[VIDÉO] La diaconie : « Permettre aux pauvres de se sentir en famille dans l’Église »

Diacre, diaconie, Diaconia… Pour l’Église catholique française, l’année 2013 a été marquée par le grand rassemblement à Lourdes les 9, 10 et 11 mai 2013, de plus de 12 000 personnes, dont un quart en situation de grande pauvreté. Ce rassemblement, préparé de longue date dans de nombreuses paroisses et dans les mouvements d’Église engagés auprès des plus fragiles, a pris pour nom « Diaconia 2013 ». Mais la diaconie, c’est quoi ? Dans cet entretien filmé, Gilles Rebèche, diacre dans le Var, un dép...

« La fraternité passe par l’innovation »

François Marty se définit d’abord comme chrétien, puis comme patron. Pour lui, la fraternité passe par obligatoirement par l’innovation, car elle demande d’entrer en relation avec l’autre, de prendre en compte ses besoins, ses attentes. Avec les personnes en insertion qui travaillent pour le groupe Chênelet, il refuse d’être donneur de leçons. Il exige que l’on mette le meilleur de la société et de l’entreprise pour servir les plus démunis. Avec franc parler et enthousiasme. Qu’est-ce qui vous a...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules