Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Emploi : où est-ce qu'on va ?

Le monde chaotique des grandes entreprises

© Andrii Yalanskyi/iStock
© Andrii Yalanskyi/iStock

De plus en plus de grandes entreprises cherchent un modèle de développement plus durable et inclusif. Or le chemin reste semé d’embûches pour des acteurs en quête de boussoles.


Stupeur dans le landerneau économique : le 23 novembre 2020, Danone annonce un plan de suppression de 2 000 emplois dans le monde, dont 400 à 500 en France. « C’est la survie de l’entreprise qui est en cause », justifie Emmanuel Faber, son président-directeur général (PDG) tout juste démissionné. Il s’agit de réaliser une économie d’un milliard d’euros d’ici à 2023 avec, en ligne de mire, le retour d’une marge opérationnelle de 15 % dès 2022. Si les salariés veulent bien entendre l’impact de la crise sur le chiffre d’affaires de la multinationale, ils ont en revanche beaucoup plus de mal à admettre que, sept mois plus tôt, 1,5 milliard d’euros de dividendes ont été versés aux actionnaires. De quoi écorner l’image sociale d’un patron considéré comme l’un des plus vertueux du CAC 40…

Cette séquence en dit long sur le chemin pavé d’embûches que se disent prêtes à emprunter un nombre croissant de grandes entreprises pour tourner la page d’un modèle de développement à bout de souffle. Nestlé soutient l’agriculture génératrice pour protéger les sols et les ressources, L’Oréal s’engouffre dans le recyclage à l’infini de l’eau utilisée dans ses usines, La Poste électrifie ses véhicules à tour de bras, quand même Total fait un pas vers les énergies renouvelables. Et si chacun abat ses cartes pour prendre résolument le tournant écologique, les initiatives visant à combattre les inégalités ont, elles aussi, le vent en poupe.

En quête d’une « raison d’être »

En décembre 2018, treize entreprises pionnières, parmi lesquelles BNP Paribas, Carrefour, Renault ou encore Adecco, créaient le « collectif des entreprises pour une économie plus inclusive ». Celui-ci fédère aujourd’hui 35 membres avec 1,5 million de salariés en France, répartis sur 60 000 sites dans l’ens

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules