Logo du site

Pour une vraie démocratie culturelle

Patrice Meyer-Bisch
Chercheur

Sans droits culturels, point de démocratie. Ils développent le désir de savoir des citoyens, confèrent à chacun sa dignité. La puissance d’une démocratie résidera dans sa capacité à accueillir les savoirs des plus vulnérables, afin de former un véritable corps...

La culture pour résister à la misère

Anne de Margerie
Acteur de terrain

L’accès à la culture, à la lecture, à la création, permet à des personnes en précarité de prendre confiance en elles, de créer du lien, de se relever. Et la présence de volontaires et de médiateurs est souvent un facteur décisif dans l’accès à ces droits culturels primordiaux. L'accès à la culture à la lecture à la création p...

Les droits culturels, leviers du pouvoir d’agir

Anne Aubry et Christelle Blouët
Acteur de terrain

Comment revendiquer ses droits aux soins, au logement, à l’alimentation, à l’éducation, au travail ou aux loisirs quand ses références culturelles (langues, savoirs, arts, valeurs, traditions, modes de vie etc.) sont méprisées ? C’est là tout l’enjeu de la rec...

Pour des territoires ruraux vivants !

Maximilienne Berthelot-Jerez
Acteur de terrain

Les jeunes, rendus acteurs au niveau culturel et politique, contribuent à faire vivre l’identité de leurs territoires. Le Mouvement rural de jeunesse chrétienne, animé par des 13-30 ans, développe dans ce but les initiatives locales, privilégiant le travail bénévole et l’interg&eac...

Les droits culturels, un chemin vers l’altérité

Jean-Baptiste Jobard
Acteur de terrain

Les « droits culturels » sont souvent méconnus. Pourtant, en permettant à chacun de composer sa manière d’être au monde, ils confèrent le droit de participer à la vie de la cité et rendent possible la relation, au-delà de nos différences. Les droits culturels sont souve...

Pour une politique culturelle du temps libre

Lionel Arnaud
Chercheur

La culture, prise dans son sens le plus large, permet aux individus de développer leur sens critique. Mais pour rester émancipatrice, elle doit s’inscrire dans un rapport au temps propice à la contemplation et à la réflexivité. La culture prise dans son sens le plus large permet aux individus de déve...

En Palestine, le cirque libérateur

Cécile Leclerc-Laurent
Journaliste

La Palestinian Circus School (PCS), partenaire du Secours Catholique, parcourt la Cisjordanie avec ses spectacles de cirque à la rencontre des populations les plus vulnérables. Des spectacles qui adoucissent les souffrances de l’occupation militaire. La Palestinian Circus School PCS partenaire du Secours Catholique parcourt la C...

Mythes et limites de la politique culturelle

Guy Saez
Chercheur

La politique culturelle participe souvent, sans le vouloir, à la reproduction des inégalités sociales. Une véritable démocratisation culturelle implique de repenser la place faite à chacun dans la société. La politique culturelle participe souvent sans le vouloir à la reproduction des inégal...

« C’est la première fois que j’entre dans un musée »

Jacques Duffaut
Journaliste

Parmi les sorties culturelles proposées aux personnes accueillies par le Centre d’entraide pour les demandeurs d’asile et les réfugiés (Cedre), antenne du Secours Catholique-Caritas France, il en est une qui impressionne et émeut : celle qui conduit au jardin du musée Rodin. Parmi les sorties ...

« Ce qui m’intéresse, c’est de créer avec les gens »

Marjorie Nakache
Acteur de terrain

Entretien - Pour la metteuse en scène Marjorie Nakache, le théâtre est éminemment politique. Au Studio théâtre de Stains, elle souhaite préparer des citoyens et des citoyennes à affronter avec conviction le monde qui les entoure. Entretien Pour la metteuse en scène Marjorie Nakache le théâtre...

Un bien fou

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Souhaite t on vraiment la participation de toutes et de tous à la vie culturelle Celle ci en un sens recèle un véritable pouvoir de subversion Joseph Wresinski fondateur du mouvement ATD Quart Monde en 1957 en était convaincu Ce n'est pas avec des colis alimentaires qu'il se rendait dans le camp d'hébergement d'urgence de Noisy le Grand mais ...

Révéler la culture partout où elle se trouve

Alain Cugno
Question de sens

La culture est ce qui se joue, fondamentalement, dans le langage. Elle est ce qui donne sens au vécu. En cela, elle ne se limite pas aux œuvres dignes des musées. Elle est vitale pour tous. Les personnes ayant l’expérience de la précarité y ont ainsi déjà accès, à condition ...

La culture, bien essentiel, lien essentiel

Jean Tonglet
Acteur de terrain

Lecture, peinture, musique, poésie… Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde, a fait de l’expression de soi un outil d’émancipation des plus pauvres. Il a élevé, par ses actes comme par ses discours, la culture au rang de nécessité vitale. Lecture peinture musique poésie ...

Quand je peins, j’existe !

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Peindre pour s’exprimer, pour partager, pour conjurer un passé douloureux, pour cultiver sa joie de vivre… Tous les mercredis, Dominique, Ginette et Pauline se retrouvent dans les locaux du Secours Catholique-Caritas France, à Rosny-sous-Bois. Au printemps prochain, elles exposeront leurs oeuvres. Peindre pour s'exprimer ...

Dossier : La culture, c’est pas du luxe !
Photo credit : Antilop59 on Visualhunt.com / CC BY-NC
Photo credit : Antilop59 on Visualhunt.com / CC BY-NC

Un bien fou


Souhaite-t-on vraiment la participation de toutes et de tous à la vie culturelle ? Celle-ci, en un sens, recèle un véritable pouvoir de subversion. Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde en 1957, en était convaincu. Ce n’est pas avec des colis alimentaires qu’il se rendait dans le camp d’hébergement d’urgence de Noisy-le-Grand, mais avec des livres et des appareils photos. Des livres, parce qu’ils permettent, notamment, de s’évader, de s’essayer à d’autres vies que la sienne et d’y découvrir en soi un écho. Des appareils photos, afin que les habitants du bidonville de Noisy puissent prouver qu’ils existaient bel et bien. La culture est ce bien fou qui permet d’exister aux yeux des autres et de les faire exister en nous. Lire Molière ou participer à un atelier d’écriture, apprivoiser la langue, c’est aussi se doter d’outils pour mieux organiser sa pensée, pour comprendre le monde dans lequel on vit, pour défendre ses idées et ses droits.

La culture est ce bien fou qui permet d’exister aux yeux des autres.

La culture, c’est sûr, n’est pas un bien comme un autre. De cette « exception culturelle » découlent les axes de la politique culturelle française : préserver le patrimoine, soutenir la création, démocratiser la culture. Déjà souhaité par les révolutionnaires de 1789, réaffirmé en 1959 par André Malraux lors de la création du ministère des Affaires culturelles, l’accès de toutes et de tous à la culture tarde toutefois à devenir réalité.

Mais la définition de ce que l’on entend par « culture » est loin de faire consensus. Quand, pour certains, elle désigne avant tout un corpus d’œuvres qui suppose une initiation, elle recouvre, pour d’autres, dans une acception large, nos modes de vie et nos expériences : la manière de parler aussi bien que les arts, la cuisine que le sport, le style vestimentaire que l’habitat, l’expérience du beau aussi bien que celle de la pauvreté…

Mais la définition de ce que l’on entend par « culture » est loin de faire consensus.

La politique culturelle menée depuis Malraux privilégie la première définition, pérennisant la frontière symbolique entre la « vraie » culture et le reste. Pourtant, la reconnaissance de chacune et de chacun comme acteur ou actrice de culture est capitale pour se sentir digne d’exister : les personnes qui connaissent la précarité en témoignent. Admirer un chef-d’œuvre, assister à un spectacle, mais aussi peindre, chanter, danser, peuvent faire un bien fou. La culture permet de plonger en soi et d’ouvrir un chemin à double sens vers les autres. Reconnaître chacune et chacun, c’est aussi reconnaître son identité, dans toutes ses diversités et ses richesses. L’histoire de sa famille, la ou les langues qui lui ont été transmise(s), les us et coutumes avec lesquels elle ou il a grandi. Leur négation constitue une violence considérable. Une forme de négation de soi-même.

Ce qui se joue à travers les droits culturels, c’est le droit de chacune et de chacun de prendre place comme acteur de la cité.

Dès lors, les « droits culturels » seraient la pierre d’angle de l’ensemble des droits humains. Des associations, des collectifs, militent pour leur reconnaissance effective. Ce qui se joue à travers les droits culturels, c’est le droit de chacune et de chacun de prendre place, individuellement et collectivement, comme acteur de la cité. Le droit d’être pleinement reconnu et de s’entendre dire, selon les trois niveaux de la reconnaissance définis par Axel Honneth : « Tu comptes pour moi », « tu comptes comme moi », mais aussi : « Je compte sur toi », c’est-à-dire, « j’ai besoin de ta capacité de ressentir et de dire ». Les droits culturels ont été inscrits en droit français en 2015, mais il faut encore se battre pour qu’ils soient reconnus dans les faits.

Contrairement à d’autres ressources, c’est en étant partagée que la culture s’accroît. En permettant à chacun de s’émanciper, elle nous rend plus libre. Comme le rappelle J.-B. Jobard dans ce dossier, citant M. Bakounine : « Je ne deviens libre vraiment que par la liberté d’autres, de sorte que plus nombreux sont les hommes libres qui m’entourent et plus profonde et plus large est leur liberté, et plus étendue, plus profonde et plus large devient ma liberté. » La culture est ainsi ce lien fou qui nous délie. Et délie, même les plus fragiles, du mutisme auquel ils sont trop souvent condamnés.

Du même auteur

[DIAPORAMA] Madame N. "Sans toit, qui suis-je ?"

Aurore Chaillou
Droit de cité

Madame N. a connu les hébergements d’urgence avec sa fille. Elles vivent désormais dans un appartement, qu'elles louent. Que représente un toit quand on en a été privé ? Et comment apprivoise-t-on son nouveau logement ? Madame N a connu les hébergements d'urgence avec sa fille Elles vivent désormais dans un appartement qu'elles louent Que représente un toit quand on en a été privé Et comment apprivoise t on son nouveau logement Ce diaporama a...

Quand je peins, j’existe !

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Peindre pour s’exprimer, pour partager, pour conjurer un passé douloureux, pour cultiver sa joie de vivre… Tous les mercredis, Dominique, Ginette et Pauline se retrouvent dans les locaux du Secours Catholique-Caritas France, à Rosny-sous-Bois. Au printemps prochain, elles exposeront leurs oeuvres. Peindre pour s'exprimer pour partager pour conjurer un passé douloureux pour cultiver sa joie de vivre Tous les mercredis Dominique Ginette et Pauline se retrouvent dans les...

Vivre et enseigner la transition : genèse d’un campus

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Le Campus de la transition propose d’expérimenter d’autres manières de se relier aux autres et à l’environnement. En Seine-et-Marne, sur le domaine de Forges, des formations complémentaires à celles des grandes écoles et des universités s’y mettent en place pour faire advenir un monde durable et désirable pour tous. Le Campus de la transition propose d'expérimenter d'autres manières de se relier aux autres et à l'...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules