Logo du site
Dossier : Emploi : où est-ce qu'on va ?

Le management par l’autogestion

La rénovation de bâtiments fait partie des activités de l’entreprise solidaire. © TAE
La rénovation de bâtiments fait partie des activités de l’entreprise solidaire. © TAE

L’entreprise solidaire « Travailler et apprendre ensemble » embauche des personnes très éloignées de l’emploi. Elle prône d’autres modèles de management.


« Travailler et apprendre ensemble » (TAE). Le nom de l’entreprise solidaire et inclusive, créée par ATD Quart Monde en 2002, est à lui seul tout un programme. Cette structure, investie dans quatre principales activités – le reconditionnement de matériel informatique, la rénovation de bâtiments, l’entretien d’espaces verts et le nettoyage – s’est fixé pour objectif de donner un travail à des personnes très éloignées de l’emploi et de repenser l’organisation managériale en y associant les salariés. Embauchés en CDI, tous participent à la vie de l’entreprise, au choix des activités à développer, mais aussi aux choix stratégiques.

C’est dans ce cadre que TAE a décidé de tourner le dos au contrat de travail classique pour dépasser la logique de subordination. Le refus des relations dominant/dominé et la volonté de miser sur la créativité des personnes, le développement des compétences, la participation à une aventure collective, se traduisent par la décision de laisser les équipes fonctionner en autogestion.

Plus que sur la présence de chefs d’équipe, TAE mise sur la capacité des salariés à progresser, à avoir envie de se former et à gagner en autonomie. Valeur cardinale et condition première de ce fonctionnement : la confiance collective. Celle-ci ne peut se développer qu’en revenant sans cesse à la source du projet : accueillir les plus exclus. Accepté tel qu’il est, chacun peut compter sur la confiance de l’autre.

Les sanctions disciplinaires classiques (avertissement, blâme, licenciement) n’existent pratiquement pas.

Cette règle suppose que chacun ait le droit à l’erreur. Maintenir le plus éloigné de l’emploi dans l’équipe rassure tous les autres : « Si la direction le garde, moi aussi je serai gardé, même s’il m’arrive de faire des erreurs. » De plus, le plus fragile est so

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules