Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Emploi : où est-ce qu'on va ?

Le management par l’autogestion

La rénovation de bâtiments fait partie des activités de l’entreprise solidaire. © TAE
La rénovation de bâtiments fait partie des activités de l’entreprise solidaire. © TAE

L’entreprise solidaire « Travailler et apprendre ensemble » embauche des personnes très éloignées de l’emploi. Elle prône d’autres modèles de management.


« Travailler et apprendre ensemble » (TAE). Le nom de l’entreprise solidaire et inclusive, créée par ATD Quart Monde en 2002, est à lui seul tout un programme. Cette structure, investie dans quatre principales activités – le reconditionnement de matériel informatique, la rénovation de bâtiments, l’entretien d’espaces verts et le nettoyage – s’est fixé pour objectif de donner un travail à des personnes très éloignées de l’emploi et de repenser l’organisation managériale en y associant les salariés. Embauchés en CDI, tous participent à la vie de l’entreprise, au choix des activités à développer, mais aussi aux choix stratégiques.

C’est dans ce cadre que TAE a décidé de tourner le dos au contrat de travail classique pour dépasser la logique de subordination. Le refus des relations dominant/dominé et la volonté de miser sur la créativité des personnes, le développement des compétences, la participation à une aventure collective, se traduisent par la décision de laisser les équipes fonctionner en autogestion.

Plus que sur la présence de chefs d’équipe, TAE mise sur la capacité des salariés à progresser, à avoir envie de se former et à gagner en autonomie. Valeur cardinale et condition première de ce fonctionnement : la confiance collective. Celle-ci ne peut se développer qu’en revenant sans cesse à la source du projet : accueillir les plus exclus. Accepté tel qu’il est, chacun peut compter sur la confiance de l’autre.

Les sanctions disciplinaires classiques (avertissement, blâme, licenciement) n’existent pratiquement pas.

Cette règle suppose que chacun ait le droit à l’erreur. Maintenir le plus éloigné de l’emploi dans l’équipe rassure tous les autres : « Si la direction le garde, moi aussi je serai gardé, même s’il m’arrive de faire des erreurs. » De plus, le plus fragile est source de fierté pour ses collègues lorsqu’ils réussissent à l’accompagner dans son travail. Les sanctions disciplinaires classiques (avertissement, blâme, licenciement) n’existent pratiquement pas.

Les conflits ou le non-respect des règles sont traités autrement : une absence injustifiée n’est par exemple sanctionnée que par une perte de salaire au prorata du temps perdu. Les motifs de licenciement habituels, par exemple une insulte au directeur, des absences et retards répétés, sont utilisés comme source de progrès en donnant l’occasion d’aménager, après un temps de réflexion collective, les règles à appliquer si le cas se présente à nouveau.

Si, une fois embauchés, les salariés sont d’abord mobilisés par ce qu’ils peuvent retirer personnellement de cette expérience, peu à peu, le collectif TAE les incite à participer au projet social : l’accueil de tous. Pour certains, cette évolution peut prendre quelques semaines, pour d’autres plusieurs années. La fixation d’objectifs par équipe, le développement de la polyvalence, les temps informels et festifs constituent un terreau fertile.

Le budget de TAE est à l’équilibre, avec 70 % des dépenses couvertes par les ventes directes.

La bienveillance alliée à l’exigence et le respect des différences sont mis en œuvre au quotidien. TAE cherche à amener chacun à donner le meilleur de soi-même, mais sans être dans le stress, en laissant le temps nécessaire à chacun pour prendre confiance en lui, pour comprendre le sens du projet collectif. L’expérience montre que la priorité donnée à l’humain n’est pas préjudiciable aux résultats économiques à moyen terme.

Le budget de TAE est à l’équilibre, avec 70 % des dépenses couvertes par les ventes directes de biens et services. Les 30 % restants sont couverts par du mécénat ciblé sur les travaux de recherche, des subventions ciblées sur les salariés en contrat d’insertion avant le CDI et des subventions non ciblées sur une activité précise.

Tous employables !

Près de vingt années d’expérimentation ont forgé un certain nombre de certitudes : d’abord, personne n’est inemployable. À une exception près, tous les salariés recrutés à TAE ont réussi à s’y intégrer durablement, alors que la plupart avaient été rejetés par le monde économique. La proposition systématique du CDI est très positive. D’une part, la sécurité d’un emploi stable permet à chacun de reprendre pied dans sa vie professionnelle, familiale et sociale, et d’autre part l’engagement fort des salariés, obtenu grâce à ce CDI, développe une grande culture de co-responsabilité au sein de l’entreprise.

Les travailleurs qui ont vécu l’inactivité subie et prolongée, la précarité, l’échec, l’humiliation, ont un savoir unique. Ils ont acquis une sensibilité particulière à certaines valeurs, comme l’attention portée aux relations humaines, le respect, la solidarité… Ils détiennent ainsi les clés pour inventer un autre modèle de management. Rejoints à TAE par d’autres travailleurs qui n’ont pas leur vécu, et qui possèdent d’autres sécurités, ils savent innover, avec plus d’humanité, des solidarités dans le travail.

Les grands principes de cette entreprise ont inspiré, parmi d’autres, les « entreprises à but d’emploi  ». 

Fort de ses acquis, TAE s’est donné pour objectif de diffuser les connaissances acquises en alimentant les archives d’ATD Quart Monde destinées aux chercheurs, en éditant livres et articles, en recevant des visiteurs. Depuis 2018, une formation à l’entreprise « inclusive » destinée à des managers a également été montée, pour faire de TAE une expérience reproductible. Des fiches techniques sont disponibles sur le site internet du projet : comment gère-t-on l’absence de chefs d’équipe ? Comment faire, concrètement, le pari du CDI, en ne recourant pas au licenciement ? Comment faire du droit à l’erreur un axe de progrès ?

L’expérience de TAE contredit ainsi des idées très répandues dans le monde de l’entreprise : la nécessité des chefs d’équipes et des sanctions disciplinaires, le non-droit à l’erreur, la priorité aux indicateurs économiques… Les grands principes de cette entreprise ont inspiré, parmi d’autres, les « entreprises à but d’emploi » (EBE) créées dans le cadre des « Territoires zéro chômeur de longue durée » (TZCLD).

Les centaines de salariés des EBE adaptent ces principes à leurs contextes et continuent d’échanger avec TAE, préparant ainsi leur diffusion à plus grande échelle grâce à l’élargissement de l’expérimentation TZCLD, voté à l’unanimité fin 2020 par le Parlement. Une nouvelle étape bienvenue, à l’heure où la crise sanitaire et ses conséquences économiques renforcent l’urgence de penser ensemble l’accès à un emploi digne pour tous.

 

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Revenu universel : une révolution du travail ?

L’hypothèse d’un revenu universel est débattue depuis plusieurs années déjà. Comment le justifier, comment le financer ? Sa mise en œuvre bouleverserait le pacte social lié à l’emploi. Référendum suisse en 2016, candidature de Benoît Hamon à la présidentielle française, expérimentation finlandaise en 2018… Sans attendre la crise économique, le revenu universel est revenu dans le débat public en France et en Europe de...

« Une organisation syndicale, c’est de la matière grise »

Pour Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, la crise offre l’opportunité de construire un autre modèle de société, avec à la clé une taxation du capital au même niveau que le travail. Alors que les conséquences économiques de la pandémie risquent d’avoir un fort impact sur le marché de l’emploi, sur quels leviers s’appuyer pour répondre aux inquiétudes et préparer la reprise ?Laurent Berger – Aujourd’hui, nous dev...

Le nouvel art de la négo

Quatre ans après les ordonnances sur la loi Travail, le bilan en matière de dialogue social est mitigé. Pour autant, la réforme a dégagé une marge de manœuvre qui reste à exploiter. Si la crise sanitaire peut trouver une issue à plus ou moins long terme, ses conséquences, en particulier dans le domaine économique et social, vont affecter notre pays pour de nombreuses années. D’où l’importance de mettre en place les conditions d’un dialogue s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules