Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Emploi : où est-ce qu'on va ?

À Carton Plein, on réemploie

© Lucien Lung
© Lucien Lung

À l’heure de la transition écologique, Carton Plein a investi la filière carton. Du recyclage au réemploi, l’association propose un cadre structurant pour des personnes en grande précarité.


Le préambule de la Constitution de 1946 énonce que « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ». Mais ce principe est bien trop souvent bafoué. De nombreuses initiatives ont vu le jour ces dernières années, dans le but de permettre aux plus fragilisés de prendre leur place dans le monde du travail en adaptant le volume horaire et les missions à leurs capacités.

C’est dans ce cadre que Carton Plein, implanté à Paris et Nanterre, propose depuis 2012 un travail adapté et rémunéré aux personnes qui vivent ou ont vécu dans la rue et qui sont privées durablement d’emploi. Sans logement, sans reconnaissance de leurs savoirs, vivant dans une grande précarité, elles ne sont souvent reconnues que sous l’angle de leurs failles, et non de leurs forces. Le dispositif « Premières heures », mis en place par la collectivité parisienne, permet aux salariés de remettre le pied à l’étrier avec des contrats au volume horaire très faible : six, neuf ou douze heures par semaine.

Le dispositif est pensé comme le moyen d’aller vers un autre emploi, mais aussi de prendre conscience de ses ressources.

En 2020, Carton Plein a accompagné soixante personnes dans ce dispositif et traité trente tonnes de cartons. Ici, pas d’entretien d’embauche. Il suffit d’avoir envie de prendre sa part à la filière de réemploi des cartons, depuis la collecte à vélo jusqu’à la valorisation et la vente pour une deuxième vie, d’être en recherche d’emploi et en situation régulière – le dispositif ne permet de recruter que des personnes ayant leurs papiers.

Financé par le département de Paris, le dispositif est pensé comme le moyen d’aller vers un autre emploi, une formation, des soins, un logement, mais aussi de créer du lien et de prendre conscience de ses ressources. À Carton Plein, les « valoristes » – c’est le métier des personnes qui travaillent a

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules