Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Je travaille, donc j’existe ?

Emploi : on lui en demande trop

© caio triana/Pixabay/CC
© caio triana/Pixabay/CC

D’un lien social, ce fil qui relie les individus, on attend protection et reconnaissance : pouvoir compter « sur » quelqu’un, mais aussi « pour » quelqu’un. Le travail en est un, indéniable. Par lui on noue des liens directs, une sociabilité, et indirects (une protection sociale). Mais du travail on attend plus encore et notamment en France : une fierté, une utilité, une place dans la société. N’est-on pas invité à décliner son identité par ce que l’on « fait » ? Et gare à celui (et surtout celle) dont le travail n’est pas rémunéré : dédier une période de sa vie à sa famille vaut d’être qualifié d’« inactif » par la statistique.

La privation durable d’emploi est un scandale, la non-reconnaissance de la contribution de chacun(e), une insulte. Des millions de personnes se voient mises au rebut de la société. Or l’âge moyen d’obtention d’un emploi stable – qui permet d’accéder au logement, de s’affranchir de la tutelle parentale, d’envisager l’avenir avec un brin de sérénité – a reculé de sept ans depuis les années 1970 (cf. A. Dulin et C. Vérot).

La perspective d’en être privé effraie tant que l’on devrait tout lui sacrifier. Et participer, sans broncher, à la course d’obstacles qui est le lot des entrants (ou des revenants) sur le marché, une compétition profondément inégale, où la hauteur des barrières est inversement proportionnelle au capital financier, social ou culturel dont sont dotés les concurrents. Enchaîner boulots précaires et périodes de doutes, jongler avec des horaires improbables, partir loin de chez soi pour prouver, quelques heures durant, son « employabilité ». Puis, une fois en poste, se surmener.

Le chômage force également bien des actifs à renoncer à ce qu’ils auraient voulu être. Plus que « déclassés », ils se sentent « déviés » de leur trajectoire (cf. C. Van de Velde), privés du sens qu’ils auraient voulu donner à leur activité. Or les dés de la réussite professionnelle sont jetés si tôt dans la vie d’un jeune Français que le système éducatif, mais aussi l’attention des parents pour leurs enfants, s’en trouvent contaminés, participant – souvent inconsciemment – au lent corsetage des désirs du jeune selon les besoins de la machine productive. Une fois sur les rails, difficile de bifurquer.

In fine, le chômage et la précarité conduisent notre société à l’aliénation, à laisser à d’autres le soin de définir sa finalité. À celui qui fournit de l’emploi, la patrie reconnaissante ! Peu importe qu’il fabrique des armes, des plateformes pétrolières, des montages pour éviter l’impôt…

Sortir de cette impasse suppose une réponse à double détente. Signifier à chacun que l’on a besoin d’elle, de lui : lui donner la possibilité de contribuer, par son travail, à la société. Et les propositions ne manquent pas, pour permettre de traverser les périodes transitoires sans déchoir (revenu minimum sans barrière d’âge, droit à l’accompagnement), comme pour rebondir ou changer de voie (capital formation). Mais il s’agit aussi de contester à l’emploi le monopole qu’il exerce sur nos existences. Lui dénier d’être la seule source de revenus, le seul mode valide de reconnaissance d’une utilité sociale. Lui refuser de prendre tant de temps dans nos vies.

Revenu universel ? Réduction du temps de travail ? N’évacuons pas trop vite les pistes envisagées. Car la sauvegarde de notre maison commune, la reconquête de notre finalité collective et de la dignité de chacun invitent à un grand chamboulement dans nos façons d’envisager l’organisation de l’activité humaine. Pourquoi ne pas cheminer, par exemple, vers une forme de pluriactivité institutionnalisée – avec un système universel de protection et des rémunérations distinctes selon les types d’activités ? Elle permettrait aux individus d’exprimer différentes facettes de leur personnalité, de leurs talents, d’atténuer la pression sur la sélection scolaire, de sortir des oppositions délétères entre activités manuelles et intellectuelles, de mieux concilier vie professionnelle et vie privée. Et de vaincre le poison qui tétanise nos sociétés et les empêche d’opérer l’indispensable reconversion écologique : la peur de tout perdre, l’angoisse de ne plus exister.

À lire dans la question en débat
« Je travaille, donc j’existe ? »

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Avec le chômage, la confiance en soi s’érode

Entretien – Paul Israël accompagne bénévolement des chômeurs pour les aider à retrouver un emploi. Pour certains, cela signifie d’abord se reconstruire, retrouver confiance en ses capacités. Pouvez-vous présenter vos différents lieux d’engagement aux côtés des chômeurs ?Paul Israël – Aujourd’hui, je fais partie de deux associations : le Comité chrétien de solidarité avec les chômeurs et les précaires, et Solidarités nouvelles face au chômage. Je suis également membre bénévole d’une mission local...

Précarité des jeunes : le grand bizutage

« Tu vas en baver ! » Voilà en substance le message envoyé aux nouveaux venus sur le marché du travail. Et la précarité exacerbe les inégalités liées aux milieux sociaux, à la mobilité géographique… Dès lors, pourquoi ne pas faire de la jeunesse un nouveau pilier de notre système de protection sociale ? Revenu minimum, capital formation utilisable toute la vie, droit à l’accompagnement pourraient en devenir les piliers. L’emploi pérenne représente un Graal aux yeux de ceux qui en sont privés. Ma...

Le travail, c’est « que du bonheur » ?

Les résultats de l’enquête « Que du bonheur » menée par l’association Générations cobayes en 20161 révèlent que les jeunes actifs sont en majorité satisfaits de leur activité professionnelle : 62 % affirment s’y sentir « plutôt bien » ou « complètement bien ». Un résultat étonnant, au vu des conditions difficiles, de la précarité grandissante et d’une insécurité omniprésente, que peut expliquer, pour partie, la méthode de l’enquête : le questionnaire, accessible uniquement sur Internet, a circu...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « Emploi : on lui en demande trop »

beatrice laffort
16 January 2018

Merci pour votre article. Il rejoint celui que j'ai écrit en décembre " Remettre le travail à sa juste place" (http://www.challengeinnovation.com/2017/11/remettre-le-travail-a-sa-juste-place.html, dans lequel je constate et regrette, entre autres, une forte tendance à s'identifier au travail (je travaille donc je suis...) et l'oubli que le travail est au service de l'Homme et non l'Homme au service du travail.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules