Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La culture, c’est pas du luxe !

Quand je peins, j’existe !

Dominique participe régulièrement à l'atelier peinture organisé au local du Secours Catholique de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) © Aurore Chaillou/Revue Projet
Dominique participe régulièrement à l'atelier peinture organisé au local du Secours Catholique de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) © Aurore Chaillou/Revue Projet

Peindre pour s’exprimer, pour partager, pour conjurer un passé douloureux, pour cultiver sa joie de vivre… Tous les mercredis, Dominique, Ginette et Pauline se retrouvent dans les locaux du Secours Catholique-Caritas France, à Rosny-sous-Bois. Au printemps prochain, elles exposeront leurs oeuvres.


« La semaine dernière, explique Ginette, une femme est venue à l’atelier peinture. Elle m’a dit : “Je ne sais pas dessiner.” J’ai voulu l’encourager : “Moi non plus, je ne sais pas dessiner !” Elle a fait une fleur. Ça lui a fait énormément de bien. Si les gens commencent à se juger, ça ne marche pas. Il n’y a pas de jugement dans la peinture, pas d’agressivité, pas de violence. Il n’y a que du partage. »

Depuis trois ans, Ginette, 70 ans, anime bénévolement un atelier peinture au local du Secours Catholique-Caritas France de Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. En ce mercredi d’été, la plupart des habitués sont absents. Dominique, elle, est une irréductible. Quand on l’interroge pour savoir ce que signifie pour elle la culture, elle virevolte dans la salle : « J’apprends à jardiner, à chanter, à danser, à peindre ! J’aime les danses Louis XIV ! L’art, c’est la joie de vivre. Si je ne chante pas, je suis comme un oiseau en cage. » Dominique approche de la soixantaine. Son sourire ne la quitte pas. Même quand elle évoque des parties plus sombres de son existence. « Avant, je m’occupais de personnes âgées, c’était dur. Aujourd’hui, je suis au RSA. On m’a traité de tous les noms, on m’a traité de feignasse. Au Pôle emploi, quand je dis que je veux être comédienne, on ne me prend pas au sérieux. » Pourtant, depuis une dizaine d’années, Dominique fait de la figuration dans des films et des séries télévisées. « Je suis populaire, donc je fais le peuple ! » Elle évoque films, séries, les acteurs et réalisateurs qu’elle a côtoyés, les rôles qu’elle a incarnés. Elle a joué une SDF dans la série Vernon subutex ; une autre fois, « une folle dingue dans un asile » ; dans un film de Kad Merah, une ouvrière sur le point d’être licenciée. « Il faut des sentiments pour jouer. Je vis entourée de gens comme ça, alors je joue ce que je vois. »

« J’apprends à jardiner, à chanter, à danser, à peindre ! J’aime les danses Louis XIV ! L’art, c’est la joie de vivre. »

Le téléphone de Dominique vibre. Elle le consulte. Et saute de sa chaise, les yeux pétillants : « Pauline arrive ! » La femme entre, timidement. Sa parole et ses gestes sont aussi mesurés que ceux de Dominique tourbillonnent. « Quand on dessine, explique Pauline, on fait sortir ce qu’on a dans la tête et le corps est au calme. Je regarde un dessin et j’essaie de le reproduire. Je me concentre et, si je suis bien au calme, je vais bien le reproduire. Quand il y a quelque chose que je ne comprends pas, je demande à Ginette et elle fait comme un cours. Elle explique les différents pinceaux, le mélange des couleurs. Ça donne envie d’aller plus loin. Et de se retrouver à plusieurs, concentrées et motivées, ça donne du courage. »

Pauline (à gauche) et Ginette se rtrouve le mercredi matin lors d'un atelier peinture au local du Secours Catholique de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). © Aurore Chaillou/Revue Projet

Pauline (à gauche) et Ginette se retrouvent le mercredi lors d’un atelier peinture au local du Secours Catholique de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). © Aurore Chaillou/Revue Projet

Exposer, c’est aussi s’exposer

Au printemps prochain, les participants à l’atelier exposeront dans un bar-restaurant de Rosny. « Ce sera la première fois de ma vie ! » exulte Dominique. Ginette, elle, a exposé dans une galerie parisienne il y a quelques mois. Mais elle est un peu amère. « Aucun des salariés du Secours Catholique n’est venu. » Peindre est pour elle une manière de conjurer son passé, une thérapie. Exposer son travail l’aide à entrer en relation. « C’est un moyen de partager. Les gens qui viennent à l’exposition se rendent compte du travail qui est fait. Ça nous rapproche. Exposer, c’est aussi s’exposer, accepter que les gens puissent critiquer. » Pour les participants à l’atelier, la perspective de l’exposition, « c’est l’occasion de progresser, analyse Ginette. Je vais leur mettre un peu la pression, je vais les faire sortir d’elles ! Et les gens du Secours Catholique ont intérêt à venir ! »

Ginette peint depuis plus de vingt ans. Récemment, pour la première fois, elle a accroché un de ses tableaux chez elle. Auparavant, il en était hors de question. « Ce qui a changé ? C’est que maintenant, j’existe. J’existe parce que je me suis tournée vers les gens et j’assume davantage mon passé. Avant, je pensais qu’on n’allait pas m’accepter telle que j’étais, à cause de mes émotions. Mais un jour, quelqu’un m’a dit : “Reste telle que tu es.” » Maintenant, c’est elle qui encourage Pauline, Dominique et les autres, à travers la peinture. « C’est comme un ricochet. Aujourd’hui, j’ose le dire, je suis fière de cet atelier. Cette année, j’ai eu un déclencheur. J’ai dit aux gens : “Je suis fière de vous, mais vous aussi, vous pouvez être fiers de vous !” »

Ginette anime un atelier peinture au local du Secours Catholique de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). © Aurore Chaillou/Revue Projet

Ginette anime un atelier peinture au local du Secours Catholique de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). © Aurore Chaillou/Revue Projet

« Maintenant, j’existe. J’existe parce que je me suis tournée vers les gens et j’assume davantage mon passé. »

Pour Ginette, retrouver les participants de l’atelier les mercredis, « c’est du bonheur. Je sais que je vais partager, communiquer, transmettre. Dans le respect. Chacun a un style et je l’encourage. Créer, c’est aussi s’occuper de son enfant intérieur. » « Ici, on oublie tout ce qui nous tue, s’exclame Dominique. Le système est difficile, ça nous protège. » Assise à côté d’elle, Pauline poursuit : « Quand je sors d’ici, je sors avec une bonne humeur. » Ginette écoute attentivement les deux femmes. « D’habitude, on ne parle pas de nos émotions. De les entendre dire ça, ça me fait chaud là », confie-t-elle les yeux brillants, une main sur le cœur.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

« C’est la première fois que j’entre dans un musée »

Parmi les sorties culturelles proposées aux personnes accueillies par le Centre d’entraide pour les demandeurs d’asile et les réfugiés (Cedre), antenne du Secours Catholique-Caritas France, il en est une qui impressionne et émeut : celle qui conduit au jardin du musée Rodin. « Victor Hugo ? Balzac ? Non, je ne connais pas. » Yaya, Malien de 29 ans, n’est pas le seul à ignorer qui furent ces hommes immortalisés par Auguste Rodin. Nous sommes...

La culture pour résister à la misère

L’accès à la culture, à la lecture, à la création, permet à des personnes en précarité de prendre confiance en elles, de créer du lien, de se relever. Et la présence de volontaires et de médiateurs est souvent un facteur décisif dans l’accès à ces droits culturels primordiaux. Je suis jaloux de ceux qui, dès leur enfance, apprirent à aimer la musique et la danse, l’art et la poésie. Je n’eus pas cette chance et, toute ma vie, j’en ai souffert. Pouvoir l’offrir aux plus pauvres a été mon combat.1...

La culture, bien essentiel, lien essentiel

Lecture, peinture, musique, poésie… Joseph Wresinski, fondateur du mouvement ATD Quart Monde, a fait de l’expression de soi un outil d’émancipation des plus pauvres. Il a élevé, par ses actes comme par ses discours, la culture au rang de nécessité vitale. Tout homme porte en lui une valeur fondamentale inaliénable qui fait sa dignité d’homme.1 » Tel est le principe de base du mouvement ATD Quart Monde. Intrinsèque, la dignité n’est jam...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules