Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Pauvreté. Le pari de l’« aller vers »

Créer de la proximité : un défi collectif

© Aurore Chaillou
© Aurore Chaillou

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».

L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale, le fait de rencontrer les plus pauvres sur leur lieu de vie : à domicile, dans la rue, dans les squats ou les bidonvilles. Rappelons qu’en France, une personne seule est considérée comme pauvre si elle dispose de moins de 1 102 € par mois (60 % du niveau de vie médian), et comme très pauvre avec moins de 734 € par mois (40 % du niveau de vie médian).

Les objectifs de l’« aller vers » sont donc louables : lutter contre le non-recours (p. 20), comprendre les besoins et redonner du pouvoir d’agir aux plus précaires (p. 25). Qui serait contre ?

Mais la mise en œuvre de ces objectifs est ardue, et la démarche a parfois des effets pervers. Désireux de croiser leurs approches, des universitaires et des acteurs de la lutte contre la pauvreté se sont retrouvés en juin à Tours lors du colloque « Aller vers les personnes en grande précarité : expériences et perspectives, en France et à l’étranger », dont la Revue Projet était partenaire. Ce dossier en est tiré.

Aller sur le terrain et rencontrer les personnes précaires exige des moyens financiers et humains, du temps, une étude des besoins réels (p. 32) et des litres de café. Cela suppose des compétences : écouter, sortir de la posture de sachant, laisser de côté ses préjugés pour être disponible à l’autre tel qu’il est (p. 47). Cela nécessite une coordination entre les acteurs publics et associatifs d’un même territoire (p. 54).

Or rencontrer les plus pauvres sur leur lieu de vie ne remplacera pas les services publics qui ont déserté certains territoires (p. 36) ou sont saturés, alertent professionnels et associations. Ces derniers s’alarment de la logique de financement par projet (p. 58), qui interroge la pérennité des dispositifs et précarise les acteurs de la lutte contre la pauvreté comme les accompagnements proposés (p. 50).

En creux, ce dossier interroge l’évolution des relations entre l’État et les citoyens : à quel point associer les usagers à la construction des politiques sociales ? Jusqu’où tenir compte de la subjectivité et des particularités de chacun ? Comment ne pas limiter l’intérêt général d’une société à la somme des intérêts particuliers ?

Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Un outil local pour comprendre

En Ardèche, des acteurs locaux ont rencontré des habitants pour rendre compte des situations de non-recours aux droits sociaux et aux soins. Grâce à un outil statistique dédié, une politique d’accès à ces derniers s’élabore, au plus près des besoins du territoire. « Personne ne devrait se trouver privé de ses droits en raison d’un manque de ressources, d’informations, de compétences numériques, ou faute d’avoir trou...

« Aller vers » en étant là

Pour lutter contre la précarité, certains architectes choisissent d’habiter un lieu afin d’en comprendre les usages et les manques. L’habitat devient ainsi un support d’échange avec les résidents, tout en abordant autrement la question, parfois délicate, de leur situation. De nombreux architectes continuent aujourd’hui à s’engager afin de mieux saisir les situations d’habitat précaire, par la recherche ou par l’action, prolongeant un pro...

Relation d’aide à réinventer

Les pratiques d’« aller vers » ont en commun de considérer l’autre comme sujet à part entière et non seulement comme bénéficiaire. Elles favorisent une nouvelle forme d’autonomie. « Aller vers pour faire venir », « faire émerger des envies », « faire avec et être à côté ». L’« aller vers » correspondrait finalement à une sorte de grande coquille dont le cadre éthique commun n’est pas toujours clair, ni même existant peut-être1. Néa...

Du même auteur

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

« L’aller vers ne répond pas à la fermeture des services publics »

Qui fait quoi en matière de lutte contre la pauvreté et d’aller vers à l’échelle d’un département ? Avec quelles limites ? Regards croisés entre une élue municipale, une responsable associative et une représentante du département d’Indre-et-Loire. On observe un regain d’intérêt pour l’aller vers dans le travail social. À quel besoin cela répond-il pour votre institution ? Que faites-vous ?Ursula ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules