Logo du site

Participation : trajectoire d’une dépolitisation


À force d’être pensée de haut en bas, codifiée dans des dispositifs, la participation peine à trouver son public. Et la démocratie participative s’en voit peu à peu vidée de ses ambitions politiques pour ne devenir qu’un outil à la disposition des gouvernants. Que l’on entretient parce qu’il le faut bien.

Évoquer la démocratie participative impose de se confronter à une série d’expériences extrêmement variées : différence d’échelles (de l’assemblée de quartier à la conférence mondiale de citoyens), de formats (du plus délibératif au plus informatif), de publics (du « citoyen lambda » aux individus les plus ciblés) ou de cadrages (des dispositifs administrés ou légaux aux formes plus autonomes de participation). Cette hétérogénéité reflète la nature même de l’engouement, sans cesse redécouvert, pour l’idée d’une plus grande participation des citoyens aux affaires publiques. La participation est un terme politique, saisi par des engagements polymorphes, parfois antagonistes, qui se disputent le sens et les objectifs des expériences menées en son nom. Le terme est aussi bien investi par les « radicaux », soucieux de l’empowerment des catégories populaires, que par les managers cherchant à identifier les meilleures pratiques de gestion. Il est toutefois possible d’identifier une trajectoire d’ensemble, embrassant nombre de dispositifs « participatifs ».

Depuis les années 1960, les revendications et pratiques d’une démocratie plus participative et/ou délibérative alimentent la constitution d’une « participation publique », prenant la forme d’une offre définie et mise en œuvre de manière descendante par les autorités publiques. Cette offre est composée d’une série de dispositifs, librement inspirés de pratiques sociales préalables ou inventés ex nihilo, dont la gestion s’avère toujours plus professionnalisée, rendant possible leur standardisation et leur circulation à l’échelle mondiale1. Après avoir été âprement disputé, l’objectif politique de la participation publique s’avère flou aujourd’hui. Il a

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules