Logo du site
Dossier : La fraternité, une contre-culture ?

Pour une pédagogie de la fraternité

©erasmushogeschool/Flickr/CC
©erasmushogeschool/Flickr/CC

La fraternité, nous dit Véronique Sarda, n’est pas une visée, un projet, encore moins un objectif à atteindre, elle s’éprouve ». Nombre d’initiatives pour susciter la fraternité passent par des propositions d’engagement dans des actions caritatives. Il faut bien entendu poursuivre, tant le monde a besoin de l’engagement solidaire et fraternel. Mais ces engagements pris hors de la classe ne feront signe que si, dans la classe déjà, la fraternité « s’éprouve », avec les élèves pour acteurs et bénéficiaires.

En effet, la fraternité est aussi au cœur de la relation pédagogique. Celle-ci, bien sûr, a une dimension d’autorité, due à la dissymétrie entre le maître et l’élève. Mais l’autorité ne doit pas se dévoyer en pouvoir, au risque de l’humiliation, voire simplement de la condescendance. L’élève n’est pas un mineur à assister, c’est une personne à faire grandir, à rendre acteur de ses apprentissages. L’accompagnement personnalisé à l’école, comme l’accompagnement éducatif au collège, sont des lieux privilégiés où s’expérimente une fraternité.

La fraternité doit aussi être interrogée au regard de l’évaluation. L’obsession, bien française, de la note conduit à établir une hiérarchie entre les élèves, à coup de moyennes et de classements, à distinguer les meilleurs, à stigmatiser les faibles. L’évaluation risque alors d’encourager une compétition sauvage. La démarche est certes indispensable, mais il s’agit d’évaluer des travaux (qui peuvent être inégaux) et non des personnes. L’exigence, légitime en éducation, requiert aussi l’estime de l’autre.

Accompagner un élève dans la prise de conscience de ses insuffisances n’a de portée que dans une relation de fraternité, qui permet au maître d’exprimer la confiance qu’il a dans la capacité de l’élève à progresser. Il s’agit alors d’articuler évaluation individuelle et évaluation collective. Des travaux de groupes, comme les travaux personnels encadrés en lycée, forment à la fraternité : à plusieurs, on cherche, on progresse par la mutualisation et la note collective dit le prix de l’entraide, de la coopération. L’école doit, au sein de la classe, promouvoir la fraternité entre élèves : tel élève, à l’aise en maths, donnera un coup de main à celui qui a des difficultés dans cette matière, dans un esprit d’échange réciproque des savoirs.

L’accueil de la différence est un autre moment pour vivre la fraternité. Un projet d’intégration d’un enfant porteur d’un handicap invite toute une classe à découvrir en cet autre, qui pouvait paraître inaccessible, un semblable. La cohabitation dans une même classe de diverses origines, de diverses appartenances religieuses est l’occasion d’une prise de conscience de la diversité des cultures et de la capacité à se rencontrer sur des valeurs communes.

Enfin, la question de la fraternité n’est pas indifférente à la mission de transmission de l’école. La culture porte les traces des inquiétudes qui traversent toute personne depuis des temps immémoriaux. Un maître qui enseigne une discipline qui le passionne doit rejoindre, par le cheminement dans la connaissance, les préoccupations de chacun. La culture est à travers le temps et l’espace, un lieu de fraternisation en humanité. Les poètes le disent bien : « Hélas ! Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! Insensé qui crois que je ne suis pas toi ! » (Hugo, préface des Contemplations). Et Baudelaire, ouvrant les Fleurs du Mal, apostrophe son lecteur en lui disant : « Mon semblable, – mon frère ! »


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

« Le courage des autres nous donne de l’espérance »

L’Église professe l’option préférentielle pour les pauvres. Mais, arrêtons-nous un instant : où sont les plus fragiles dans nos églises ? Quelle place leur réserve la vie de nos paroisses ? Dans plusieurs diocèses de France, des groupes réunissant des personnes isolées ou en situation de fragilité font une expérience rare et à bien des égards prophétique.Les groupes de partage « Solidarité quartiers » du diocèse de Cambrai en sont un bel exemple. Depuis 1998, des chrétiens ont réuni autour d’eu...

Un antidote à l’individualisme

Chrétiens, musulmans, francs-maçons, républicains : tous, nous avons ce mot à la bouche, « frères » - omettant au passage la moitié de l’humanité… Sur les frontons, dans les rituels, dans le nom de congrégations ou de mouvements politiques, la fraternité est là, comme revendiquée. Sauf qu’elle ne relève pas de l’incantation. Elle se vit, se découvre, dans la rencontre, le frottement ou la confrontation à l’autre, reconnu comme son semblable. Rangée au rang des grands principes, elle se meurt. C...

Éduquer à la fraternité, c’est en témoigner

L’éducation doit-elle former des gagnants ou susciter des frères ? Pour le réseau lasallien, qui accueille 110 000 jeunes, aucune hésitation : l’objectif est de faire grandir des enfants, des jeunes et des adultes dans la foi, la fraternité et le service. Mais c’est sur le terrain que notre mission d’éducateur doit donner une traduction à cette visée utopique.Or éduquer à la fraternité suppose de prendre en compte au moins deux paramètres. D’une part, le monde dans lequel les jeunes vont grandi...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules