Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La cause de l'éducation

Le pari de l'éducation (éditorial)


Désormais, parmi les six parutions de la nouvelle formule de Projet, un numéro spécial vous propose chaque année, un dossier plus complet. Celui-ci reprend un thème abordé lors de la session organisée cette année par le Ceras. Dans ce numéro, inclus dans l’abonnement, l’organisation habituelle des rubriques – acteurs du monde, questions en débat, cahier… – est suspendue. Mais, dans l’espace plus large donné ainsi au traitement d’un sujet, Projet reste fidèle à sa manière : croiser les points de vue des acteurs, des responsables, des experts.

Dans le contexte politique d’aujourd’hui, pour qui réfléchit aux préoccupations de la société, la question de l’éducation vient en premier. Il est heureux que nous puissions nous y arrêter et lui donner toute son ampleur. Si l’école focalise les préoccupations, la question éducative est bien plus vaste. Et le grand débat national, centré sur l’école et donc en partie limité, court le risque de n’avoir pas pleinement prise sur son sujet.

Le débat sur l’éducation doit inventer sa méthode, en évitant d’être trop vite la proie de batailles idéologiques. Le détour par l’expérience de tous les acteurs s’impose, ici plus qu’ailleurs peut-être, à condition de sortir d’une accumulation de monographies sans rapport les unes avec les autres. Engagés sur une tâche commune, souvent hommes et femmes de conviction, ils ont besoin d’espace pour confronter et enrichir leurs engagements et leurs intentions. Quant aux experts invités à ce dialogue, leurs réflexions trouveront une autre résonance.

En faisant ici une place à chacun, Projet fait le pari que l’on peut repérer et discuter la grande cause de l’éducation.


J'achète Le numéro !
La cause de l'éducation
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

La cause de l'éducation(introduction)

L’éducation, comme une cause... Parce que le sujet impose de revenir au fondement, à l’intime des relations entre parents et enfants, à l’implicite des « affrontements » entre les générations, au carrefour des grands lieux instituants – l’école, la famille, les religions, la ville, voire l’armée... –, l’éducation ne peut se contenter d’un simple détour. Elle devient facilement une cause à revendiquer, la figure d’une utopie à dessiner quand la société peine face à son avenir. Et, parfois de man...

Les nouveaux rapports parents-enfants

Les paradoxes de la famille : entre les relations perturbées par les évolutions sociales et culturelles et la permanence des rapports d’autorité et de transmission. Déclinée en mono-, bi-, co-, pluri-, homo-, médicalisée par les procréations assistées, la parentalité est d’actualité en ce début de XXIe siècle. Interrogeant les fondements de notre système de parenté occidental, les mutations familiales récentes ont suscité de multiples études, tout en distinguant de manière inédite la maternité d...

Le carrefour des institutions

Parce qu’elle joue sur la manière dont une société transmet ses valeurs, communique son savoir et prépare son avenir, la visée éducative et les mutations qu’elle connaît débordent la simple question de l’école ; elles concernent les sphères de la famille, du lien social, de l’économie, de la religion et du politique. Les relations entre adultes et jeunes sont bousculées dans ces lieux d’échanges, d’autorité et de transmission, qui sont eux-mêmes en difficulté. La première partie de ce dossier e...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules