Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

Un revenu minimum pour éradiquer la misère

Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… La britannique Judith Randel, directrice de l’ONG Development Initiatives, s’est prêtée au jeu.

D’ici 2030, nous pouvons en finir avec l’extrême pauvreté. Et cela sans être idéaliste ! Les études disponibles montrent qu’abolir l’extrême pauvreté est matériellement possible. La pauvreté recouvre de multiples dimensions : du niveau de revenu à l’accès à une alimentation convenable, en passant par l’accès aux soins de base, les questions d’éducation et de logement, ou encore le droit à l’information et le droit à la protection contre les discriminations. Néanmoins, la première étape vers un bien-être global est de s’assurer que personne ne vit avec moins de 1,25 dollar par jour, où que ce soit dans le monde. Poser pour 2030 l’ultimatum d’en finir avec l’extrême pauvreté doit permettre de maintenir la dynamique impulsée par les Objectifs du millénaire pour le développement en s’assurant – pour la première fois – que personne n’est laissé de côté.

Encore faut-il évaluer les coûts et déterminer les échéances d’un tel objectif. La croissance économique est l’une des clés de la réduction de la pauvreté, mais elle ne permettra pas de l’abolir totalement. Dans les scénarios les plus optimistes, plus de 100 millions de personnes vivraient encore dans une pauvreté extrême en 2030. Pour les plus pessimistes, c’est 1,04 milliard de personnes qui seraient laissées de coté. Et en effet beaucoup sont dans une misère telle que la croissance seule ne suffira pas à venir à bout de barrières structurelles. D’autres mesures devront l’accompagner.

Pour franchir ces barrières et pour s’assurer que la communauté internationale se concentre sur l’aide aux plus marginalisés, tous les gouvernements doivent s’engager à garantir un revenu minimum de base à leurs citoyens. Cet engagement, pour être assuré au niveau national, suppose diverses politiques d’intervention (transferts, assurances, protection sociale) afin de protéger les revenus des plus démunis. Quand les gouvernements ne seront pas en mesure d’en assumer la charge, ce sera à l’aide internationale d’intervenir en dernier ressort. Cet engagement permettra aux plus vulnérables de faire face aux risques, de réaliser de petits investissements, de saisir des opportunités.

En accédant à l’information, les personnes peuvent faire valoir leurs droits, prendre pleinement part aux décisions qui les concernent.

Le programme de développement pour après 2015 doit inclure aussi la question de l’accès à l’information. Nous savons tous que savoir, c’est pouvoir. En accédant à l’information, les personnes peuvent faire valoir leurs droits, prendre pleinement part aux décisions qui les concernent, demander des comptes aux gouvernements et aux autres acteurs décisionnaires, agir pour l’amélioration de la qualité des services et la réduction de la corruption. Faire de l’accès à l’information un objectif à part entière est un moyen de leur donner un contrôle et une liberté de choix dans les décisions qui ont un impact sur leur vie. Cet objectif, dès lors, interroge la répartition du pouvoir entre gouvernements, société civile et secteur privé. Il appelle à évaluer les progrès réalisés en termes de transparence, de participation et d’autonomie. Plus encore, il servira finalement de base au succès des autres objectifs, pour que les pays, les citoyens, les sociétés civiles utilisent l’information afin de trouver des solutions locales face aux défis de court et long termes, à mesure qu’ils se présentent.

Texte traduit de l’anglais par Aurore Chaillou.

Et vous, quels objectifs fixeriez-vous ?

Ils s’y sont essayés, et vous ? Nous vous encourageons à nous proposer vos propres objectifs pour le développement, en respectant les instructions aux auteurs.

« Financer l’après-2015 par une fiscalité juste », par Dereje Alemayehu (Éthiopie), Alliance globale pour la justice fiscale

« Prendre les plus délaissés comme partenaires », par Isabelle Pypaert Perrin (Belgique),  Mouvement international ATD Quart Monde

« Tourner le secteur privé vers l’intérêt général », Nathalie Péré-Marzano (France), Crid, Action mondiale contre la pauvreté-France

« Dénucléariser Israël », par Michel Warschawski (Israel), Centre d’information alternative de Jérusalem

« Défendre les petits agriculteurs », par Ndiakhate Fall (Sénégal), Conseil national de concertation et de coopération des ruraux/Via Campesina

« (Re)donner à chacun une existence », par Pierre-Marie Espagnet (France), Délégation catholique pour la coopération, Centre d’accueil de migrants à Rabat (Maroc)

« L’éminente responsabilité des pays ‘développés’ », par Christian Comeliau (France), économiste du développement

J'achète Le numéro !
Quels objectifs pour le développement ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

2015, année charnière

L’année 2015 sonnera l’heure du bilan des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). La communauté internationale aura quelque raison de se féliciter. Elle avait promis en 2000 de réduire de moitié la part de la population en situation de grande pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour). Promesse tenue. Dans les pays en développement, le ratio est tombé à 22 % en 2010, contre 47 % en 1990. Sur la même période, l’accès à l’eau potable a été amélioré pour 2 milliards de personnes. Et l’i...

Surdéveloppement : qu’en dit l’Église catholique ?

Extraits de « Sollicitudo rei socialis » (28), encyclique de Jean-Paul II de 1987. On comprend mieux aujourd’hui que la pure accumulation de biens et de services, même en faveur du plus grand nombre, ne suffit pas pour réaliser le bonheur humain. Et, par suite, la disponibilité des multiples avantages réels apportés ces derniers temps par la science et par la technique, y compris l’informatique, ne comporte pas non plus la libération par rapport à toute forme d’esclavage. (…)Une constatation déc...

Quel développement sans État ? Le cas d’Haïti

Table ronde – Nul pays n’est davantage qu’Haïti l’objet de la compassion et de l’aide internationale. Pourtant la population lutte pour survivre. À qui la faute ? À l’État, aux ONG, aux puissances étrangères, aux multinationales, aux élites locales ? Débat entre le coordonnateur de l’aide française, une anthropologue et une volontaire d’ATD Quart Monde. prLe 12 janvier 2010, le séisme fait des dizaines de milliers de morts en Haïti1. Est-ce uniquement le résultat d’une « catastrophe naturelle » ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules