Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Je travaille, donc j’existe ?

Le travail, c’est « que du bonheur » ?

Réunion de designers graphiques © Created by Peoplecreations Freepik.com
Réunion de designers graphiques © Created by Peoplecreations Freepik.com

Les résultats de l’enquête « Que du bonheur » menée par l’association Générations cobayes en 20161 révèlent que les jeunes actifs sont en majorité satisfaits de leur activité professionnelle : 62 % affirment s’y sentir « plutôt bien » ou « complètement bien ». Un résultat étonnant, au vu des conditions difficiles, de la précarité grandissante et d’une insécurité omniprésente, que peut expliquer, pour partie, la méthode de l’enquête : le questionnaire, accessible uniquement sur Internet, a circulé principalement dans les réseaux d’entrepreneurs sociaux (MakeSense, Ticket for change) et les associations d’étudiants (Animafac, Junior-Entreprises). Le chiffre n’en garde pas moins son importance : d’après l’enquête, plus on est heureux au travail, plus on est heureux globalement ! Chercher le bonheur au travail – et le trouver – ne serait donc pas un luxe ? Les jeunes consultés déclarent (pour 58 % d’entre eux) que le travail est d’abord une source d’épanouissement personnel, plutôt qu’un moyen de subsistance. Pour 89 % d’entre eux, gagner de l’argent n’est pas la priorité. Pour une grande majorité, il est « primordial » d’exercer une activité professionnelle en accord avec ses valeurs (80 % des répondants), dans laquelle on se sent utile aux autres (60 %) et qui passionne (75 %). Se dégagent de l’enquête des envies d’indépendance, d’autonomie, d’apprentissage de nouvelles compétences, de reconnaissance et de bonne entente avec les collègues… Étonnamment, la recherche du sens et du bonheur au travail prévaut sur la quête d’un contrat à durée indéterminée (CDI), considéré comme « pas important » ou « pas essentiel » pour plus de 60 % des répondants. Que penser alors de tous ceux qui, comme à la Jeunesse ouvrière chrétienne, rappellent combien le CDI peut être vital ? D’évidence, les populations de jeunes consultées ne sont pas les mêmes et l’enquête « Que du bonheur » fait bien apparaître que les chiffres donnés (bonheur au travail, penchant vers les carrières mobiles, primauté des valeurs sur la rémunération, etc.) sont d’autant plus importants que le niveau de diplôme est élevé.


Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Précarité des jeunes : le grand bizutage

« Tu vas en baver ! » Voilà en substance le message envoyé aux nouveaux venus sur le marché du travail. Et la précarité exacerbe les inégalités liées aux milieux sociaux, à la mobilité géographique… Dès lors, pourquoi ne pas faire de la jeunesse un nouveau pilier de notre système de protection sociale ? Revenu minimum, capital formation utilisable toute la vie, droit à l’accompagnement pourraient en devenir les piliers. L’emploi pérenne représente un Graal aux yeux de ceux qui en sont privés. Ma...

Pour une politique publique de l’estime de soi

Le salariat s’impose aujourd’hui comme l’archétype à travers lequel l’individu est censé se rendre utile et s’épanouir. Dans une société où le chômage de masse perdure, comment permettre à chaque personne de cultiver l’estime de soi ? J. Dourgnon propose de remettre en cause le monopole de la norme salariale, en versant à tous un revenu inconditionnel. Dans les sociétés traditionnelles, l’individu s’inscrit dans une structure qui le surpasse et dont il est l’une des parties. Il est un produit du...

Reconnaître le travail domestique

Une grande part du travail domestique n’est aujourd’hui pas valorisée par nos indicateurs économiques. Reconnaître ce « travail » est un enjeu économique, politique et social. Si les ménages déléguaient à des professionnels leurs tâches domestiques – du moins celles pour lesquelles il existe un substitut marchand –, le produit intérieur brut (Pib) augmenterait d’un tiers, soulignait en 2012 l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)1. Ce calcul, en dépit des limites ...

Du même auteur

Pour une écologie décoloniale

Pour Malcom Ferdinand, les dégradations environnementales sont indissociables des rapports de domination raciale. Elles découlent de notre mode d’habiter la Terre, d’un sentiment de légitimité à se l’approprier. Au regard du passé, il nous revient de le réinventer. On accuse souvent les activités humaines de l’ère industrielle d’être responsables des dégradations environnementales en cours. Or vous soulignez que cette manière de ...

La « double peine » des petits producteurs ruraux

Partout, le travail des communautés rurales est affecté par le changement climatique. Souvent, un phénomène d’exclusion sociale s’ajoute à cette vulnérabilité. Mais des mouvements s’organisent pour rompre ce cercle vicieux, grâce notamment au levier de l’éducation. Les producteurs de maïs aux Philippines, les Dalits, ces « intouchables », et les communautés tribales en Inde, les 75 % de la population en Amériqu...

Plaidoyer pour un travail juste et solidaire

Rêver collectivement le futur du travail comme partie intégrante de la transition écologique : pendant deux ans, un groupe international d’acteurs sociaux s’est attelé à cette tâche. Le plaidoyer qui suit est inspiré du « Manifeste pour un travail décent et durable », qui regroupe leurs constats et recommandations collectives. Pour identifier les germes du monde de demain dans celui d’aujourd’hui, un groupe internation...

1 Enquête menée auprès de 54 000 Français entre 18 et 35 ans.


Vous devez être connecté pour commenter cet article

2 réactions pour « Le travail, c’est « que du bonheur » ? »

Jean Merckaert
15 March 2018

Bonjour,
En effet, c’est une limite importante de cette enquête, que j’ai essayé de soulever dans ces quelques lignes. Il importerait de s’intéresser à un panel plus large, les résultats seraient sans doute autres…
Louise Roblin

Pascale Panis
27 January 2018

Je ne vois pas comment un jeune qui travaille à la chaîne dans une usine peut trouver du bonheur dans son boulot, ceux qui ont des horaires décalés, tout ceux qui ont un travail très répétitif comme dans les call centers, ... Il me semble qu'il serait intéressant de quantifier le pourcentage de travail épanouissant par rapport à l'ensemble du marché du travail...

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules