Logo du site
Dossier : La fraternité, une contre-culture ?

Pour une pédagogie de la fraternité

©erasmushogeschool/Flickr/CC
©erasmushogeschool/Flickr/CC

La fraternité, nous dit Véronique Sarda, n’est pas une visée, un projet, encore moins un objectif à atteindre, elle s’éprouve ». Nombre d’initiatives pour susciter la fraternité passent par des propositions d’engagement dans des actions caritatives. Il faut bien entendu poursuivre, tant le monde a besoin de l’engagement solidaire et fraternel. Mais ces engagements pris hors de la classe ne feront signe que si, dans la classe déjà, la fraternité « s’éprouve », avec les élèves pour acteurs et bénéficiaires.

En effet, la fraternité est aussi au cœur de la relation pédagogique. Celle-ci, bien sûr, a une dimension d’autorité, due à la dissymétrie entre le maître et l’élève. Mais l’autorité ne doit pas se dévoyer en pouvoir, au risque de l’humiliation, voire simplement de la condescendance. L’élève n’est pas un mineur à assister, c’est une personne à faire grandir, à rendre acteur de ses apprentissages. L’accompagnement personnalisé à l’école, comme l’accompagnement éducatif au collège, sont des lieux privilégiés où s’expérimente une fraternité.

La fraternité doit aussi être interrogée au regard de l’évaluation. L’obsession, bien française, de la note conduit à établir une hiérarchie entre les élèves, à coup de moyennes et de classements, à distinguer les meilleurs, à stigmatiser les faibles. L’évaluation risque alors d’encourager une compétition sauvage. La démarche est certes indispensable, mais il s’agit d’évaluer des travaux (qui peuvent être inégaux) et non des personnes. L’exigence, légitime en éducation, requiert aussi l’estime de l’autre.

Accompagner un élève dans la prise de conscience de ses insuffisances n’a de portée que dans une relation de fraternité, qui permet au maître d’exprimer la confiance qu’il a dans la capacité de l’élève à progresser. Il s’agit alors d’articuler évaluation individuelle et évaluation collective. Des travaux de groupes, comme les travaux personnels encadrés en lycée, forment à la fraternité : à plusieurs, on cherche, on progresse par la mutualisation et la note collective dit le prix de l’entraide, de la coopération. L’école doit, au sein de la classe, promouvoir la fraternité entre élèves : tel élève, à l’aise en maths, donnera un coup de main à celui qui a des difficultés dans cette matière, dans un esprit d’échange réciproque des savoirs.

L’accueil de la différence est un autre moment pour vivre la fraternité. Un projet d’intégration d’un enfant porteur d’un handicap invite toute une classe à découvrir en cet autre, qui pouvait paraître inaccessible, un semblable. La cohabitation dans une même classe de diverses origines, de diverses appartenances religieuses est l’occasion d’une prise de conscience de la diversité des cultures et de la capacité à se rencontrer sur des valeurs communes.

Enfin, la question de la fraternité n’est pas indifférente à la mission de transmission de l’école. La culture porte les traces des inquiétudes qui traversent toute personne depuis des temps immémoriaux. Un maître qui enseigne une discipline qui le passionne doit rejoindre, par le cheminement dans la connaissance, les préoccupations de chacun. La culture est à travers le temps et l’espace, un lieu de fraternisation en humanité. Les poètes le disent bien : « Hélas ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi ! » (Hugo, préface des Contemplations). Et Baudelaire, ouvrant les Fleurs du Mal, apostrophe son lecteur en lui disant : « Mon semblable, – mon frère ! »


Les plus lus

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Dans un contexte de pandemie que faire de la dette publique Pour l'economiste Gael Giraud son annulation est d'ores et deja possible grace a la Banque centrale europeenne Depuis le debut de la pandemie le deficit budgetaire se creuse Le quoi qu'il en coute n...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s'opposer comme deux philosophies de l'homme et de la société Pourtant le socialisme est aussi une philosophie de la liberté Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d'attaquer violemment dès ses premières formulations la présomption fatale du socialisme...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Resumé Faut il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible Regardons la Bible telle qu'elle est un livre à l'image de la vie plein de contradictions et d'inconséquences d'avancées et de reflux plein de violence auss...

Du même dossier

« La fraternité passe par l’innovation »

François Marty se définit d’abord comme chrétien, puis comme patron. Pour lui, la fraternité passe par obligatoirement par l’innovation, car elle demande d’entrer en relation avec l’autre, de prendre en compte ses besoins, ses attentes. Avec les personnes en insertion qui travaillent pour le groupe Chênelet, il refuse d’être donneur de leçons. Il exige que l’on mette le meilleur de la société et de l’entreprise pour servir les plus démunis. Avec franc parler et enthousias...

Bénévolat ou travail gratuit ?

Certains élus songent à conditionner le RSA à un travail bénévole. Mais peut-on encore parler de bénévolat quand il s’agit d’un service obligatoire ? Comment juger de son caractère gratuit s’il y a une contrepartie financière ? Certains élus songent à conditionner le RSA à un travail bénévole Mais peut on encore parler de bénévolat quand il s'agit d'un service obligatoire Comment juger de son caractère gratuit s'il y a une contrepartie financière Dans le Haut Rhin le cons...

Frères de palier

Comme chaque année la Fête des voisins a mobilisé largement le 1er juin dernier 15 millions d'Européens dont 7 millions de Français se sont retrouvés autour d'un verre ou d'un buffet pour le simple plaisir de se rencontrer d'échanger de partager Ce phénomène de société mérite que l'on s'y attarde un instant Les ravages du repli sur soiDrôle d'idée que de favoriser la convivialité en instaurant la Saint Voisin dans notre calendrier républicain Dans ce monde hyper communicant la r...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules