Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Face au mur. Entreprises et écologie

Compostage de proximité Or noir en Cotentin

Clémence Delcroix, ex-cadre dans une grande entreprise, a bifurqué pour devenir « maître composteur ». © Denis Meyer/Hans Lucas
Clémence Delcroix, ex-cadre dans une grande entreprise, a bifurqué pour devenir « maître composteur ». © Denis Meyer/Hans Lucas

Depuis 2019, l’association Les petits composteurs sillonne les communes de Cherbourg et des environs pour collecter les déchets et les transformer en compost. Une initiative pionnière qui commence à porter ses fruits.


Depuis 6 heures du matin, Jean-Sébastien Tanguy, à bord de son camion, est sur les routes. En septembre 2020, ce « bourlingueur » des mers, adepte des voyages au long cours, est devenu le premier salarié de l’association Les petits composteurs, créée en 2019 pour donner une seconde vie aux déchets organiques. Sa mission : collecter ces derniers dans les entreprises volontaires pour participer au décollage du projet dans la commune de Cherbourg et des environs, peu rompue jusqu’ici à ce type de pratiques. « Faisant moi-même mon compost, j’étais déjà sensibilisé à cette démarche », explique-t-il, aussi soucieux de la protection des océans que de la nature urbaine, trop souvent malmenée à son goût. Et si le travail peut sembler austère – il s’agit essentiellement d’échanger des bacs pleins de déchets contre des bacs vides –, sa motivation ne faiblit pas, car jouer les précurseurs et bousculer les habitudes n’est pas sans déplaire à Jean-Sébastien.

Ce franc-tireur, embauché en contrat d’insertion, partage avec Clémence Delcroix cette envie de titiller les citoyens. C’est un des motifs qui a incité cette ancienne cadre d’une grande entreprise cherbourgeoise à créer l’activité, quelques mois avant le début de la pandémie. « Ce n’était sans doute pas la meilleure période, le projet a certes pris du retard », sourit celle qui n’a pourtant jamais baissé les bras. Mue par sa double ambition – participer activement au changement de comportements et associer les habitants à cette aventure –, elle a continué sur sa lancée, quitte, pour arriver à destination, à emprunter parfois des chemins de traverse. Jusqu’à frapper à la porte de Veolia pour demander au groupe d’héberger sur son site de Bayeux les containers collectés par

Jean-Sébastien et l’activité de compostage, le temps que l’association puisse inve

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules