Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

Défendre les petits agriculteurs

Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Ndiakhate Fall, paysan sénégalais, s’est prêté au jeu.

Nous sommes à la veille de 2015 et il est aujourd’hui évident que les objectifs des Nations unies ne seront pas atteints. Leur pertinence ne fait pas de doute, mais comment les membres de la Via campesina et les organisations paysannes nationales prennent-ils part à leur réalisation ? Comment prendront-ils en charge les objectifs après 2015 ? Voilà la véritable question. On peut identifier, parmi ces objectifs, ceux auxquels nous pouvons contribuer : l’autonomie communautaire (à travers la participation et la direction dans la conception, la réalisation, le contrôle et l’évaluation des actions), des actions basées sur le croisement des recherches scientifiques et des savoirs locaux éprouvés, l’empowerment des organisations paysannes (des femmes en particulier), l’identification et la conception de modèles agricoles susceptibles d’être copiés de village en village. Encore faut-il que chaque gouvernement opte pour la souveraineté alimentaire dans son pays, en soutenant des politiques publiques qui défendent et promeuvent l’agriculture familiale !

« Que chaque gouvernement opte pour la souveraineté alimentaire dans son pays, en soutenant des politiques publiques qui promeuvent l’agriculture familiale ! »

Les petits agriculteurs doivent être reconnus comme des acteurs importants dans chaque pays, particulièrement en Afrique où l’élimination de l’agriculture paysanne et son remplacement par une agriculture industrielle semblent tenir lieu de vision pour un grand nombre de gouvernements et d’entreprises multinationales. En Afrique, comme au niveau international, les organisations paysannes ont débattu des valeurs du savoir traditionnel paysan et de la protection des semences autochtones1. Mais nous sommes menacés par ceux qui cherchent à imposer des systèmes de semences contrôlés par les entreprises multinationales, qui minent nos pratiques. Notre but est de résister, en défendant les semences autochtones et en combattant les entreprises multinationales. L’implication de nos organisations dans les débats et la conception des objectifs est indispensable à leur réalisation.

Et vous, quels objectifs fixeriez-vous ?

Ils s’y sont essayés, et vous ? Nous vous encourageons à nous proposer vos propres objectifs pour le développement, en respectant les instructions aux auteurs.

« Financer l’après-2015 par une fiscalité juste », par Dereje Alemayehu (Éthiopie), Alliance globale pour la justice fiscale

« Un revenu minimum pour éradiquer la misère », par Judith Randel (Royaume-Uni), Development Initiatives

« Prendre les plus délaissés comme partenaires », par Isabelle Pypaert Perrin (Belgique),  Mouvement international ATD Quart Monde

« Tourner le secteur privé vers l’intérêt général », Nathalie Péré-Marzano (France), Crid, Action mondiale contre la pauvreté-France

« Dénucléariser Israël », par Michel Warschawski (Israel), Centre d’information alternative de Jérusalem

« (Re)donner à chacun une existence », par Pierre-Marie Espagnet (France), Délégation catholique pour la coopération, Centre d’accueil de migrants à Rabat (Maroc)

« L’éminente responsabilité des pays ‘développés’ », par Christian Comeliau (France), économiste du développement



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Relégués à la périphérie de Manille

Depuis de nombreuses années, à Manille, capitale des Philippines, des logements de fortune sont détruits : pour réaliser des projets de développement, ou simplement parce que le propriétaire du terrain exige que les habitants déguerpissent. En 2012, le gouvernement reconnaissait que les familles devraient être relogées et autant que possible à proximité de leur ancien quartier. Si cela s’avérait impossible, elles seraient relogées dans la ville et seulement en dernier recours en dehors de celle...

Cameroun, à qui profite l’huile de palme ?

Par sa situation dans « la ceinture africaine du palmier à huile », une bande de terres allant du Liberia à l’Éthiopie, le Cameroun est devenu depuis 2009 une destination privilégiée pour les investisseurs du secteur. Depuis la privatisation de la Société camerounaise de palmeraies (Socapalm) en 2000, le groupe français Bolloré en est le premier actionnaire. Acteurs classiques de la filière (le malaisien Sime Darby, l’indien Siva Group, l’américain Cargill) et nouveaux planteurs (l’américain He...

Surdéveloppement : qu’en dit l’Église catholique ?

Extraits de « Sollicitudo rei socialis » (28), encyclique de Jean-Paul II de 1987. On comprend mieux aujourd’hui que la pure accumulation de biens et de services, même en faveur du plus grand nombre, ne suffit pas pour réaliser le bonheur humain. Et, par suite, la disponibilité des multiples avantages réels apportés ces derniers temps par la science et par la technique, y compris l’informatique, ne comporte pas non plus la libération par rapport à toute forme d’esclavage. (…)Une constatation déc...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules