Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La fabrique de la décision

Décider ensemble Introduction

Crédit : Adroach/iStock
Crédit : Adroach/iStock

Et si les Français étaient davantage impliqués dans les prises de décision ? Pour ce cinquième volet de notre série politique, nous souhaitons explorer les difficultés, mais aussi les avancées d’un processus de décision inclusif, voire participatif. Cette question représente la clé de voûte de l’édifice démocratique. Ne rien décider, et finalement laisser faire les choses, n’est-ce pas rester dans l’illusion de sa toute-puissance ? Inversement, la tentation autoritaire ne peut que renforcer la contestation, l’obstruction ou, tout simplement, le désenchantement.

La décision a toujours renvoyé à des enjeux de pouvoirs et d’intérêts, mais la situation se complexifie fortement. Décider aujourd’hui en démocratie suppose de prendre en considération une multitude d’acteurs, en particulier de tenir compte des relations entre l’État, le marché et, plus que jamais, la société civile. La démocratie est confrontée à un éclatement des lieux de décision et à l’enchevêtrement des échelles territoriales. Des sujets comme la dette publique, les migrations ou la transition écologique ne peuvent plus être traités uniquement à l’aune de nos propres frontières.

Comment placer le bien commun au cœur de décisions collectives ? La participation citoyenne gagne du terrain, mais il reste beaucoup à faire en matière d’implication de chacun dans les prises de décisions qui les concernent. Ce dossier privilégie la présentation d’exemples dans des domaines, des lieux et des contextes différents.

Une alternative au « jupitérisme » n’était-elle pas possible ?

Dans une première partie, nous reviendrons sur l’exercice du pouvoir en temps de crise sanitaire. Une alternative au « jupitérisme » n’était-elle pas possible, demande Jean-Paul Gaudillière, spécialiste du gouvernement de la santé au niveau international ? Avec le philosophe Jean-Claude Monod, nous nous interrogeons sur ce qui fait autorité aujourd’hui.

La seconde partie nous emmène à Madrid, où des dispositifs participatifs se voulant vraiment décisionnels ont été pensés, ce qui est rarement le cas en France. Mais pour ne pas se limiter au triangle traditionnel – démocratie représentative, participative et directe –, nous avons convoqué la notion de gouvernance, de plus en plus présente à l’échelle des politiques urbaines et de l’Union européenne.

Plus largement encore, nous explorons dans la dernière partie trois exemples sur des registres bien différents : un regard croisé entre un jésuite et un dominicain sur la manière dont deux ordres religieux pluriséculaires envisagent la gouvernance ; mais aussi les temporalités de la décision dans le gouvernement des océans ; et enfin, la manière dont l’intelligence artificielle participe désormais à la décision politique. Démontons les rouages d’un processus pas si mécanique.


Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

La fabrique de la décision

Au cœur de l’activité politique, la décision polarise l’attention et les critiques : trop timorée face à la crise climatique, trop autoritaire face à l’urgence sanitaire… Est-il possible de rendre la décision plus démocratique, plus inclusive ? Cinq points saillants se dégagent à la lecture de ce dossier. 1 De la participation à la décisionSi, même en démocratie, la décision peut apparaîtr...

Comment faire autorité ?

Redéfinir l’autorité et flécher le pouvoir décisionnel en démocratie est un exercice périlleux mais indispensable. Avons-nous oublié le sens de la notion d’autorité ? Telle était la conviction de Hannah Arendt expliquant, dans son article « Qu’est-ce que l’autorité ? » (1961), que le plus sûr indice de cet oubli ou de cette éclipse est la confusion fréquente entre l’autorité et la force. On en appelle à l’autorité pour « rétablir l’ordre » par la r...

Du même auteur

La flemme ou la flamme ?

Certaines idées reçues ont la vie dure : les jeunes seraient moins investis au travail, voire ne voudraient plus travailler. En un mot, ils seraient devenus paresseux ou, tout simplement, obsédés par les RTT, le télétravail et les loisirs. Ces préjugés envers la jeunesse ne sont pas nouveaux.Pourtant, le récent rapport de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et de l’institut Terra nova dépeint une réalité tout autre : les moins de 30 ans sont « tout aussi investis dans leur travail et ...

L’entreprise : un enjeu démocratique

Face à la perte de sens de nombreux salariés vis-à-vis de leur travail, François Ruffin, journaliste et député, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe, appellent à redonner du pouvoir de décision aux travailleurs.  Cet entretien croisé entre François Ruffin et Jean-Noël Barrot a eu lieu dans le cadre de l’université populaire d’Esprit civique, les 14 et 15 octobre 2023 à Cluny, e...

Cinq ans de sagacité

Le Pacte du pouvoir de vivre fête ses cinq ans d’activité en ce mois de mars. Cet anniversaire est réconfortant, car il témoigne de la vitalité du Pacte et de sa capacité à fabriquer de l’unité entre des associations, des fondations, des mutuelles ou encore des syndicats engagés pour une société plus écologique, sociale et démocratique.Plus de soixante-cinq organisations parmi les plus importants acteurs des solidarités sont réunies dans ce collectif. Chacun des membres est invité à dépasser so...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules