Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : François, la fraternité sans frontières ?

La fraternité a-t-elle des frontières ? Introduction

© Lola Chupin / JRS France
© Lola Chupin / JRS France

Lors d’un récent voyage, le pape François appelait les Hongrois à rester à la fois « ancrés et ouverts, enracinés et respectueux ». Son message s’inscrit clairement dans la continuité de sa dernière encyclique Fratelli tutti, où il défend une conception de la fraternité en prise avec les défis mondiaux, notamment les migrations. Une réflexion politiquement foisonnante et ambitieuse qui s’inspire, dans une large mesure, de la parabole évangélique du bon Samaritain.

Si beaucoup se sont réjouis de son appel à une fraternité universelle invitant à l’accueil de l’étranger, d’autres, y compris dans les rangs des catholiques, ont dénoncé une politique migratoire utopique qui ne respecterait pas les réalités nationales. Parmi eux, des intellectuels se mobilisent dans le paysage médiatique français, revendiquant notamment leur propre lecture de la parabole du bon Samaritain – qui ne viserait qu’une morale personnelle. Sans les mettre sur un même niveau, citons Pierre Manent, Rémy Brague, Chantal Delsol…

Comment dépasser l’opposition entre fraternité universelle et attachement à une identité nationale ?

Cette controverse, parfois véhémente et qui dépasse largement la sphère médiatique et intellectuelle, nous semble significative et particulièrement importante à l’approche de l’élection présidentielle. Les migrations, souvent associées à la montée de l’islamisme, soulèvent des peurs et des questions légitimes. Quel rôle peut tenir dans ces débats la référence à la Bible ? Est-il justifié d’établir une frontière étanche entre ce qui relèverait de la morale privée et du domaine politique ? Comment dépasser l’opposition entre fraternité universelle et légitime attachement à une identité nationale ?

Pour explorer ces questions, ce dossier a été préparé en partenariat avec le Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris et JRS France. Dans une première partie, la parole est donnée à un théologien, un exégète, un historien et trois philosophes. Les politiques migratoires, au cœur d’enjeux internationaux, nous renvoient à une tension difficile entre universalisme, particularisme et pluralisme.

La deuxième partie, fidèle à la ligne éditoriale de la Revue Projet, apporte un éclairage à partir de l’expérience d’acteurs de terrain. La pensée sociale de l’Église ne se limitant pas à un corpus de textes et de valeurs surplombantes, il importe de prendre au sérieux les expérimentations démocratiques portées par « le bas », très concrètement et au quotidien, dans les relations interpersonnelles de l’hospitalité et de la solidarité.

Prendre à bras-le-corps la question des frontières, le rôle de l’État et nos manières d’envisager la vie ensemble : voilà ce à quoi ce dossier nous appelle. Une invitation finalement, comme nous le propose Olivier Abel, à penser et à vivre une fraternité biblique et républicaine.

Sommaire du dossier

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Faim et suite

En ce début de XXIe siècle, la faim est toujours là, et même en hausse structurelle depuis moins d’une décennie. Selon les estimations onusiennes, près de 800 millions de personnes sont, à ce jour, sous-alimentées.Cette réalité ne se réduit pas à l’imagerie tragique d’enfants dénutris du Sahel. En 2020, deux milliards et demi d’individus – soit le tiers de l’humanité – se sont trouvés en état d’insécurité alimentaire. Autrement dit, selon les critères de la FAO (l’organisation des Nations unies...

Quel est le prix d’une vie ?

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.D’êtres libres, l...

Du même dossier

Migrations : le cap du pape

Avec Fratelli tutti, le CCFD-Terre solidaire a vu son engagement de quarante ans sur les migrations renforcé dans sa trajectoire. Il s’agit non seulement de défendre les droits des exilés, mais, plus encore, d’être les forces d’un changement de cap pour d’autres politiques migratoires possibles. Engagé sur les questions de migrations depuis 1976, le CCFD-Terre solidaire, organisation de solidarité internationale, compte aujourd’hui plus de soixa...

L’Église et les nations

Il n’est pas rare que l’Église soit instrumentalisée et érigée en gardienne des traditions nationales. Elle est pourtant universelle, dès ses origines. Si elle défend l’attachement des peuples à leurs racines, c’est pour mieux s’ouvrir et accueillir l’étranger. C’est l’une des grandes spécificités de la Bible, la tradition religieuse du peuple d’Israël, de commencer par la création du monde et non par cel...

Glossaire

Nationalisme, souverainisme, universalisme… Cerner ces notions est parfois difficile tant elles font l’objet de luttes d’appropriation dans l’arène médiatique. Ce dossier ne pouvait faire l’économie d’une mise au diapason lexicale. Le nationalisme est un principe politique qui apparaît à la fin du XVIIIe siècle. Il consiste à invoquer la primauté des droits et des intérêts « nationaux » pour justifier des actions politiques. Le nationalis...

Du même auteur

Une candidate au pouvoir

Si la politique est associée au pragmatisme, l’imagination est généralement assimilée à la fiction, à la rêverie ou à la création artistique. Et pourtant, elle est, au même titre que le débat ou la représentation, une composante essentielle au bon fonctionnement de la démocratie. Sans cette capacité à mettre au travail l’imagination, la politique a-t-elle un avenir ? Les élections sont un moment privilégié, où nous nous projetons ensemble vers demain. Mais quel imaginaire les candidats nous pro...

Pour une politique de la fraternité

À l’approche de l’élection présidentielle, alors que l’instrumentalisation du message évangélique à des fins politiques menace directement l’État de droit, l’instauration d’une véritable politique de la fraternité constitue pour l’avenir un défi majeur. 1 L’Évangile à la carteCe dossier invite à prendre au sérieux la parabole du bon Samaritain qui, reconnaissons-le, se prête à une plur...

L’Ordre et la Compagnie

Entre vœux d’obéissance et vie fraternelle, un jésuite et un dominicain discutent gouvernance et prise de décision. Mise en relief de deux modèles communautaires. Dans les constitutions dominicaines rédigées au début du XIIIe siècle, quelle distinction est faite entre gouvernance et décision ?Jean-Jacques Pérennès – Bien sûr, on ne parlait pas en ces termes au Moyen Âge. Néanmoins, à la naissance des ordres mendiants, au XIIIe siècle, la question de la gou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules