Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La fraternité, une contre-culture ?

Le scoutisme, école de fraternité



Lorsque Baden-Powell a créé le scoutisme en 1907, celui-ci était destiné aux enfants les plus pauvres, aux plus fragiles1. Son désir était avant tout de servir son pays, l’Angleterre, en améliorant la situation de chaque homme et en luttant contre la ségrégation sociale. Lors d’un premier camp sur l’île de Brownsea, en 1907, il propose à des enfants de milieux sociaux différents de vivre une expérience forte, en prenant des responsabilités au nom d’un même projet. Il expérimente à cette occasion ce qui deviendra la méthode scoute. Il ne se doute peut-être pas que cette méthode éducative au service de la fraternité, ainsi mise en œuvre, aura un développement aussi large : plus de cent ans plus tard, près de 40 millions d’enfants et de jeunes dans le monde continuent de la vivre.

Vivre la fraternité, c’est refuser que les préjugés, les différences, soient des freins à la rencontre.

Vivre la fraternité ? C’est aller à la rencontre de l’autre, celui vers qui je ne me serais pas tourné naturellement, parce qu’il est trop différent de moi. C’est partager la vie quotidienne, en se découvrant une humanité commune, en faisant l’expérience de la vie d’équipe. C’est rêver et réaliser ensemble des projets ambitieux. C’est vivre une relation d’égaux à égaux. C’est développer une attention au voisin, au nouveau, au plus fragile. C’est devenir acteur de liens, acteur d’un monde meilleur. Vivre la fraternité, c’est aussi faire tomber les cloisons, combattre l’isolement, l’absence de reconnaissance. C’est réintroduire du lien là où il y en a peu. Refuser que les peurs, les préjugés, les différences culturelles, religieuses ou sociales soient des freins à la rencontre.

Pour ouvrir à la rencontre, les Scouts et Guides de France utilisent ce levier qui est au cœur de la méthode scoute et qui répond à un besoin universel des enfants : le jeu. En allant jouer dans les quartiers populaires, au pied des tours d’immeubles, des liens sont créés avec les enfants et leurs familles. Les chefs qui s’engagent dans les quartiers ne se contentent pas « d’aller vers ». Ils savent la force de l’idée ainsi formulée par Gandhi : « Ce que tu fais pour moi, mais sans moi, tu le fais contre moi. » C’est à travers les liens ainsi noués que naît une relation de fraternité.

Dans la cité de la Vigne blanche aux Mureaux (Yvelines), un collectif de jeunes adultes du quartier, les Citoyens réprimeurs de l’oubli et de la misère sociale, a fait appel aux Scouts et Guides de France par l’intermédiaire du Secours catholique. Les chefs scouts, venus d’abord pour faire découvrir le scoutisme, appréhendaient la rencontre avec les jeunes adultes : dans leurs représentations, ils étaient ceux qui « font la loi » sur le quartier. Ils découvrent qu’un même souci les unit : celui d’aider les plus jeunes, les petits frères et les petites sœurs, à grandir. Mais être alliés autour du même projet ne suffit pas pour l’inscrire dans la durée. Il faut aussi apprendre à faire ensemble, à dialoguer : un défi quand on ne partage pas les mêmes codes, les mêmes réalités ! La rencontre appelle un déplacement des uns comme des autres et implique un apprentissage interculturel qui nécessite souvent d’être accompagné (formations, relectures). Aujourd’hui, dans la perspective de créer un groupe ouvert sur les quartiers alentour, des jeunes du quartier s’engagent à devenir chefs.

Les enfants découvrent progressivement le scoutisme, d’abord au travers d’animations de rue, des « activités scoutes de proximité », puis lors de sorties, de week-ends campés, de camps d’été. Ils découvrent la vie en groupe, dans une équipe. Cette équipe, ils ne la choisissent pas, mais ils y apprennent à compter les uns sur les autres, à participer à la vie quotidienne et à rendre service. Le projet qu’ils choisissent ensemble les unit et permet de dépasser les éventuelles difficultés. Les enfants ont une responsabilité propre (une mission, un rôle) et une responsabilité vis-à-vis des autres, car ils sont liés par le projet.

Ici, l’autonomie est acquise grâce au collectif.

Dans la société, tu deviens grand et autonome quand tu sais faire tout seul. Ici, l’autonomie acquise grâce au collectif donne le goût d’être avec les autres. Un horizon partagé pour soi-même, avec les autres, développe l’estime de soi tout en donnant le goût de la fraternité. Quand on a vécu ensemble un projet, les ratés ne pèsent pas comme un échec personnel, les succès décuplent le sentiment de réussite. On peut oser, sans peur de l’échec. On peut prendre confiance en soi, sans s’enferrer dans l’entre-soi.

Donner aux enfants, aux jeunes, de faire l’expérience de la fraternité au quotidien, ce souhait n’était qu’implicite chez Baden-Powell. Aujourd’hui, c’est un choix délibéré du mouvement : notre projet éducatif parle d’apprendre à vivre ensemble et d’habiter autrement la planète. Apprendre à vivre la fraternité, au quotidien, près de chez soi ou un peu plus loin, avec ou sans sa chemise scoute.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Ouverture: D'autres modes de vie

Nous sommes sortis d’une ère où dominait la figure de Prométhée : celle d’un rêve de puissance, où l’homme arrachait aux dieux le pouvoir, sur l’énergie, sur l’information…, pour un progrès indéfini. Ce mythe n’est plus guère porteur aujourd’hui d’un projet qui ait un sens pour la construction d’un vivre ensemble. Il est devenu une mécanique, qui tourne pour elle-même et qui du coup s’avère destructrice – pour le lien social, pour la planète, pour la vie économique elle-même.Faut-il que nous de...

Du même dossier

« Je ne suis pas un numéro de Sécu »

L’institutionnalisation de la protection sociale menace la fraternité. Elle appelle en complément un lien direct avec les personnes vulnérables. Mais quand les réponses sociales actuelles ciblent uniquement l’individu, elles font peser sur lui l’entière responsabilité de ses problèmes. La fraternité peut renaître dans la résistance collective. Quand on s’intéresse à la protection sociale, faut-il distinguer la culture républicaine de la fraternité (la prise de conscience d’une citoyenneté commun...

Un antidote à l’individualisme

Chrétiens, musulmans, francs-maçons, républicains : tous, nous avons ce mot à la bouche, « frères » - omettant au passage la moitié de l’humanité… Sur les frontons, dans les rituels, dans le nom de congrégations ou de mouvements politiques, la fraternité est là, comme revendiquée. Sauf qu’elle ne relève pas de l’incantation. Elle se vit, se découvre, dans la rencontre, le frottement ou la confrontation à l’autre, reconnu comme son semblable. Rangée au rang des grands principes, elle se meurt. C...

« La fraternité passe par l’innovation »

François Marty se définit d’abord comme chrétien, puis comme patron. Pour lui, la fraternité passe par obligatoirement par l’innovation, car elle demande d’entrer en relation avec l’autre, de prendre en compte ses besoins, ses attentes. Avec les personnes en insertion qui travaillent pour le groupe Chênelet, il refuse d’être donneur de leçons. Il exige que l’on mette le meilleur de la société et de l’entreprise pour servir les plus démunis. Avec franc parler et enthousiasme. Qu’est-ce qui vous a...

1. « Notre désir est d’aider les enfants et les jeunes, surtout les plus pauvres, à avoir une chance égale aux autres de devenir des citoyens dignes, heureux et réussissant dans la vie, inspirés par un idéal de service du prochain : ce qui, dans le passé, leur a été trop souvent refusé. » (Baden-Powell, Scouting and Youth Movements, Londres, Ernest Benn, 1929).


Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « Le scoutisme, école de fraternité »

Foucauld Roche-Bruyn
02 August 2012

L'avantage de l'éducation que propose la pédagogie scoute est qu'elle n'est pas réservée à une catégorie, une élite. Chacun peut la comprendre et essayer de mener sa vie en suivant l'idéal qu'est la loi scoute. D'ailleurs, les mouvement scouts sont multiples et variés (scouts musulmans, hébraïques, non-confessionnels, catholiques, etc). Cette multiplicité prouve que la pédagogie fraternelle, l'esprit de service que transmet le scoutisme comme discipline de vie et valeurs, sont des principes commun à l'humanité. Il faut essayer d'y faire vivre la mixité. Bien que l'uniforme soit contesté, il permet à la mixité de mieux se vivre. Aucune comparaison n'est possible lorsque tous sont fiers de porter les mêmes couleurs. Les expériences qui y sont vécues forment le jeune pour sa vie entière.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules