Logo du site

[VIDÉO] La société de consommation en question

La transition énergétique interroge nos modes de vie, inextricablement liés à une énergie abondante et peu chère. La consommation, ancrée dans les « habitus », constitue aussi un moyen de distinction et l’expression d’un statut social. À quel imaginaire fait appel une société plus sobre ? Quelles formes d’organisations sociales et économiques inventer dans le respect des générations présentes et à venir ?

Watch the English version of the videos here

Dominique Méda, philosophe et sociologue, Matthieu Calame, directeur de la fondation Charles Léopold Mayer, Daniel Maciel, membre de l’association Magdala et Bénédicte Madelin, fondatrice de Profession Banlieue, ont mis en débat les logiques et effets de la société de consommation à l’occasion du colloque « Quelle justice sociale à l’heure de la transition énergétique ? » (organisé par le Ceras et la Revue Projet du 10 au 12 septembre 2014, à Paris). Un débat autour de Philippe Frémeaux, rédacteur en chef du magazine Alternatives économiques.


C/01 Philippe Frémeaux - La société de... par cerasvideo

Un autre imaginaire pour une sortie nécessaire de l’hyperconsommation

La critique de la société de consommation se fait jour dès les années 1960, nous explique Dominique Méda. Elle dresse ici son historique, décrit ses tenants philosophiques, anthropologiques, sociaux et écologiques mais analyse aussi son échec : un caractère inaudible en temps de crise. Sa réactualisation, notamment à travers la dénonciation des coûts économiques et sociaux de l’hyperconsommation de certains, saura-t-elle réussir là ou d’autres ont échoué ? Arguant qu’un autre modèle de société pourra voir le jour seulement si un paradigme alternatif est à portée de main, la philosophe termine sur le panel des imaginaires possibles pour un avenir moins destructeur.


C/02 Dominique Méda - La société de... par cerasvideo

Entre une alimentation déterminée culturellement et des cultures destinées aux produits de consommation

En contrepoint de D. Méda, Matthieu Calame revient ici plus précisément sur la question alimentaire. Il explique dans un premier temps que nos régimes alimentaires sont bien déterminés culturellement, mais aussi qu’ils constituent des marqueurs de statuts sociaux. Même si des évolutions sont en cours, le régime carné demeure un indicateur de richesse aux conséquences dramatiques pour le climat. Il revient dans un deuxième temps sur les tensions qu’exercent nos modes de vies sur les systèmes agricoles actuels. Tensions notamment identifiables entre une utilisation des sols pour produire de quoi se nourrir ou davantage d’énergie, ou encore sur la culture du coton, utilisée pour répondre à une demande sans cesse renouvelée de textiles.


C/03 Matthieu Calame - La société de... par cerasvideo

Ceux qui connaissent la précarité ont des choses à nous dire

Interroger la consommation à travers la rencontre de personnes très pauvres, en marge de la société ou en précarité, nous met toujours mal à l’aise à cause des projections que nous pouvons faire sur ce qu’elles vivent, sur les difficultés qu’elles rencontrent, nous dit Daniel Maciel, membre de l’association Magdala. En marge de notre société de consommation, elles nous renvoient individuellement et collectivement à la question du partage des ressources de la planète, de l’accès de tous à l’eau, à l’énergie, à la nourriture, mais aussi au savoir, aux loisirs. Les questions de la transition énergétique et des nouveaux modes de consommer sont intimement liées au sens de ce que nous voulons vivre ensemble, à la manière d’être en relation les uns avec les autres, à la manière d’être en égalité. Celles et ceux qui ont l’expérience de la précarité ont des choses à nous dire sur le sens. Ainsi Daniel Maciel termine par un appel : « Il y a urgence à les associer en amont à la réflexion ; c’est important pour tous, c’est vital pour eux. »


C/04 Daniel Maciel - La société de... par cerasvideo

La consommation « Canada Dry »

En s’appuyant sur son expérience en Seine-Saint-Denis, où 10 % de la population vit avec moins de 4000 euros par an, Bénédicte Madelin développe l’idée que la consommation, présentée comme un droit au bonheur, est aujourd’hui, chez les populations défavorisées, une « consommation Canada Dry ». « On croit qu’on consomme comme les plus riches, mais ce n’est pas le cas », comme l’illustrent les chiffres sur l’obésité chez les populations précaires. Elle revient ensuite sur la nécessité d’assurer l’effectivité des droits une fois qu’ils sont obtenus. Ainsi termine-t-elle en approuvant l’idée qu’il faut redonner la parole aux sans-voix, mais s’interroge en retour : « Comment faire entendre aux sans-oreilles la parole des plus pauvres ? »


C/05 Bénédicte Madelin - La société de... par cerasvideo

Texte : Marie Drique (Ceras/Revue Projet)
Vidéos : La cabane aux fées

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

[VIDÉO] Cent ans d’histoire de l’énergie

L’histoire de l’énergie va de pair avec celles des civilisations. Partant de la révolution industrielle, quels bilans et perspectives peut-on dresser de la centralité des énergies fossiles dans nos sociétés ? Quels scénarios pour une transition énergétique en Europe ? Watch the English version of the videos hereNebojsa Nakicenovic, professeur d’économie de l’énergie à l’Université des technologies de Vienne (Autriche) dessine ici un panorama historique de la place de l’énergie dans notre civilis...

[VIDÉO] Transition énergétique : penser l’interdépendance européenne

Dans quelle mesure la politique communautaire peut-elle devenir un point d’appui pour harmoniser progressivement les initiatives nationales de transition énergétique, ou, au contraire, exacerber les tensions qui existent ? À quel niveau et sur quels domaines la coordination de l’Union européenne serait-elle nécessaire et bénéfique ? Christian Egenhofer, politiste, Dominique Maillard, président du directoire de RTE, Claire Roumet, déléguée générale de l’association Energy Cities, et Olivier Serva...

[VIDEO] Comment garantir la mobilité de tous ?

Comment s’émanciper de la voiture individuelle sans fragiliser à court terme les plus démunis ? Quelles politiques d’accompagnement et d’aménagement du territoire émergent pour contrer cette dépendance à long terme ? Entre société hyper-mobile et immobile, les contours d’un droit à la mobilité sont-ils à dessiner ? Jean-Pierre Orfeuil, urbaniste, Bénédicte Tilloy, directrice générale de SNCF-Transilien, Sandrine De-Boras, représentante de Transdev, et Audrey Berry, doctorante au Cired, ont débat...

Du même auteur

Niche fiscale : attention, chien gentil !

Les avantages fiscaux accordés aux fondations sont-ils légitimes ? Quelles conséquences ont-ils sur notre démocratie ? C’est entendu, dans chaque niche fiscale, il y a un chien qui  risque de mordre. Mais peut-il y avoir des chiens gentils ? C’est toute la question posée par les avantages fiscaux dont bénéficient les associations et les fondations dès lors qu’elles se consacrent à l’intérêt général. Leur niche sert le bien public ? Il y a donc, a priori, une niche légitime. Je vous écris d’aille...

L’agroécologie envoie paître l’industrie

Par son organisation et ses standards, l’agriculture conventionnelle imite l’industrie. Pour envisager une filière plus durable, plus respectueuse de l’environnement en amont comme en aval, c’est tout un modèle, à la fois économique et institutionnel, qu’il faut réinventer. La caractéristique principale de l’agriculture conventionnelle, en termes d’organisation, est le développement, en amont comme en aval, d’une puissante industrie. Faire évoluer ce modèle vers l’agroécologie aurait des impacts...

« Le courage des autres nous donne de l’espérance »

L’Église professe l’option préférentielle pour les pauvres. Mais, arrêtons-nous un instant : où sont les plus fragiles dans nos églises ? Quelle place leur réserve la vie de nos paroisses ? Dans plusieurs diocèses de France, des groupes réunissant des personnes isolées ou en situation de fragilité font une expérience rare et à bien des égards prophétique.Les groupes de partage « Solidarité quartiers » du diocèse de Cambrai en sont un bel exemple. Depuis 1998, des chrétiens ont réuni autour d’eu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules