Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Emploi : où est-ce qu'on va ?

Jeune cherche cadre

© NQT
© NQT

Le réseau « Nos quartiers ont des talents » est aux premières loges pour observer les effets de la crise sur l’emploi des jeunes. L’association fait éclater le cadre aidant/aidé.


La crise sanitaire a ébranlé le travail quotidien de bon nombre d’organisations d’intérêt général qui luttent contre les inégalités sociales. NQT (historiquement « Nos quartiers ont des talents »), un des plus importants réseaux d’entreprises engagées en faveur de l’égalité des chances, ne fait pas exception, et a dû s’adapter. Ce dernier propose aux jeunes diplômés (BAC +3 a minima), résidant dans les territoires prioritaires ou issus de milieux modestes, un accompagnement par des parrains et marraines.

Cadres dirigeants dans les entreprises partenaires du réseau, ils et elles sont sélectionnés en fonction du projet professionnel et des besoins spécifiques de chaque bénéficiaire. Mais comment faire quand les portes des entreprises sont, au sens littéral, fermées en raison des précautions sanitaires ? Quand les rencontres entre les diplômés et les bénévoles sont impossibles, alors même que le contexte nécessite de resserrer les liens ?

Particulièrement exposés, le nombre de jeunes diplômés s’inscrivant au dispositif a explosé de plus de 30 % par rapport à 2019, pour dépasser la barre des 10 000 jeunes accompagnés en novembre 2020. Pour ne donner qu’un exemple, au mois de juin 2020, plus de 1 400 jeunes se sont inscrits sur le site nqt.fr, le maximum historique étant de 800 inscriptions en un mois. Cet afflux massif d’inscriptions a rallongé les délais de traitement des demandes. La crise sanitaire est ainsi devenue l’occasion de penser à nouveaux frais la nature même de NQT dans sa mission d’intérêt général.

La première nécessité a été, bien sûr, de prendre le virage numérique. Mais le passage en visioconférence des ateliers et des rencontres individuelles n’est pas une solution de substitution parfaite. C’est une mutation plus profonde qui a été pensée : NQT est devenue une plateforme collaborative d’intérêt général, grâce à la création, tant pour les parrains et marraines que pour les jeunes, de « profils utilisateurs ». Car, loin de toute approche marchande, NQT est bien un espace sur lequel des personnes viennent déposer et consommer de la valeur, même si celle-ci ne se mesure pas en euros sonnants et trébuchants. L’apport des parrains et marraines au dispositif NQT est inestimable pour les jeunes diplômés.

La crise sanitaire aura fait le lit d’une profonde remise en question quant à la mission sociale du réseau.

Mais l’inverse est tout aussi vrai ! Une étude de l’impact social de NQT, menée en 2018 par le cabinet Kismo, montrait que 70 % des marraines et parrains développent de nouvelles compétences (écoute active, pédagogie…), 66 % ont un nouveau regard sur les jeunes et leurs difficultés et 40 % élargissent leur réseau grâce au parrainage. 30 % déclarent aussi que NQT contribue à faire évoluer les pratiques de recrutement. Les jeunes diplômés, en s’inscrivant chez NQT, contribuent de manière significative à la société, en façonnant un nouveau regard sur la jeunesse et en faisant évoluer les pratiques inclusives de recrutement.

La transformation de NQT en une plateforme collaborative participe de la refonte du cadre classique de pensée « aidant-aidé » dans le domaine de l’insertion professionnelle. La crise sanitaire et la numérisation de NQT auront donc fait le lit d’une profonde remise en question quant à la mission sociale du réseau et à ses perspectives d’amélioration.

EN SAVOIR +

Un système éprouvé
Depuis sa création, NQT a mobilisé plus de 13 000 marraines et parrains travaillant dans les 1 000 entreprises et collectivités partenaires, qui ont fait bénéficier de leur expertise plus de 60 000 jeunes diplômés. Le dispositif est déployé sur tout le territoire métropolitain depuis 2018 et dans quatre départements d’outre-mer. 70 % des jeunes accompagnés intègrent un emploi à hauteur de leurs compétences en six mois en moyenne.

Le parrainage est mobilisé pour l’emploi, l’alternance et l’entrepreneuriat. Les parrains et marraines font un travail de fond pour lever les obstacles à l’entrée sur le marché de l’emploi : outre la remobilisation et la remise en confiance par un soutien moral, ils aident à la rédaction des lettres de motivation et des CV, préparent aux entretiens d’embauche, creusent la cohérence du projet professionnel ; ils accompagnent le développement du réseau des jeunes, tout en apportant leur éclairage sur le monde de l’entreprise.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Crise du travail ou crise de sens ?

La pandémie a remis l’accent sur la question du sens du travail, notamment chez les cadres. En témoignent de récentes études consacrées à cette problématique Avant la crise sanitaire, près des deux tiers des cadres en poste envisageaient un changement professionnel dans les trois ans : 42 % espéraient une évolution interne, 39 % tablaient sur un changement d’employeur et 12 % souhaitaient créer une entreprise1. Les intentions étaient avant t...

Le monde chaotique des grandes entreprises

De plus en plus de grandes entreprises cherchent un modèle de développement plus durable et inclusif. Or le chemin reste semé d’embûches pour des acteurs en quête de boussoles. Stupeur dans le landerneau économique : le 23 novembre 2020, Danone annonce un plan de suppression de 2 000 emplois dans le monde, dont 400 à 500 en France. « C’est la survie de l’entreprise qui est en cause », justifie Emmanuel Faber, son président-directeur général (PDG) tout juste...

Les chantiers de la transition écologique : vecteurs de la lutte contre la pauvreté ?

La transition écologique pourrait être un formidable vivier d’emplois. C’est en tout cas ce que laisse penser le WWF qui estime, en effet, à plus d’un million le nombre d’« emplois verts » qui pourraient être créés d’ici 2022 dans son rapport « Monde d’après : l’emploi au cœur d’une relance verte » publié l’été dernier. La transition écol...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules