Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

Terres accaparées en Inde

Un groupe de femmes suit les observations de démarcation des terres dans l'État d'Odisha, en Inde ©IFPRI-IMAGES/Flickr/CC
Un groupe de femmes suit les observations de démarcation des terres dans l'État d'Odisha, en Inde ©IFPRI-IMAGES/Flickr/CC

En 2005, la société sud-coréenne Posco, numéro quatre mondial de la sidérurgie, signe un protocole d’accord avec le gouvernement de l’État indien d’Odisha pour l’installation d’un complexe industriel : un site pour l’exploitation minière et un port commercial sur la côte. Jamais l’Inde n’avait accueilli un aussi grand investissement direct étranger1. Le gouvernement de l’Odisha y voit un vaste gisement d’emplois, l’occasion d’un développement technologique et de croissance dans la région. En 2006, il crée une zone économique spéciale pour les investissements financiers dans le complexe sidérurgique.

La population résiste

Pourtant, le programme rencontre de très fortes résistances. Pourquoi ? Le porte-parole du mouvement anti-Posco, Sandeep K. Pattnaik, rappelle que l’État d’Odisha est prospère et que les paysans y vivent dans la dignité. Et il souligne le paradoxe : l’installation suppose l’acquisition de 1 600 hectares de terres par le gouvernement, dont 1 200 ha de forêts, 55 000 villageois (4 000 familles) seront touchés, dont 22 000 devraient être déplacés2. Posco promet des indemnités, mais ce que veut avant tout la population, c’est garder les terres dont elle est propriétaire : 80 % des ménages ruraux de la région vivent de l’agriculture et de l’élevage. Par ailleurs, un port existe déjà à 12 km : pourquoi en construire un autre ? Les travaux détruisent les exploitations de vignes de bétel et des centaines d’arbres qui sont des barrières naturelles contre les cyclones ; ils accaparent les ressources naturelles – en eau douce notamment – aux dépens de l’agriculture et mettent plus de 100 000 tortues en danger. Certes, le projet promet la création de 18 000 emplois, mais la population n’a pas les compétences requises. Elle devra accepter les postes les plus durs.

Répression militaire

Dès 2007, le gouvernement local entreprend des interventions et a recours à la force pour se saisir des terres des familles. Mais en 2010, la situation s’envenime : les autorités ne respectent pas la loi sur les forêts de 20063, qui donne des droits à la population sur les terres forestières. Une résistance locale pacifique s’organise autour du collectif PPSS4. Chaque année, le 22 juin, habitants et manifestants célèbrent le « Black Day – Anti Posco ». Après une année 2012 plutôt calme, les violences reprennent en 2013. Les résistants qui se heurtent à une répression militaire doivent répondre de fausses accusations : 250 plaintes ont été déposées et un leader du mouvement, Abhaya Sahoo, est à nouveau détenu pendant plusieurs mois (après des séjours en prison en 2009 et 2011). La police cherche à intimider la population. Trois militants meurent en mars 2013 à la suite d’une attaque à la bombe, dont l’origine demeure inconnue…

Le gouvernement local a recours à la force pour se saisir des terres des familles.

Mais le soutien de la société civile au mouvement anti-Posco s’intensifie. Des comités nationaux (Saxena et Gupta), chargés en 2010 par le gouvernement d’examiner le projet, expriment plusieurs réserves quant à la légalité des procédures foncières. Car le protocole d’accord signé en 2005 arrive à son terme (la durée était de cinq ans), ainsi que l’autorisation (accordée par le ministre de l’Environnement) de constituer une zone franche. En janvier 2011, le National Green Tribunal a suspendu cette autorisation et imposé la révision à la baisse des prévisions de production annuelle et la réduction des impacts environnementaux. Comptant mener l’opération à son terme, le gouvernement de l’État d’Odisha fait pourtant la sourde oreille : officiellement, l’opération foncière s’effectue avec le consentement des villageois…

Même si le conflit reste peu relayé par les médias internationaux, les plaintes se multiplient. La Commission nationale des droits de l’homme a été saisie pour statuer sur les violences policières. Une autre plainte a été déposée auprès de l’OCDE par trois associations (indienne, sud-coréenne et norvégienne), accusant Posco de violer les droits de l’homme. Une solidarité internationale émerge. En France, le mouvement est relayé par les associations Peuples Solidaires-ActionAid France, Solidarite et Adivasi5, signataires d’une pétition contre le projet. Et les habitants, qui n’ont été ni consultés ni même informés du projet en 2005, continuent de mener une lutte pacifique contre le gouvernement et l’entreprise. Aucune des parties ne veut lâcher : d’un côté la course au profit, de l’autre la fierté d’être propriétaire de ses terres et le respect des droits.



J'achète Le numéro !
Quels objectifs pour le développement ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Relégués à la périphérie de Manille

Depuis de nombreuses années, à Manille, capitale des Philippines, des logements de fortune sont détruits : pour réaliser des projets de développement, ou simplement parce que le propriétaire du terrain exige que les habitants déguerpissent. En 2012, le gouvernement reconnaissait que les familles devraient être relogées et autant que possible à proximité de leur ancien quartier. Si cela s’avérait impossible, elles seraient relogées dans la ville et seulement en dernier recours en dehors de celle...

Pauvreté : qui sont les vrais experts ?

Les politiques de lutte contre la pauvreté, pensées sans les pauvres, se retournent trop souvent contre eux. Fort de ce constat et de sa pédagogie, le Mouvement ATD Quart Monde a voulu imaginer l’après 2015 à partir du savoir, unique, des exclus. À l’heure où les Nations unies et la Banque mondiale affirment que l’éradication de l’extrême pauvreté est possible d’ici à 2030, si l’humanité veut bien s’en donner les moyens, il n’est pas inutile de se situer dans une perspective historique longue. A...

Inde : remettre la croissance à sa place

Pourquoi l’Inde, malgré une croissance vertigineuse, se classe-t-elle derrière le Bangladesh ou le Népal en termes de développement humain ? La réponse de Jean Drèze et Amartya Sen est limpide : le développement est aussi affaire de répartition des richesses, de politiques sociales et de démocratie. Réussite spectaculaire ou lamentable échec ? Deux discours s’opposent sur l’Inde d’aujourd’hui. Pour de nombreux Indiens, minoritaires mais influents, notamment grâce aux médias, l’économie indienne ...

Du même auteur

Multinationales européennes : 5848 filiales dans les paradis fiscaux

Les groupes américains sont montrés du doigt pour les profits amassés à l’abri de l’impôt. Les Européens sont-ils plus vertueux ? L’évasion fiscale coûterait 1000 milliards d’euros aux finances publiques européennes, selon la Commission. Autant aux pays en développement. Nous avons, en partenariat avec le CCFD-Terre Solidaire, dressé l’inventaire des filiales détenues dans les paradis fiscaux par les plus grandes firmes européennes. Qu’on le dise d’emblée : détenir une filiale en Irlande, en Sui...

1 8,61 milliards d’euros.

2 D’après les estimations de Posco, le projet ne touche que 470 familles. L’entreprise ne prend en compte que les propriétaires de terres privées et non ceux qui dépendent des terres forestières.

3 « Forest Right Act » : pour avoir des droits, il faut remplir trois conditions : vivre sur la terre depuis trois générations ou soixante-quinze ans, dépendre des produits de la forêt, y vivre avant le 31 décembre 2005. D’après les estimations, toutes les personnes concernées remplissent les conditions et sont donc propriétaires.

4 Posco Pratirodh Sangram Samiti, collectif créé dès 2005.

5 Association pour la diversité active et la solidarité internationale.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules