Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

« Participer » pour secouer le pouvoir

Manifestation contre la privatisation de l'hôpital d'Angoulême, 2005 (c) Pierre-Alain Dorange
Manifestation contre la privatisation de l'hôpital d'Angoulême, 2005 (c) Pierre-Alain Dorange

« Enfin, nous avions le droit de donner notre avis. Enfin, nous étions des êtres humains à part entière. » Gilberte Brossolette, femme politique et résistante, se remémore ainsi le 29 avril 1945, ce jour où les femmes françaises purent voter pour la première fois. Aujourd’hui, le droit de vote n’est plus synonyme ni de reconnaissance des individus ni de vigueur démocratique. Abstention, vote blanc, méfiance à l’égard des élus, la démocratie représentative est en crise. Comment, alors, réconcilier les citoyens avec la chose publique ? C’est le défi de la démocratie participative. Mais pourquoi « participative » ? La démocratie n’est-elle pas le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » (Abraham Lincoln, 1809-1865) ? C’est qu’un gouvernement « par le peuple » et « pour le peuple » n’est jamais acquis.

Depuis les années 1990, la participation des citoyens s’est dotée d’une base juridique. Elle jouit même d’un certain effet de mode et se décline désormais à toutes les échelles (du quartier à l’Organisation des Nations unies, en passant par la ville, la région, etc.) à travers des dispositifs institutionnels régulièrement contestés (cf. G. Gourgues). À quoi sert de participer, quand le cadre, le lieu, l’heure et l’ordre du jour sont déterminés par ceux qui prendront la décision finale ? Le risque est grand de faire de la participation à moindre frais, sans remettre en cause ni les processus de décision ni leur cadre. C’est ainsi qu’au Havre des citoyens ont résisté à l’injonction qui leur était faite de « participer » à la rénovation de leur quartier (cf. F. Gilli). Une résistance qui a permis la mise en place d’un nouveau processus de concertation, auquel ils ont été, cette fois-ci, pleinement associés.

Quand on détient du pouvoir, que cela soit au niveau d’un pays, d’une commune, d’une entreprise ou d’une association, le partager n’est pas chose facile (cf. J. Caron). Les résistances sont nombreuses : crainte de ralentir les processus de décision, soupçon de voir les intérêts particuliers l’emporter sur l’intérêt général, ignorance et discrédit du savoir d’autrui. Peur, aussi, de se laisser déplacer. Car associer l’autre au pouvoir, c’est accepter d’y faire entrer l’inconnu. L’expérience quotidienne d’un quartier populaire, celle de vivre en dessous du seuil de pauvreté, de se déplacer en fauteuil roulant dans la ville, d’être une femme qui élève seule ses trois enfants… Associer l’autre au pouvoir, c’est redécouvrir la société à travers ces expériences-là. C’est se laisser interroger par des savoirs insoupçonnés. Des savoirs qu’une association comme le Secours Catholique - Caritas France, dans la veine d’ATD Quart Monde, juge fondamentaux pour permettre « à chacun de prendre une part active dans la transformation de la société » et « lutter efficacement contre la misère et l’exclusion » (projet national 2016-2025).

Mais comment être associé au pouvoir quand on en ignore les ressorts, que l’on vit loin des centres de décision et que l’on ne connaît personne dans les hautes sphères (cf. E. Bodinier et al.) ? Comprendre le système et libérer les imaginaires : c’est ce que proposent les mouvements d’éducation populaire pour s’affranchir des places assignées et transformer en profondeur la société (cf. É. Viard et al.). Et, à partir de là, prendre conscience de sa capacité à agir pour améliorer son quotidien, celui de son immeuble, de sa ville… C’est aussi le pari du community organizing. Développé dans les années 1930 par Saul Alinsky à Chicago, cet art de l’organisation des luttes collectives connaît en France un certain engouement (cf. J. Talpin). À l’opposé d’une image irénique de la participation, il valorise le conflit, qu’il s’agit d’instruire pour construire des accords collectifs solides.

La participation va-t-elle remplacer la représentation ? Là n’est pas son ambition. Par sa portée comme par ses limites, elle confirme l’absolue nécessité de contre-pouvoirs à même de secouer des institutions, des entreprises ou des associations trop verticales et ankylosées. Pour obliger ceux qui détiennent du pouvoir à poser un peu les pieds sur terre. Dans l’intérêt général.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

[VIDÉO] Le community organizing : théorie du changement et pouvoir collectif

Le « community organizing » encourage les citoyens à s’organiser pour faire changer les choses autour d’eux. Né dans les années 1930 à Chicago sous l’impulsion de Saul Alinsky, cette méthode suscite aujourd’hui un certain engouement en France. Jean-Michel Knutsen, fondateur de « Organisez-vous ! », rentre tout juste d’Angleterre, où il s’est formé au « community organizing ». ...

De l’art de médiatiser sa cause

Entretien - Comme Act up contre le sida, ils n’étaient qu’une poignée, mais ils ont réussi à déplacer des montagnes. Génération précaire pour le statut des stagiaires, Jeudi-Noir contre l’explosion des prix du logement. Une nouvelle militance ? Retour sur le « modus operandi », les débats internes et la portée de ces collectifs citoyens. Pourriez-vous retracer les grandes étapes de votre parcours militant ?Manuel Domergue - Ce qui m’anime, depuis quelques années maintenant, ce sont les articulat...

Participation : trajectoire d’une dépolitisation

À force d’être pensée de haut en bas, codifiée dans des dispositifs, la participation peine à trouver son public. Et la démocratie participative s’en voit peu à peu vidée de ses ambitions politiques pour ne devenir qu’un outil à la disposition des gouvernants. Que l’on entretient parce qu’il le faut bien. Évoquer la démocratie participative impose de se confronter à une série d’expériences extrêmement variées : différence d’échelles (de l’assemblée de quartier à la conférence mondiale de citoyen...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules