Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

Le point sur les OMD


« Que la mondialisation devienne une force positive pour l’humanité tout entière. » Forts de cette ambition, les États membres des Nations unies ont défini en 2000 huit « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) à atteindre d’ici fin 2015. Où en sommes-nous ?

Éradiquer l’extrême pauvreté et la faim

- Réduire de moitié la proportion de personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour1. En 1990, 47 % de la population des pays en développement était concernée. En 2010, ce taux est descendu à 22 %. Mais sans la Chine, le taux ne passe que de 41 % à 26 %.

- Réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la faim. En 1990, plus de 23 % de la population mondiale était sous-alimentée. En 2011, ce taux était encore proche des 15 %.

Assurer l’éducation primaire pour tous

- Donner à tous les enfants les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires. L’alphabétisation progresse, l’écart hommes-femmes se réduit. En 2010, 90 % des enfants des pays en développement étaient inscrits en primaire, mais les progrès ralentissent.

Promouvoir l’égalité des sexes

- Éliminer les disparités entre sexes dans les enseignements primaire et secondaire, puis à tous les niveaux. Les filles ont davantage accès à l’éducation, mais de fortes disparités demeurent, en Asie du Sud et en Afrique notamment. En 2012, 20 % des parlementaires étaient des femmes, le plus haut niveau jamais atteint…

Réduire la mortalité infantile

- Réduire des 2/3 la mortalité des moins de 5 ans. Ce taux était de 89 ‰ en 1990, de 60 ‰ en 2011.

Améliorer la santé maternelle

- Réduire des 3/4 la mortalité maternelle : depuis 1990, la mortalité maternelle a été réduite de moitié, passant de 400 décès pour 100 000 naissances à 210 (en 2010).

- Rendre l’accès à la médecine procréative universel. Dans les pays en développement, la présence de personnel qualifié au moment de l’accouchement est passée à 53 % en zones rurales (44 % en 1990), 84 % en zones urbaines (75 % en 1990). En 2011, 47 millions de bébés ont vu le jour sans personnel soignant qualifié.

Lutter contre les maladies

- Stopper la propagation du sida, c’est possible ! Le nombre de nouvelles infections est passé de 3,5 millions (1996) à 2,6 millions (2009). Mais l’accès universel à la thérapie antirétrovirale n’est pas acquis.

- Le taux de mortalité dû à la tuberculose a chuté de 35 % depuis 1990 (1,4 million de personnes en sont mortes en 2011), celui dû au paludisme de 20 % (660 000 victimes en 2010).

Assurer la viabilité de l’environnement

- Intégrer le développement durable dans les politiques nationales, enrayer l’épuisement des ressources naturelles. Les émissions de CO2 ont augmenté de 46 %.

- Réduire de moitié la part de la population sans accès à l’eau potable et sans accès à des services d’assainissement. La cible concernant l’eau potable sera atteinte, pas celle concernant l’assainissement.

- Améliorer la vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis. Si l’objectif a été largement dépassé, le nombre d’habitants de taudis augmente : ils étaient 650 millions en 1990, 863 millions en 2012 dans les pays en développement.

Faire advenir un partenariat mondial pour le développement

- Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement. Le service de la dette des pays en développement est passé de 12 % des recettes tirées des exportations en 2000 à 3 % en 2010.

- Accroître l’aide au développement. Les pays riches l’ont augmentée, mais en 2010, ils n’y consacraient en moyenne que 0,32 % de leur RNB, loin de leur engagement (0,7 %).

- Partager les savoirs pour rendre accessibles les médicaments essentiels. Dans certaines limites, les pays en développement peuvent déroger aux règles de protection des brevets pour produire ou importer ces médicaments.

- Faciliter les transferts de technologies par le secteur privé. 65 % des internautes sont dans un pays en développement. Malgré tout, internet est inaccessible pour les 2/3 de la population mondiale.

- Instaurer un système commercial et financier juste, fondé sur des règles prévisibles, non discriminatoires. Un chiffre ne saurait suffire à esquisser un bilan !

Sources : Onu, ministère français des Affaires étrangères, Agence française de développement (campagne « Huit fois oui »).



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Un revenu minimum pour éradiquer la misère

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… La britannique Judith Randel, directrice de l’ONG Development Initiatives, s’est prêtée au jeu. D’ici 2030, nous pouvons en finir avec l’extrême pauvreté. Et cela sans être idéaliste ! Les études disponibles montrent qu’abolir l’extrême pauvreté est matériellement possible. La pauvreté recouvre de multiples dimensions : du niveau de revenu à l’accès à une ...

Défendre les petits agriculteurs

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Ndiakhate Fall, paysan sénégalais, s’est prêté au jeu. Nous sommes à la veille de 2015 et il est aujourd’hui évident que les objectifs des Nations unies ne seront pas atteints. Leur pertinence ne fait pas de doute, mais comment les membres de la Via campesina et les organisations paysannes nationales prennent-ils part à leur réalisation ? Comment prendront...

Prendre les plus délaissés comme partenaires

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? ». Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Isabelle Pypaert Perrin, déléguée générale du Mouvement international ATD Quart Monde, s’est prêtée au jeu. En 2000, avec la Déclaration du millénaire, les 189 chefs d’État signataires ont pris un engagement sans précédent : ne ménager aucun effort pour libérer l’humanité de la misère. Mais à peine formulée, cette ambition s’est rétrécie en objectifs visa...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

Des ressources insoupçonnées

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des resso...

L’écologie, une affaire sensible

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mes...

1. Dans la Déclaration du millénaire. 1990 est l’année de référence.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules