Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La culture, c’est pas du luxe !

Un bien fou

Photo credit : Antilop59 on Visualhunt.com / CC BY-NC
Photo credit : Antilop59 on Visualhunt.com / CC BY-NC

Souhaite-t-on vraiment la participation de toutes et de tous à la vie culturelle ? Celle-ci, en un sens, recèle un véritable pouvoir de subversion. Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde en 1957, en était convaincu. Ce n’est pas avec des colis alimentaires qu’il se rendait dans le camp d’hébergement d’urgence de Noisy-le-Grand, mais avec des livres et des appareils photos. Des livres, parce qu’ils permettent, notamment, de s’évader, de s’essayer à d’autres vies que la sienne et d’y découvrir en soi un écho. Des appareils photos, afin que les habitants du bidonville de Noisy puissent prouver qu’ils existaient bel et bien. La culture est ce bien fou qui permet d’exister aux yeux des autres et de les faire exister en nous. Lire Molière ou participer à un atelier d’écriture, apprivoiser la langue, c’est aussi se doter d’outils pour mieux organiser sa pensée, pour comprendre le monde dans lequel on vit, pour défendre ses idées et ses droits.

La culture est ce bien fou qui permet d’exister aux yeux des autres.

La culture, c’est sûr, n’est pas un bien comme un autre. De cette « exception culturelle » découlent les axes de la politique culturelle française : préserver le patrimoine, soutenir la création, démocratiser la culture. Déjà souhaité par les révolutionnaires de 1789, réaffirmé en 1959 par André Malraux lors de la création du ministère des Affaires culturelles, l’accès de toutes et de tous à la culture tarde toutefois à devenir réalité.

Mais la définition de ce que l’on entend par « culture » est loin de faire consensus. Quand, pour certains, elle désigne avant tout un corpus d’œuvres qui suppose une initiation, elle recouvre, pour d’autres, dans une acception large, nos modes de vie et nos expériences : la manière de parler aussi bien que les arts, la cuisine que le sport, le style vestimentaire que l’habitat, l’expérience du beau aussi bien que celle de la pauvreté…

Mais la définition de ce que l’on entend par « culture » est loin de faire consensus.

La politique culturelle menée depuis Malraux privilégie la première définition, pérennisant la frontière symbolique entre la « vraie » culture et le reste. Pourtant, la reconnaissance de chacune et de chacun comme acteur ou actrice de culture est capitale pour se sentir digne d’exister : les personnes qui connaissent la précarité en témoignent. Admirer un chef-d’œuvre, assister à un spectacle, mais aussi peindre, chanter, danser, peuvent faire un bien fou. La culture permet de plonger en soi et d’ouvrir un chemin à double sens vers les autres. Reconnaître chacune et chacun, c’est aussi reconnaître son identité, dans toutes ses diversités et ses richesses. L’histoire de sa famille, la ou les langues qui lui ont été transmise(s), les us et coutumes avec lesquels elle ou il a grandi. Leur négation constitue une violence considérable. Une forme de négation de soi-même.

Ce qui se joue à travers les droits culturels, c’est le droit de chacune et de chacun de prendre place comme acteur de la cité.

Dès lors, les « droits culturels » seraient la pierre d’angle de l’ensemble des droits humains. Des associations, des collectifs, militent pour leur reconnaissance effective. Ce qui se joue à travers les droits culturels, c’est le droit de chacune et de chacun de prendre place, individuellement et collectivement, comme acteur de la cité. Le droit d’être pleinement reconnu et de s’entendre dire, selon les trois niveaux de la reconnaissance définis par Axel Honneth : « Tu comptes pour moi », « tu comptes comme moi », mais aussi : « Je compte sur toi », c’est-à-dire, « j’ai besoin de ta capacité de ressentir et de dire ». Les droits culturels ont été inscrits en droit français en 2015, mais il faut encore se battre pour qu’ils soient reconnus dans les faits.

Contrairement à d’autres ressources, c’est en étant partagée que la culture s’accroît. En permettant à chacun de s’émanciper, elle nous rend plus libre. Comme le rappelle J.-B. Jobard dans ce dossier, citant M. Bakounine : « Je ne deviens libre vraiment que par la liberté d’autres, de sorte que plus nombreux sont les hommes libres qui m’entourent et plus profonde et plus large est leur liberté, et plus étendue, plus profonde et plus large devient ma liberté. » La culture est ainsi ce lien fou qui nous délie. Et délie, même les plus fragiles, du mutisme auquel ils sont trop souvent condamnés.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Révéler la culture partout où elle se trouve

La culture est ce qui se joue, fondamentalement, dans le langage. Elle est ce qui donne sens au vécu. En cela, elle ne se limite pas aux œuvres dignes des musées. Elle est vitale pour tous. Les personnes ayant l’expérience de la précarité y ont ainsi déjà accès, à condition que l’on accepte d’élargir ce que culture veut dire. S’interroger sur l’importance de la culture chez et pour les personnes en gran...

La culture pour résister à la misère

L’accès à la culture, à la lecture, à la création, permet à des personnes en précarité de prendre confiance en elles, de créer du lien, de se relever. Et la présence de volontaires et de médiateurs est souvent un facteur décisif dans l’accès à ces droits culturels primordiaux. Je suis jaloux de ceux qui, dès leur enfance, apprirent à aimer la musique et la danse, l’art et la poésie. Je n’eus pas cette chance et, toute ma vie, j’en ai souffert. Pouvoir l’offrir aux plus pauvres a été mon combat.1...

En Palestine, le cirque libérateur

La Palestinian Circus School (PCS), partenaire du Secours Catholique, parcourt la Cisjordanie avec ses spectacles de cirque à la rencontre des populations les plus vulnérables. Des spectacles qui adoucissent les souffrances de l’occupation militaire. Acrobaties, jonglage, jeux d’équilibre sur un mât chinois, clowneries : depuis dix ans, la Palestinian Circus School propose des spectacles de cirque aux Palestiniens. La troupe d’artistes donne chaque année 50 à 60 représentatio...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules