Logo du site
Dossier : La culture, c’est pas du luxe !

Un bien fou

Photo credit : Antilop59 on Visualhunt.com / CC BY-NC
Photo credit : Antilop59 on Visualhunt.com / CC BY-NC

Souhaite-t-on vraiment la participation de toutes et de tous à la vie culturelle ? Celle-ci, en un sens, recèle un véritable pouvoir de subversion. Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde en 1957, en était convaincu. Ce n’est pas avec des colis alimentaires qu’il se rendait dans le camp d’hébergement d’urgence de Noisy-le-Grand, mais avec des livres et des appareils photos. Des livres, parce qu’ils permettent, notamment, de s’évader, de s’essayer à d’autres vies que la sienne et d’y découvrir en soi un écho. Des appareils photos, afin que les habitants du bidonville de Noisy puissent prouver qu’ils existaient bel et bien. La culture est ce bien fou qui permet d’exister aux yeux des autres et de les faire exister en nous. Lire Molière ou participer à un atelier d’écriture, apprivoiser la langue, c’est aussi se doter d’outils pour mieux organiser sa pensée, pour comprendre le monde dans lequel on vit, pour défendre ses idées et ses droits.

La culture est ce bien fou qui permet d’exister aux yeux des autres.

La culture, c’est sûr, n’est pas un bien comme un autre. De cette « exception culturelle » découlent les axes de la politique culturelle française : préserver le patrimoine, soutenir la création, démocratiser la culture. Déjà souhaité par les révolutionnaires de 1789, réaffirmé en 1959 par André Malraux lors de la création du ministère des Affaires culturelles, l’accès de toutes et de tous à la culture tarde toutefois à devenir réalité.

Mais la définition de ce que l’on entend par « culture » est loin de faire consensus. Quand, pour certains, elle désigne avant tout un corpus d’œuvres qui suppose une initiation, elle recouvre, pour d’autres, dans une acception large, nos modes de vie et nos expériences : la manière de parler aussi bien que les arts, la cuisine que le sport, le style vestimentaire que l’habitat, l’expérience du beau aussi bien que celle de la pauvreté…

Mais la définition de ce que l’on entend par « culture » est loin de faire consensus.

La politique culturelle menée depuis Malraux privilégie la première définition, pérennisant la frontière symbolique entre la « vraie » culture et le reste. Pourtant, la reconnaissance de chacune et de chacun comme acteur ou actrice de culture est capitale pour se sentir digne d’exister : les personnes qui connaissent la précarité en témoignent. Admirer un chef-d’œuvre, assister à un spectacle, mais aussi peindre, chanter, danser, peuvent faire un bien fou. La culture permet de plonger en soi et d’ouvrir un chemin à double sens vers les autres. Reconnaître chacune et chacun, c’est aussi reconnaître son identité, dans toutes ses diversités et ses richesses. L’histoire de sa famille, la ou les langues qui lui ont été transmise(s), les us et coutumes avec lesquels elle ou il a grandi. Leur négation constitue une violence considérable. Une forme de négation de soi-même.

Ce qui se joue à travers les droits culturels, c’est le droit de chacune et de chacun de prendre place comme acteur de la cité.

Dès lors, les « droits culturels » seraient la pierre d’angle de l’ensemble des droits humains. Des associations, des collectifs, militent pour leur reconnaissance effective. Ce qui se joue à travers les droits culturels, c’est le droit de chacune et de chacun de prendre place, individuellement et collectivement, comme acteur de la cité. Le droit d’être pleinement reconnu et de s’entendre dire, selon les trois niveaux de la reconnaissance définis par Axel Honneth : « Tu comptes pour moi », « tu comptes comme moi », mais aussi : « Je compte sur toi », c’est-à-dire, « j’ai besoin de ta capacité de ressentir et de dire ». Les droits culturels ont été inscrits en droit français en 2015, mais il faut encore se battre pour qu’ils soient reconnus dans les faits.

Contrairement à d’autres ressources, c’est en étant partagée que la culture s’accroît. En permettant à chacun de s’émanciper, elle nous rend plus libre. Comme le rappelle J.-B. Jobard dans ce dossier, citant M. Bakounine : « Je ne deviens libre vraiment que par la liberté d’autres, de sorte que plus nombreux sont les hommes libres qui m’entourent et plus profonde et plus large est leur liberté, et plus étendue, plus profonde et plus large devient ma liberté. » La culture est ainsi ce lien fou qui nous délie. Et délie, même les plus fragiles, du mutisme auquel ils sont trop souvent condamnés.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

La culture pour résister à la misère

L’accès à la culture, à la lecture, à la création, permet à des personnes en précarité de prendre confiance en elles, de créer du lien, de se relever. Et la présence de volontaires et de médiateurs est souvent un facteur décisif dans l’accès à ces droits culturels primordiaux. Je suis jaloux de ceux qui, dès leur enfance, apprirent à aimer la musique et la danse, l’art et la poésie. Je n’eus pas cette chance et, toute ma vie, j’en ai souffert. Pouvoir l’offrir aux plus pauvres a été mon combat.1...

Pour une vraie démocratie culturelle

Sans droits culturels, point de démocratie. Ils développent le désir de savoir des citoyens, confèrent à chacun sa dignité. La puissance d’une démocratie résidera dans sa capacité à accueillir les savoirs des plus vulnérables, afin de former un véritable corps politique. Une démocratie trouve sa force dans la capacité d’interprétation et la puissance critique de ses citoyens. C’est précisément le sens des d...

Les droits culturels, un chemin vers l’altérité

Les « droits culturels » sont souvent méconnus. Pourtant, en permettant à chacun de composer sa manière d’être au monde, ils confèrent le droit de participer à la vie de la cité et rendent possible la relation, au-delà de nos différences. En 2007, un groupe international d’universitaires rédigeait la déclaration de Fribourg sur les droits culturels. Huit pages qui ont fait couler beaucoup d’encre, notamment au moment...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

Des ressources insoupçonnées

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des resso...

L’écologie, une affaire sensible

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mes...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules