Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Journalisme. Zone démocratique à défendre

Journalisme Sous haute tension

© Bakal/iStock
© Bakal/iStock

L’amour dure sept ans, veut croire l’adage. C’est également l’échéance moyenne d’un désamour professionnel. Le journalisme use de plus en plus vite des carrières embrassées par passion ou vocation. L’attrait pour le métier ne se dément pas, alors que les motifs de découragement pour l’exercer se multiplient. Aussi disputée que décriée, la place du journalisme serait-elle condamnée ?

La Revue Projet, avec le Syndicat national des journalistes-CGT1, a choisi de décortiquer cette question sous trois grands angles. Le premier concerne une identité professionnelle, bousculée entre les imaginaires qu’elle nourrit et les conditions réelles d’exercice. La précarité se profile d’emblée pour les jeunes journalistes. Elle fait mentir les idéaux d’autonomie et de qualité informative convoyés par la révolution numérique.

Certes, le numérique a bouleversé les pratiques professionnelles jusqu’à irriguer des formations ad hoc. Certes aussi, Internet – et maintenant l’intelligence artificielle – amplifient les potentiels de recherche et de traitement de données, dont les usages restent à réguler. L’outil numérique constitue néanmoins un alibi commode à des reconfigurations de rédactions, justifiées par l’intérêt économique et le management, au détriment de la maîtrise collective de la production d’information. Pis, l’extrême polyvalence exigée des journalistes aboutit bien souvent à la dilution de leurs compétences.

Cette problématique en croise une deuxième. En cette époque en mal de représentativité, polarisée et imbibée de fake news, le journalisme souffre d’un net opprobre social. De fait, la profession est loin d’être représentative de la société qu’elle prétend refléter – même si les profils des jeunes journalistes en formation se diversifient lentement. Au-delà, c’est tout le fonctionnement d’un système médiatique que cette société questionne aujourd’hui. Les journalistes, souvent à leur corps défendant, en sont aussi les produits. Alors ?

De ce constat naît une chance, et c’est notre troisième point. Maltraités jusque dans leur intégrité physique ou entravés dans leurs capacités d’investigation, les journalistes se rappellent aux bons souvenirs des citoyens (qu’ils sont aussi). La récente affaire du Journal du dimanche (JDD) l’a montré. Elle fait écho à l’émergence, dans la douleur, d’une nouvelle galaxie de médias indépendants et de projets éditoriaux originaux. Preuve, s’il en est, de l’importance de préserver ce bien commun qu’est l’information, cruciale pour la vitalité démocratique.

Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Métier à reconquérir

Le métier de journaliste souffre de conditions d’exercice toujours plus difficiles. Ce contexte ne menace pas seulement une profession, mais ce pilier de la démocratie que représente l’information. Un réel pluralisme et de nouveaux droits restent à conquérir. Retour sur cinq points forts du dossier.   1. Journaliste, pourquoi faire ? Si le métier de journaliste continue d’attirer, il est aussi celui que quittent 40 % des jeunes recrues a...

Les géants font les empires

La pression économique imposée par les Gafam accentue la concentration médiatique. Bolloré, Lagardère, Kretinsky... Ces empires menacent le pluralisme et le débat démocratique. Le développement des plateformes et des réseaux sociaux a rebattu les cartes du monde de l’information et de la communication. Pour comprendre les nouveaux enjeux de la concentration médiatique et ses conséquences, il convient de changer de focale et d’outils réglementaires...

« Une demande démocratique s’est exprimée »

Juin 2023. Alors que s’engage le rachat du Journal du dimanche par le groupe Bolloré, le journaliste d’extrême droite Geoffroy Lejeune est annoncé à la tête de la rédaction. Débute alors une grève historique, au large retentissement. Antoine Malo, ancien du journal, revient sur cet épisode. « Pendant les deux ou trois premiers jours de la grève, j’ai cru, avec d’autres, qu’une victoire était possible. L’élan de solidarité p...

Du même auteur

« Informer est devenu plus compliqué »

Entre violences et défiance, l’ère connectée pose aux journalistes de nouvelles difficultés. Comment les écoles de journalisme s’adaptent-elles aux évolutions du métier ? Entretien avec Alice Antheaume, directrice de l’École de journalisme de Sciences Po Paris. Le numérique a profondément modifié les pratiques journalistiques. Comment votre école a-t-elle incorporé cette réalité à la formation qu’elle dispense ?Alic...

Lente diversité

Si le profil des jeunes journalistes évolue, il est bien loin d’être à l’image de la société. Les réflexes discriminatoires perdurent. Entretien avec une membre de l’Association des journalistes antiracistes et racisés (Ajar). L’homogénéité sociale des promotions d’écoles de journalisme1 a souvent été pointée du doigt. Voyez-vous une évolution dans le profil des étudiantes et étudiants, plus favorable à ce qu’on appelle la « diver...

« L’information n’est pas un bien comme les autres »

Vice-présidente du groupe écologiste-Nupes, Sophie Taillé-Polian est à l’origine d’une proposition de loi en faveur de l’indépendance des rédactions. Un premier pas, assure-t-elle, en attendant une nouvelle législation d’envergure. Vous êtes à l’initiative d’une proposition de loi « visant à protéger la liberté éditoriale des médias sollicitant des aides de l’État ». Or l’arsenal législatif existe avec la loi Bloche de 2016...

1 Tous les articles ici publiés n’engagent pas la position du syndicat.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules