Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Quels objectifs pour le développement ?

Relégués à la périphérie de Manille

6,2 millions de personnes ont été affectées par le typhon  Bhopa, en décembre 2012. Des centaines de personnes ont perdu leur maison ©Ana Santos/IRIN
6,2 millions de personnes ont été affectées par le typhon Bhopa, en décembre 2012. Des centaines de personnes ont perdu leur maison ©Ana Santos/IRIN

Depuis de nombreuses années, à Manille, capitale des Philippines, des logements de fortune sont détruits : pour réaliser des projets de développement, ou simplement parce que le propriétaire du terrain exige que les habitants déguerpissent. En 2012, le gouvernement reconnaissait que les familles devraient être relogées et autant que possible à proximité de leur ancien quartier. Si cela s’avérait impossible, elles seraient relogées dans la ville et seulement en dernier recours en dehors de celle-ci. Naturellement, le prix du terrain est moins élevé à l’extérieur… Les gestionnaires de projets sont amenés à reloger les personnes au loin, avec les nombreux problèmes qu’on imagine.

Marilou

« J’habite dans une communauté qui est située en dessous d’un pont, dans une ville de « Metro Manila1 ». En 1999, nous étions parmi les quelque 50 familles qui furent relogées à 30 km de Manille. Avec ma famille, nous y avons vécu pendant dix ans. Mais en 2009, mon mari a perdu son travail, qu’il exerçait toujours à Metro Manila et non pas dans le lieu de relogement. Nous n’avions plus aucune ressource pour manger. Alors, nous sommes retournés vivre sous le pont ! Nos enfants nous ont dit que même si notre abri était démoli tous les jours, ça ne les dérangeait pas tant qu’ils pouvaient aller à l’école et qu’il y avait à manger.

Depuis 2009, 24 familles vivent ainsi en dessous du pont. Chaque jour, on nous démolit. Nous cachons nos affaires personnelles et reconstruisons notre abri vers 17 heures... Et le lendemain matin, les équipes de démolition reviennent à 10 heures pour détruire. Les ordres de démolition émanent du maire. Impossible de discuter avec lui puisque nous avons déjà eu un relogement ! Aux yeux de la loi, nous sommes des « squatteurs professionnels ». Avec sœur Anne, une religieuse qui nous aide, nous avons tout de même essayé de parler au maire, en passant par la filière du barangay.2 Mais le barangay nous a bloqués dans notre initiative et nous n’avons jamais rencontré le maire. Et donc il n’y a pas eu de terme aux démolitions.

Beaucoup d’autres familles ont vécu la même expérience de relogement en dehors de la ville. Mais elles n’avaient pas de travail, plus rien à manger, et elles avaient perdu le bénéfice des bourses scolaires. Elles sont retournées vivre à Manille. »

Cathy

« Je vous parlerai d’une communauté d’environ 80 familles qui vit, elle aussi, sous un pont à Manille. En 2005, nous avons été « démolis » : la ville avait décidé de nettoyer la rivière et l’estuaire. Les autorités nous ont d’abord demandé si nous voulions retourner dans nos provinces d’origine, être relogés hors de la ville, ou recevoir une indemnité de 5000 pesos philippins (environ 90 euros). Beaucoup ont dit leur préférence pour un relogement. Juste après, on nous a fait venir au barangay mais les autorités en charge du relogement n’offraient aucun soutien véritable pour être relogés. Alors, certains ont commencé à détruire leur maison en acceptant les 5000 pesos. Mais, comme nous n’avions plus d’abri, nos affaires souvent ont été perdues. Beaucoup ont vendu ce qu’ils avaient et certains sont partis vivre à proximité des voies ferrées. Mais quelques mois plus tard, ces familles ont été à nouveau victimes de démolition et relogées hors de la ville, en raison d’un projet de réhabilitation des voies de chemin de fer. Finalement, elles sont revenues vivre sous le pont.

Actuellement le programme de réhabilitation de la rivière est en cours et nous allons de nouveau être démolis ! »

De nombreux projets de développement aux Philippines ne font que déplacer des milliers de familles. Il s’agit de programmes de réhabilitation des voies ferrées ou des voies navigables, de construction de nouvelles entreprises, de centres commerciaux ou autres. Mais l’objectif premier n’est jamais le bien-être ou l’amélioration des conditions de vie des personnes affectées par ces décisions. C’est la première chose qui doit changer, sinon tous les projets de relogement seront vains. Si le site de relogement n’est pas prêt à accueillir les personnes, si elles n’ont pas de quoi se nourrir, elles retournent dans leurs abris de fortune en ayant perdu tout droit à être relogées une seconde fois. Elles sont ainsi encore exclues et rendues responsables de leur situation. Au lieu de créer des rapports de force, les autorités, les gestionnaires de projets et les citoyens ont la responsabilité de reconnaître la dignité des personnes en situation de pauvreté, de nouer des liens avec elles, pour les comprendre et partager les responsabilités.

Recommandations
- Les familles doivent être informées de leurs droits. Avant de les reloger, il faut s’assurer que les sites proposés sont pourvus des commodités et des services de base et qu’ils offrent des possibilités de travail.
- Les familles ne doivent pas seulement être informées, mais impliquées dans le projet depuis sa conception jusqu’à sa réalisation.
- Les formulaires distribués sont en anglais. Ils devraient être rédigés en tagalog et contenir des exemples montrant comment les remplir correctement.
- Il est nécessaire de monter des projets de prêts, de microcrédit pour aider à démarrer une petite entreprise.

Propos recueillis par Anne-Sylvie Laurent. Ce texte résume la contribution d’une délégation de membres d’ATD Quart Monde venus des Philippines (Anne-Sylvie, Marilou, Cathy, Catherine) au séminaire international organisé le 22 janvier 2013 à Bruxelles, sur le thème : « Agir pour un développement durable qui n’oublie personne ».



J'achète Le numéro !
Quels objectifs pour le développement ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

2015, année charnière

L’année 2015 sonnera l’heure du bilan des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). La communauté internationale aura quelque raison de se féliciter. Elle avait promis en 2000 de réduire de moitié la part de la population en situation de grande pauvreté (moins de 1,25 dollar par jour). Promesse tenue. Dans les pays en développement, le ratio est tombé à 22 % en 2010, contre 47 % en 1990. Sur la même période, l’accès à l’eau potable a été amélioré pour 2 milliards de personnes. Et l’i...

Le point sur les OMD

« Que la mondialisation devienne une force positive pour l’humanité tout entière. » Forts de cette ambition, les États membres des Nations unies ont défini en 2000 huit « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) à atteindre d’ici fin 2015. Où en sommes-nous ? Éradiquer l’extrême pauvreté et la faim- Réduire de moitié la proportion de personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour1. En 1990, 47 % de la population des pays en développement était concernée. En 2010, ce taux est de...

Jusqu’où confier le développement aux entreprises ?

Entretiens croisés – La tendance est à faire de l’aide publique un levier pour favoriser l’investissement privé dans les pays en développement. Et pour en assurer les « performances sociales et environnementales ». Avec quels résultats ? Quelle conception de l’entreprise ? Des questions qui méritent débat. Une part de l’aide publique au développement (APD) sert à financer le secteur privé. Quelle est sa contribution au développement durable des pays du Sud ?Henry de Cazotte – Le volume de l’aide...

1 Métropole de la région de Manille.

2 Le barangay est la plus petite unité administrative aux Philippines : il s’agit d’une sorte de conseil local, animé par un président et sept conseillers du quartier.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules