Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

La pauvreté : un sujet éminemment d'actualité Introduction

En 2018, la France comptait plus de neuf millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. La pauvreté affecte toute l’existence de près de 15 % de la population
et les inégalités sont aujourd’hui reparties à la hausse, selon le « Portrait social de la France » (Insee, novembre 2019). La France peut-elle rester passive devant un tel scandale ?


Quels leviers utiliser pour faire de la pauvreté un état passager ? L’appel à la participation s’est progressivement imposé comme un mot d’ordre et un principe d’action publique mais, finalement, les politiques de lutte contre la pauvreté restent plutôt conçues et décidées au « sommet », comme si, en fin de compte, l’expérience de terrain ne comptait pas, ou moins, aux yeux des décideurs et des experts. L’objectif de ce dossier est de montrer, au contraire, tout l’intérêt qu’il y aurait à construire de nouvelles politiques en partant de l’expérience de terrain. La lutte contre la pauvreté est d’abord l’affaire des gens qui, loin de rester les bras croisés, essaient de s’en sortir en prenant des initiatives dans le domaine économique et politique pour se voir reconnaître ou accéder à des droits. Il est nécessaire de nager ici à contre-courant, en soulignant combien compte l’expérience des acteurs de terrain et des personnes en situation précaire et qu’elle est indispensable dans la conception de dispositifs d’action qui soient en phase avec la demande sociale et les réalités locales. Ce constat n’est-il pas devenu encore plus important en cette période de confinement où la détresse économique guette et menace de plus en plus de personnes.

Coronavirus : La pauvreté menace un demi-milliard de personnes

L’impact économique de la crise du coronavirus pourrait faire basculer un demi-milliard de personnes supplémentaires dans la pauvreté, si aucune mesure n’est prise pour aider notamment les pays en développement. Dans son nouveau rapport1, Oxfam présente des analyses récentes indiquant qu’entre 6 et 8 % de la population mondiale pourrait basculer dans la pauvreté, alors que les gouvernements mettent à l’arrêt des économies entières afin de maîtriser la propagation du virus. Cela pourrait constituer à l’échelle mondiale un recul de dix ans dans la lutte contre la pauvreté, voire de trente ans dans certaines régions comme en Afrique sub-saharienne, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. Plus de la moitié de la population mondiale pourrait désormais vivre sous le seuil de pauvreté, à la suite de la pandémie.
La crise risque par ailleurs d’accroître encore davantage les inégalités existantes partout dans le monde. Les travailleurs et travailleuses les plus pauvres seront les premiers impactés économiquement car ils sont moins susceptibles d’occuper un emploi formel, de bénéficier de protection sociale, de percevoir une indemnité chômage ou maladie ou d’avoir la possibilité de télétravailler. Et les femmes, en première ligne de la mobilisation face au virus, sont susceptibles d’être les plus durement touchées financièrement.

Les modalités concrètes de mise en œuvre des initiatives en faveur des personnes les plus précaires se révèlent cruciales. Appelant à examiner attentivement comment les choses sont organisées, à quel moment, avec quelles ressources… il s’avère essentiel de ne pas perdre de temps et d’argent, à un moment où l’aide sanitaire et alimentaire est devenue tellement importante pour les plus démunis. Privation alimentaire, risque d’épidémie dans des bidonvilles, pression sur les collectivités locales pour l’installation de points d’eau, lieux de rencontre à distance pour orienter les personnes qui présentent des symptômes, capacité de joindre ceux qui ont le plus besoin de chèques-service afin d’acheter de la nourriture ou des produits de santé et d’hygiène mais qui n’ont pas la force de se mettre en relation pour les demander, capacité de motiver et de mobiliser non seulement des bénévoles mais aussi ceux qui sont directement concernés, en écoutant et en valorisant leurs compétences. L’urgence absolue est bien celle de l’organisation de l’aide et du partage d’expériences.

Ce dossier se propose comme une base de réflexion pour alimenter les débats. Le virus, certes, n’épargne personne mais nous ne sommes pas tous égaux face à la pandémie.

Ce dossier prolonge une réflexion engagée il y a un an, lors d’un colloque international au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po. Il entend croiser, comme le fait habituellement la Revue Projet, des regards de chercheurs et d’acteurs de terrain, en faisant se confronter savoirs scientifiques et savoirs d’expérience. D’où une approche déclinée en trois parties. Tout d’abord, un recueil d’initiatives de personnes en situation précaire pour gagner leur pain au quotidien, des activités souvent jugées informelles et pourtant loin d’être marginales. Ensuite, plusieurs témoignages illustreront les réalités du travail social : ceux d’assistantes sociales, d’un directeur de centre communal d’action sociale (CCAS) et de l’ancien maire de Perpignan. Enfin, la focale sera mise sur des dispositifs innovants, comme « Territoires zéro chômeur de longue durée » à Villeurbanne, les difficultés de la mixité résidentielle, l’expérience du « croisement des savoirs » avec ATD à Lille. Quatre propositions concrètes pour lutter contre la pauvreté ouvriront une conclusion toujours à poursuivre. Au préalable, nous avons jugé important de revenir rapidement sur l’évolution des politiques de la pauvreté en France.

Ce dossier se propose ainsi comme une base de réflexion pour alimenter les débats. Le virus, certes, n’épargne personne mais nous ne sommes pas tous égaux face à la pandémie. La lutte contre la pauvreté se présente comme un sujet majeur, à l’avenir.

 

Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Quatre propositions concrètes pour lutter contre la pauvreté

Ce dossier sur la lutte contre la pauvreté est loin d’épuiser la richesse de l’expérience du terrain de celle-ci, appréhendée ici comme politique publique et comme pratique sociale. Ni « bonnes pratiques », ni « recettes » : l’enjeu des lignes suivantes est d’éclairer les conditions qui concourent à l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation ...

Les difficultés de l’accompagnement social

Que proposer quand les hébergements sont saturés et que manquent les moyens, notamment humains ? Portrait croisé de deux travailleurs sociaux confrontés au quotidien à des dilemmes qui interrogent ce qu’accompagner veut dire. Loli et Hugo1 sont éducateurs spécialisés. Depuis seize ans, Loli multiplie les expériences professionnelles, du milieu psychiatrique adulte au milieu social en passant par le médico-social. Cet article revient sur son expérie...

La course effrénée d’un directeur de CCAS

Dans les années 1990, les sociologues soulignaient l’« usure » des travailleurs sociaux. Qu’en est-il trente ans plus tard ? Déroulement d’une journée « ordinaire » d’un directeur de centre d’action sociale d’une commune de 10 000 habitants. Aujourd’hui, arrivée au bureau à 7 h 45, avant l’ouverture, le temps de consulter les courriels, de prendre la température de la journée et de m’organiser. Après v...

Du même auteur

La flemme ou la flamme ?

Certaines idées reçues ont la vie dure : les jeunes seraient moins investis au travail, voire ne voudraient plus travailler. En un mot, ils seraient devenus paresseux ou, tout simplement, obsédés par les RTT, le télétravail et les loisirs. Ces préjugés envers la jeunesse ne sont pas nouveaux.Pourtant, le récent rapport de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et de l’institut Terra nova dépeint une réalité tout autre : les moins de 30 ans sont « tout aussi investis dans leur travail et ...

L’entreprise : un enjeu démocratique

Face à la perte de sens de nombreux salariés vis-à-vis de leur travail, François Ruffin, journaliste et député, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe, appellent à redonner du pouvoir de décision aux travailleurs.  Cet entretien croisé entre François Ruffin et Jean-Noël Barrot a eu lieu dans le cadre de l’université populaire d’Esprit civique, les 14 et 15 octobre 2023 à Cluny, e...

Cinq ans de sagacité

Le Pacte du pouvoir de vivre fête ses cinq ans d’activité en ce mois de mars. Cet anniversaire est réconfortant, car il témoigne de la vitalité du Pacte et de sa capacité à fabriquer de l’unité entre des associations, des fondations, des mutuelles ou encore des syndicats engagés pour une société plus écologique, sociale et démocratique.Plus de soixante-cinq organisations parmi les plus importants acteurs des solidarités sont réunies dans ce collectif. Chacun des membres est invité à dépasser so...

1 Lire le rapport de l’Oxfam, Le prix de la dignité, Un « plan de sauvetage économique pour tou.tes.s », 4 avril 2020.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules