Logo du site

Relégués à la périphérie de Manille

ATD Quart Monde Philippines
Droit de cité

Depuis de nombreuses années à Manille capitale des Philippines des logements de fortune sont détruits pour réaliser des projets de développement ou simplement parce que le propriétaire du terrain exige que les habitants déguerpissent En 2012 le gouvernement reconnaissait que les familles devraient être relogées et autant que possible à p...

Surdéveloppement : qu’en dit l’Église catholique ?

Jean-Paul II
Question de sens

Extraits de « Sollicitudo rei socialis » (28), encyclique de Jean-Paul II de 1987. Extraits de Sollicitudo rei socialis 28 encyclique de Jean Paul II de 1987 On comprend mieux aujourd'hui que la pure accumulation de biens et de services même en faveur du plus grand nombre ne suffit pas pour réaliser le bonheur humain Et par suite la disponibili...

Pauvreté : qui sont les vrais experts ?

Xavier Godinot
Droit de cité

Les politiques de lutte contre la pauvreté, pensées sans les pauvres, se retournent trop souvent contre eux. Fort de ce constat et de sa pédagogie, le Mouvement ATD Quart Monde a voulu imaginer l’après 2015 à partir du savoir, unique, des exclus. Les politiques de lutte contre la pauvreté pensées sans les pauvres se retournent trop souvent...

L’éminente responsabilité des pays « développés »

Christian Comeliau
Chercheur

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Christian Comeliau, économiste du développement, s’est prêté au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pou...

Défendre les petits agriculteurs

Ndiakhate Fall
Droit de cité

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Ndiakhate Fall, paysan sénégalais, s’est prêté au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre ...

Quel développement sans État ? Le cas d’Haïti

Alice Corbet, Pierre Duquesne et Jacqueline Plaisir
Vu d'ailleurs

Table ronde – Nul pays n’est davantage qu’Haïti l’objet de la compassion et de l’aide internationale. Pourtant la population lutte pour survivre. À qui la faute ? À l’État, aux ONG, aux puissances étrangères, aux multinationales, aux élites locales ? Débat entre le coordonnateur de l’aide française, une anthropologue et une v...

(Re)donner à chacun une existence

Pierre-Marie Espagnet
Vu d'ailleurs

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Pierre-Marie Espagnet, volontaire pour la Délégation catholique pour la coopération au Maroc, s’est prêté au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez ci...

Concurrence ou droits humains : il faut choisir !

Jean Fabre
Acteur de terrain

Quelles sont les valeurs de la communauté internationale : l’égale dignité de chacun, qui est à son fondement, ou la loi du marché ? Pour Jean Fabre, l’ancien numéro 2 du Programme des nations unies pour le développement, les deux ne sont pas compatibles. À l’heure où il nous faut gérer le monde ensemble, il y a urgence à construir...

Tourner le secteur privé vers l’intérêt général

Nathalie Péré-Marzano
Acteur de terrain

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? ». Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Nathalie Péré-Marzano s’est prêtée au jeu tandis qu'elle était encore déléguée générale du Crid et coordinatrice de l’Action mondiale contre la pauvreté-France. Quels objectifs de dév...

Les défis de l’aide publique au développement

Michel Griffon
Chercheur

Fondée sur une idéologie du rattrapage, l’aide publique au développement (APD) a largement échoué. La réduction de la pauvreté résulte d’abord de la mondialisation des échanges. Mais bien d’autres défis (emploi, migrations, climat…) attendent l’APD. Fondée sur une idéologie du rattrapage l'aide publique au développement APD a...

Prendre les plus délaissés comme partenaires

Isabelle Pypaert Perrin
Droit de cité

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? ». Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Isabelle Pypaert Perrin, déléguée générale du Mouvement international ATD Quart Monde, s’est prêtée au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez cinq ...

Dénucléariser Israël

Michel Warschawski
Vu d'ailleurs

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Michel Warschawski, journaliste et militant pacifiste israélien, s’est prêté au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Na...

Développement : que peut-on attendre de 2015 ?

Mathilde Bouyé et Jean-Michel Severino
Chercheurs

Pour la première fois, l’agenda du développement pourrait intégrer enjeux économiques, sociaux et environnementaux et être véritablement universel : applicable à tous les pays, développés et en développement. Un accord à la hauteur des enjeux suppose une mobilisation politique sans précédent. Pour la première fois l'agenda du dével...

Cameroun, à qui profite l’huile de palme ?

Samuel Nguiffo
Vu d'ailleurs

Par sa situation dans la ceinture africaine du palmier à huile une bande de terres allant du Liberia à l'Éthiopie le Cameroun est devenu depuis 2009 une destination privilégiée pour les investisseurs du secteur Depuis la privatisation de la Société camerounaise de palmeraies Socapalm en 2000 le groupe français Bolloré en est le premier ac...

Un revenu minimum pour éradiquer la misère

Judith Randel
Vu d'ailleurs

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… La britannique Judith Randel, directrice de l’ONG Development Initiatives, s’est prêtée au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez cinq minutes à la tr...

Emploi, alimentation : quand les Indiens font valoir leurs droits

Reetika Khera
Chercheur

Entretien – L’Inde a deux visages : celui d’un futur géant économique, celui de ses enfants dont 5% meurent avant l’âge de 5 ans. C’est aussi une démocratie où les citoyens veulent, non pas « réduire la pauvreté » avec l’Onu, mais faire valoir des droits. Avec des succès importants : une loi pour le droit à l’alimentation, ...

Financer l’après-2015 par une fiscalité juste

Dereje Alemayehu
Vu d'ailleurs

« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? ». Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… L’Éthiopien Dereje Alemayehu, président d’un réseau international pour la justice fiscale, s’est plié au jeu. Quels objectifs de développement fixeriez vous après 2015 Et si vous aviez ci...

Le point sur les OMD

Aurore Chaillou
Pour en savoir plus

« Que la mondialisation devienne une force positive pour l’humanité tout entière. » Forts de cette ambition, les États membres des Nations unies ont défini en 2000 huit « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) à atteindre d’ici fin 2015. Où en sommes-nous ? Que la mondialisation devienne une force positive pour l'huma...

2015, année charnière

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

L'année 2015 sonnera l'heure du bilan des Objectifs du millénaire pour le développement OMD La communauté internationale aura quelque raison de se féliciter Elle avait promis en 2000 de réduire de moitié la part de la population en situation de grande pauvreté moins de 1 25 dollar par jour Promesse tenue Dans les pays en développement le ...

Inde : remettre la croissance à sa place

Jean Drèze et Amartya Sen
Chercheurs

Pourquoi l’Inde, malgré une croissance vertigineuse, se classe-t-elle derrière le Bangladesh ou le Népal en termes de développement humain ? La réponse de Jean Drèze et Amartya Sen est limpide : le développement est aussi affaire de répartition des richesses, de politiques sociales et de démocratie. Pourquoi l'Inde malgré une croissance...

Terres accaparées en Inde

Hortense Landowski
L'équipe de rédaction

En 2005 la société sud coréenne Posco numéro quatre mondial de la sidérurgie signe un protocole d'accord avec le gouvernement de l'État indien d'Odisha pour l'installation d'un complexe industriel un site pour l'exploitation minière et un port commercial sur la côte Jamais l'Inde n'avait accueilli un aussi grand investissement direct étra...

Jusqu’où confier le développement aux entreprises ?

Henry de Cazotte et Cécile Renouard
Acteur de terrain

Entretiens croisés – La tendance est à faire de l’aide publique un levier pour favoriser l’investissement privé dans les pays en développement. Et pour en assurer les « performances sociales et environnementales ». Avec quels résultats ? Quelle conception de l’entreprise ? Des questions qui méritent débat. Entretiens croisés La te...

« Notre défi : inventer un développement social et soutenable »

Pascal Canfin
Responsable politique

Entretien - En 2015, environnement et réduction de la pauvreté feront l’objet d’une seule et même négociation internationale. Quels enjeux ? Quelles priorités pour la France ? Quelle incidence pour sa politique de développement ? Pascal Canfin, ministre délégué au Déve...

Dossier : Quels objectifs pour le développement ?
Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN

Un revenu minimum pour éradiquer la misère


« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… La britannique Judith Randel, directrice de l’ONG Development Initiatives, s’est prêtée au jeu.

D’ici 2030, nous pouvons en finir avec l’extrême pauvreté. Et cela sans être idéaliste ! Les études disponibles montrent qu’abolir l’extrême pauvreté est matériellement possible. La pauvreté recouvre de multiples dimensions : du niveau de revenu à l’accès à une alimentation convenable, en passant par l’accès aux soins de base, les questions d’éducation et de logement, ou encore le droit à l’information et le droit à la protection contre les discriminations. Néanmoins, la première étape vers un bien-être global est de s’assurer que personne ne vit avec moins de 1,25 dollar par jour, où que ce soit dans le monde. Poser pour 2030 l’ultimatum d’en finir avec l’extrême pauvreté doit permettre de maintenir la dynamique impulsée par les Objectifs du millénaire pour le développement en s’assurant – pour la première fois – que personne n’est laissé de côté.

Encore faut-il évaluer les coûts et déterminer les échéances d’un tel objectif. La croissance économique est l’une des clés de la réduction de la pauvreté, mais elle ne permettra pas de l’abolir totalement. Dans les scénarios les plus optimistes, plus de 100 millions de personnes vivraient encore dans une pauvreté extrême en 2030. Pour les plus pessimistes, c’est 1,04 milliard de personnes qui seraient laissées de coté. Et en effet beaucoup sont dans une misère telle que la croissance seule ne suffira pas à venir à bout de barrières structurelles. D’autres mesures devront l’accompagner.

Pour franchir ces barrières et pour s’assurer que la communauté internationale se concentre sur l’aide aux plus marginalisés, tous les gouvernements doivent s’engager à garantir un revenu minimum de base à leurs citoyens. Cet engagement, pour être assuré au niveau national, suppose diverses politiques d’intervention (transferts, assurances, protection sociale) afin de protéger les revenus des plus démunis. Quand les gouvernements ne seront pas en mesure d’en assumer la charge, ce sera à l’aide internationale d’intervenir en dernier ressort. Cet engagement permettra aux plus vulnérables de faire face aux risques, de réaliser de petits investissements, de saisir des opportunités.

En accédant à l’information, les personnes peuvent faire valoir leurs droits, prendre pleinement part aux décisions qui les concernent.

Le programme de développement pour après 2015 doit inclure aussi la question de l’accès à l’information. Nous savons tous que savoir, c’est pouvoir. En accédant à l’information, les personnes peuvent faire valoir leurs droits, prendre pleinement part aux décisions qui les concernent, demander des comptes aux gouvernements et aux autres acteurs décisionnaires, agir pour l’amélioration de la qualité des services et la réduction de la corruption. Faire de l’accès à l’information un objectif à part entière est un moyen de leur donner un contrôle et une liberté de choix dans les décisions qui ont un impact sur leur vie. Cet objectif, dès lors, interroge la répartition du pouvoir entre gouvernements, société civile et secteur privé. Il appelle à évaluer les progrès réalisés en termes de transparence, de participation et d’autonomie. Plus encore, il servira finalement de base au succès des autres objectifs, pour que les pays, les citoyens, les sociétés civiles utilisent l’information afin de trouver des solutions locales face aux défis de court et long termes, à mesure qu’ils se présentent.

Texte traduit de l’anglais par Aurore Chaillou.

Et vous, quels objectifs fixeriez-vous ?

Ils s’y sont essayés, et vous ? Nous vous encourageons à nous proposer vos propres objectifs pour le développement, en respectant les instructions aux auteurs.

« Financer l’après-2015 par une fiscalité juste », par Dereje Alemayehu (Éthiopie), Alliance globale pour la justice fiscale

« Prendre les plus délaissés comme partenaires », par Isabelle Pypaert Perrin (Belgique),  Mouvement international ATD Quart Monde

« Tourner le secteur privé vers l’intérêt général », Nathalie Péré-Marzano (France), Crid, Action mondiale contre la pauvreté-France

« Dénucléariser Israël », par Michel Warschawski (Israel), Centre d’information alternative de Jérusalem

« Défendre les petits agriculteurs », par Ndiakhate Fall (Sénégal), Conseil national de concertation et de coopération des ruraux/Via Campesina

« (Re)donner à chacun une existence », par Pierre-Marie Espagnet (France), Délégation catholique pour la coopération, Centre d’accueil de migrants à Rabat (Maroc)

« L’éminente responsabilité des pays ‘développés’ », par Christian Comeliau (France), économiste du développement

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules