Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

(Re)donner à chacun une existence

Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
Manifestation à Durban, Afrique du Sud © Zahra Moloo/IRIN
« Quels objectifs de développement fixeriez-vous après 2015 ? » Et si vous aviez cinq minutes à la tribune des Nations unies pour y répondre… Pierre-Marie Espagnet, volontaire pour la Délégation catholique pour la coopération au Maroc, s’est prêté au jeu.

Depuis une douzaine d’années, le Maroc est confronté à des mouvements migratoires croissants. Les migrants subsahariens attendent, dans des conditions inhumaines, l’opportunité de passer en Europe, bien souvent au risque de leur vie. Les troubles politiques, les guerres, mais aussi des raisons économiques et l’espoir d’un avenir meilleur poussent ces personnes sur le chemin de l’exil. Au Maroc, la plupart des migrants vivent dans des conditions extrêmement précaires, en marge de la société, dans la crainte d’être arrêtés et reconduits aux frontières algérienne et mauritanienne. Leur nombre est actuellement estimé entre 8 000 et 15 000.

À mon sens, la nouvelle phase des Objectifs du millénaire (OMD) qui s’ouvre après 2015 devra viser les objectifs suivants : sur le plan juridique, garantir à tout nouveau né d’avoir un acte de naissance. Disposer d’un acte de naissance, c’est théoriquement avoir la garantie de pouvoir être inscrit à l’école. C’est avoir une identité, c’est exister. Cette reconnaissance peut contribuer à lutter contre les phénomènes de trafic et de traite des êtres humains, dont les proies les plus vulnérables sont celles qui « n’existent » même pas aux yeux de l’État. Plus tard peut-être, elle offrira la possibilité de disposer d’un passeport, de pouvoir voter, de se marier et d’être reconnu par les autorités de son pays. Et cet enjeu concerne aussi les personnes décédées loin de leur pays d’origine, et qu’il est impossible d’enterrer dignement sans avoir la certitude de leur identité et de leur nationalité.

Plus largement, l’enjeu est de restaurer la dignité de chacun, quelle que soit sa supposée différence (sexe, religion, orientation sexuelle) et la lui laisser vivre, dans le respect des droits de chacun et de la liberté d’autrui. La Déclaration universelle des droits de l’homme souligne que l’ignorance et le mépris des droits de l’homme sont les causes des malheurs publics. De même, l’ignorance de l’autre est la cause de son malheur. Ne pas accepter l’autre, ne pas le reconnaître dans sa plénitude, c’est le nier, le bafouer. C’est, dans certains cas, s’autoriser à faire usage de procédés illégaux et inhumains (lui tirer dessus sans autorisation légale, ou avec des balles de fusil de chasse, comme sur un animal...).

« L’emploi informel est une cause de mépris des droits de l’homme : refus de paiement, exploitation… »

Sur le plan économique, cette reconnaissance suppose d’assurer la délivrance de fiches de paie aux employés, leur inscription aux caisses de sécurité sociale et l’inscription juridique du statut d’employé pour tous les travailleurs informels. Car l’emploi informel est une cause de mépris des droits de l’homme : refus de paiement, exploitation… Il ne permet pas aux travailleurs d’acheter à crédit de façon sécurisée, et les contraint à une précarité permanente, même arrivés à l’âge « légal » de la retraite où ils ne percevront rien pour toute une vie de travail. Lutter contre l’emploi informel, c’est d’ailleurs aussi, en assurant des revenus aux caisses de sécurité sociale, contribuer à la solidarité nationale.

Et vous, quels objectifs fixeriez-vous ?

Ils s’y sont essayés, et vous ? Nous vous encourageons à nous proposer vos propres objectifs pour le développement, en respectant les instructions aux auteurs.

« Financer l’après-2015 par une fiscalité juste », par Dereje Alemayehu (Éthiopie), Alliance globale pour la justice fiscale

« Un revenu minimum pour éradiquer la misère », par Judith Randel (Royaume-Uni), Development Initiatives

« Prendre les plus délaissés comme partenaires », par Isabelle Pypaert Perrin (Belgique),  Mouvement international ATD Quart Monde

« Tourner le secteur privé vers l’intérêt général », Nathalie Péré-Marzano (France), Crid, Action mondiale contre la pauvreté-France

« Dénucléariser Israël », par Michel Warschawski (Israel), Centre d’information alternative de Jérusalem

« Défendre les petits agriculteurs », par Ndiakhate Fall (Sénégal), Conseil national de concertation et de coopération des ruraux/Via Campesina

« L’éminente responsabilité des pays ‘développés’ », par Christian Comeliau (France), économiste du développement

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Du même dossier

Cameroun, à qui profite l’huile de palme ?

Par sa situation dans « la ceinture africaine du palmier à huile », une bande de terres allant du Liberia à l’Éthiopie, le Cameroun est devenu depuis 2009 une destination privilégiée pour les investisseurs du secteur. Depuis la privatisation de la Société camerounaise de palmeraies (Socapalm) en 2000, le groupe français Bolloré en est le premier actionnaire. Acteurs classiques de la filière (le malaisien Sime Darby, l’indien Siva Group, l’américain Cargill) et nouveaux planteurs (l’américain He...

Pauvreté : qui sont les vrais experts ?

Les politiques de lutte contre la pauvreté, pensées sans les pauvres, se retournent trop souvent contre eux. Fort de ce constat et de sa pédagogie, le Mouvement ATD Quart Monde a voulu imaginer l’après 2015 à partir du savoir, unique, des exclus. À l’heure où les Nations unies et la Banque mondiale affirment que l’éradication de l’extrême pauvreté est possible d’ici à 2030, si l’humanité veut bien s’en donner les moyens, il n’est pas inutile de se situer dans une perspective historique longue. A...

Les défis de l’aide publique au développement

Fondée sur une idéologie du rattrapage, l’aide publique au développement (APD) a largement échoué. La réduction de la pauvreté résulte d’abord de la mondialisation des échanges. Mais bien d’autres défis (emploi, migrations, climat…) attendent l’APD. Nous ne serons pas au rendez-vous des Objectifs du millénaire pour le développement fixés pour 2015, date de l’échéance de l’engagement international. En particulier, les objectifs fixés en pourcentage du Pib, en termes de recul du nombre de sous-ali...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules