Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

Défendre les petits agriculteurs

Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Ndiakhate Fall, paysan sénégalais, s’est prêté au jeu.

Nous sommes à la veille de 2015 et il est aujourd’hui évident que les objectifs des Nations unies ne seront pas atteints. Leur pertinence ne fait pas de doute, mais comment les membres de la Via campesina et les organisations paysannes nationales prennent-ils part à leur réalisation ? Comment prendront-ils en charge les objectifs après 2015 ? Voilà la véritable question. On peut identifier, parmi ces objectifs, ceux auxquels nous pouvons contribuer : l’autonomie communautaire (à travers la participation et la direction dans la conception, la réalisation, le contrôle et l’évaluation des actions), des actions basées sur le croisement des recherches scientifiques et des savoirs locaux éprouvés, l’empowerment des organisations paysannes (des femmes en particulier), l’identification et la conception de modèles agricoles susceptibles d’être copiés de village en village. Encore faut-il que chaque gouvernement opte pour la souveraineté alimentaire dans son pays, en soutenant des politiques publiques qui défendent et promeuvent l’agriculture familiale !

« Que chaque gouvernement opte pour la souveraineté alimentaire dans son pays, en soutenant des politiques publiques qui promeuvent l’agriculture familiale ! »

Les petits agriculteurs doivent être reconnus comme des acteurs importants dans chaque pays, particulièrement en Afrique où l’élimination de l’agriculture paysanne et son remplacement par une agriculture industrielle semblent tenir lieu de vision pour un grand nombre de gouvernements et d’entreprises multinationales. En Afrique, comme au niveau international, les organisations paysannes ont débattu des valeurs du savoir traditionnel paysan et de la protection des semences autochtones1. Mais nous sommes menacés par ceux qui cherchent à imposer des systèmes de semences contrôlés par les entreprises multinationales, qui minent nos pratiques. Notre but est de résister, en défendant les semences autochtones et en combattant les entreprises multinationales. L’implication de nos organisations dans les débats et la conception des objectifs est indispensable à leur réalisation.

Et vous, quels objectifs fixeriez-vous ?

Ils s’y sont essayés, et vous ? Nous vous encourageons à nous proposer vos propres objectifs pour le développement, en respectant les instructions aux auteurs.

« Financer l’après-2015 par une fiscalité juste », par Dereje Alemayehu (Éthiopie), Alliance globale pour la justice fiscale

« Un revenu minimum pour éradiquer la misère », par Judith Randel (Royaume-Uni), Development Initiatives

« Prendre les plus délaissés comme partenaires », par Isabelle Pypaert Perrin (Belgique),  Mouvement international ATD Quart Monde

« Tourner le secteur privé vers l’intérêt général », Nathalie Péré-Marzano (France), Crid, Action mondiale contre la pauvreté-France

« Dénucléariser Israël », par Michel Warschawski (Israel), Centre d’information alternative de Jérusalem

« (Re)donner à chacun une existence », par Pierre-Marie Espagnet (France), Délégation catholique pour la coopération, Centre d’accueil de migrants à Rabat (Maroc)

« L’éminente responsabilité des pays ‘développés’ », par Christian Comeliau (France), économiste du développement



J'achète Le numéro !
Quels objectifs pour le développement ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Tourner le secteur privé vers l’intérêt général

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? ». Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Nathalie Péré-Marzano s’est prêtée au jeu tandis qu'elle était encore déléguée générale du Crid et coordinatrice de l’Action mondiale contre la pauvreté-France. Éradiquer la pauvreté, œuvrer pour un développement durable, préserver la planète, son climat, sa biodiversité, ses forêts, telles étaient les ambitions des différents accords signés, sous l’égide...

Emploi, alimentation : quand les Indiens font valoir leurs droits

Entretien – L’Inde a deux visages : celui d’un futur géant économique, celui de ses enfants dont 5% meurent avant l’âge de 5 ans. C’est aussi une démocratie où les citoyens veulent, non pas « réduire la pauvreté » avec l’Onu, mais faire valoir des droits. Avec des succès importants : une loi pour le droit à l’alimentation, le droit à l’emploi en zone rurale… Entretien avec l’une des animatrices du mouvement. Dans quel contexte s’inscrit la campagne pour le droit à l’alimentation ?Reetika Khera –...

Un revenu minimum pour éradiquer la misère

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… La britannique Judith Randel, directrice de l’ONG Development Initiatives, s’est prêtée au jeu. D’ici 2030, nous pouvons en finir avec l’extrême pauvreté. Et cela sans être idéaliste ! Les études disponibles montrent qu’abolir l’extrême pauvreté est matériellement possible. La pauvreté recouvre de multiples dimensions : du niveau de revenu à l’accès à une ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules