Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Emploi : où est-ce qu'on va ?

Coopérative semeuse d’avenir Cités Coop

© Cités Coop
© Cités Coop

Née dans un centre d’hébergement d’urgence, la coopérative Cités Coop accompagne les porteurs et porteuses de projets en situation précaire vers la création de leur activité.


Ils étaient quatre et vivaient dans un centre d’hébergement d’urgence, à Paris. Rassemblés par leur goût pour la couture et encouragés par une accompagnatrice, ils décident, en 2018, de se lancer dans un projet. Ensemble, ils choisissent les produits qu’ils pourraient confectionner et vendre et déterminent le cadre de leur activité. Chacun apporte ses compétences et ses idées au collectif avec, à terme, l’objectif de vivre de leur travail.

« Les Quatre récupérateurs » créeront des articles à partir des vêtements de récupération. Pendant trois mois, le petit groupe sera accompagné par ce qui deviendra ensuite Cités Coop : un dispositif coopératif permettant aux entrepreneurs de démarrer leur activité dans une entreprise partagée, avec un hébergement administratif complet. Les Quatre récupérateurs, rassemblés dans une coopérative éphémère, apprendront les bases de la gestion, depuis la recherche de fournisseurs jusqu’au bilan comptable, en passant par la prise de décision démocratique, la gouvernance collective ou encore les techniques de vente.

Créée à l’initiative du Secours Catholique-Caritas France et de Cités Caritas, Cités Coop est une coopérative d’activité et d’emploi en préfiguration, qui se veut adaptable à différents types de publics et d’objectifs. Inspiré des Coopératives Jeunesses Services, créées à Québec, le dispositif représente un levier intéressant de remobilisation professionnelle et d’insertion sociale, diversifiant les modalités, y compris pour les plus fragiles. Mais cela suppose bien sûr certaines conditions. Ainsi, en novembre 2019, Cités Coop décide de proposer une alternative au statut de micro-entrepreneur, souvent facteur de risques. Cités Coop en prend même en quelque sorte le contre-pied : en accompagnant les personnes intéressées pour tester leurs idées à moindre risque, elle offre au statut d’entrepreneur un cadre plus sécurisant.

« Contentrez-vous sur l’essentiel, on s’occupe du reste », dit le slogan de Cités Coop.

Cités Coop est une coopérative d’activités et d’emplois (CAE). Regroupement économique solidaire de plusieurs entrepreneurs, ce modèle est reconnu par la loi du 31 juillet 2014 et offre un cadre collectif aux nouveaux entrepreneurs. Concrètement, en rejoignant un tel regroupement, un porteur de projet peut bénéficier du statut d’« entrepreneur salarié associé », en CDI.

La reconnaissance en tant que CAE engage Cité Coop à mettre en place des actions spécifiques. Il s’agit notamment d’offrir le filet de sécurité nécessaire pour tester une idée, développer un projet professionnel en accord avec les souhaits et compétences de la personne, renforçant ainsi son pouvoir d’agir. Le slogan de Cités Coop reflète par ailleurs l’hébergement administratif proposé aux intéressés : « Concentrez-vous sur l’essentiel, on s’occupe du reste. »

Au fur et à mesure, Cités Coop s’est ouvert aux entrepreneurs porteurs d’un projet individuel, au moyen d’un parcours en deux temps. La première étape offre la possibilité de tester son activité grâce à un contrat d’appui au projet d’entreprise (Cape). Pendant une durée de six à quinze mois maximum, les entrepreneurs peuvent affiner leur projet et créer progressivement leur clientèle, tout en puisant dans un programme de formation très complet en fonction de leurs besoins et en bénéficiant de leurs allocations antérieures et des droits qui y sont adossés.

Esprit de promotion

Il s’agit d’éviter les ruptures ou baisses de ressources et de couverture sociale, et en même temps d’avoir le moyen de gagner progressivement en autonomie. Et quand plusieurs entrepreneurs en gestation sont suivis en même temps, il se crée un esprit de promotion porteur d’énergie collective propre à développer de l’entraide et des solidarités.

Dès lors, à l’issue de ce parcours et si son activité fonctionne, la personne qui souhaite rester et être accompagnée par Cités Coop signe un contrat d’« entrepreneur salarié associé » (Cesa). Au bout de trois ans au plus, elle intégrera le sociétariat de la coopérative et participera à sa gouvernance.

Si le bénéficiaire préfère, au contraire, voler de ses propres ailes, Cités Coop l’accompagnera dans ses démarches. Elle est également disposée à réfléchir avec lui à un projet alternatif si celui qui était envisagé s’avère impossible : les nouvelles compétences acquises peuvent l’aider à trouver une nouvelle voie. L’enjeu est de réduire au minimum les retombées d’un nouvel échec dans un parcours déjà jalonné de difficultés et d’en faire, malgré tout, une étape constructive.

Tendances prometteuses

Malgré une année 2020 particulière, Cités Coop a débuté en mai l’accompagnement de ses premiers entrepreneurs sur la phase de maturation de leur projet. Sur huit entrepreneurs et entrepreneuses, cinq ont pu démarrer la phase de test en signant leur Cape fin septembre 2020, avec des projets de maquillage, de cuisine réunionnaise, de vente de cosmétiques capillaires bio pour cheveux afro et de conseils en réemploi de garde-robe.

En janvier dernier, Cités Coop préparait l’intégration d’un second groupe, avec l’ambition d’accueillir une nouvelle promotion tous les deux mois en 2021. Un dispositif en région bordelaise devrait également voir le jour, afin de poursuivre l’expérimentation, et d’autres projets de coopératives éphémères sont également dans les cartons…

Ces premiers résultats, alliés au fait d’être nommé lauréat de l’appel à projet du gouvernement « 100 % inclusion, la fabrique de la remobilisation », ont conforté Cités Coop dans sa démarche et son pari : le modèle de l’entrepreneuriat peut représenter une solution d’insertion et d’épanouissement professionnel durable et sécurisant, notamment en permettant à une large palette de métiers d’accéder à la création d’activité.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Jeune cherche cadre

Le réseau « Nos quartiers ont des talents » est aux premières loges pour observer les effets de la crise sur l’emploi des jeunes. L’association fait éclater le cadre aidant/aidé. La crise sanitaire a ébranlé le travail quotidien de bon nombre d’organisations d’intérêt général qui luttent contre les inégalités sociales. NQT (historiquement « Nos quartiers ont des talents »), un des plus importants réseaux d’entreprises engagées en faveur de l’ég...

Crise du travail ou crise de sens ?

La pandémie a remis l’accent sur la question du sens du travail, notamment chez les cadres. En témoignent de récentes études consacrées à cette problématique Avant la crise sanitaire, près des deux tiers des cadres en poste envisageaient un changement professionnel dans les trois ans : 42 % espéraient une évolution interne, 39 % tablaient sur un changement d’employeur et 12 % souhaitaient créer une entreprise1. Les intentions étaient avant t...

« Valeur travail », le retour en grâce ?

Alors qu’une majorité de Français affirment que, même avec suffisamment d’argent, ils continueraient de travailler, la question du sens de la « valeur travail » se pose plus que jamais. Troquer les mots pour les motos. Un jour, l’universitaire Matthew Crawford décide d’abandonner son poste à la tête d’un important think-tank américain. À la place, il ouvre un atelier de réparation de deux roues. Lassé de l’inconsistance des mots, il opte pour un travai...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules