Logo du site

La course effrénée d’un directeur de CCAS

Crédits : pishit / iStock
Crédits : pishit / iStock

Dans les années 1990, les sociologues soulignaient l’« usure » des travailleurs sociaux. Qu’en est-il trente ans plus tard ? Déroulement d’une journée « ordinaire » d’un directeur de centre d’action sociale d’une commune de 10 000 habitants.


Aujourd’hui, arrivée au bureau à 7 h 45, avant l’ouverture, le temps de consulter les courriels, de prendre la température de la journée et de m’organiser. Après vingt ans d’expérience, je sais bien que cette journée sera placée, comme toutes les autres, sous le signe de l’imprévu. Depuis quelques jours, je me bats avec mon logiciel de finances : et oui, le quotidien, c’est aussi toute cette charge administrative, cette digitalisation du monde dont nous sommes bien malheureusement trop tributaires ! Heureusement, il y a encore des gens, des êtres humains et non de « simples numéros » avec lesquels nous travaillons pour essayer de répondre à leurs problèmes. L’engagement au quotidien n’est pas pour notre équipe un simple slogan, il est bien une réalité de tous les instants.

Le Centre ouvre ses portes à 9 heures mais, auparavant, on aura fait le point avec l’équipe sur les situations rencontrées la veille et sur les projets en cours : logement, relogement, aide alimentaire, harcèlement subi par une femme… Et c’est parti : j’ai prévu d’attaquer mon budget. Mais, déjà, le premier coup de fil : « Je n’ai pas touché mon RSA. » Immédiatement, la situation est prise en charge : c’était un problème d’accès à Internet.

Choisir de s’investir dans le champ social, c’est intégrer que votre quotidien sera une aventure, avec de l’imprévu, des situations critiques, mais aussi de petites réussites et du soulagement.

Car il faut bien savoir qu’être directeur d’un centre communal d’action sociale (CCAS), c’est être un agent polyvalent. Pour comprendre le monde social, il faut le vivre. Rien de mieux que d’être dans ce bain. La parole des personnes en précarité est notre pain quotidien, elle nous fait réfléchir pour essayer ensemble de construire des réponses durables et i

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules