Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : François, la fraternité sans frontières ?

Glossaire Les mots en -isme

Patpitchaya/iStock
Patpitchaya/iStock

Nationalisme, souverainisme, universalisme… Cerner ces notions est parfois difficile tant elles font l’objet de luttes d’appropriation dans l’arène médiatique. Ce dossier ne pouvait faire l’économie d’une mise au diapason lexicale.


Le nationalisme est un principe politique qui apparaît à la fin du XVIIIe siècle. Il consiste à invoquer la primauté des droits et des intérêts « nationaux » pour justifier des actions politiques. Le nationalisme est la volonté de faire coïncider la forme culturelle et la forme politique de la nation.

Appréhender le nationalisme est complexe car la notion même de « nation » fait l’objet d’interprétations variées et parfois contradictoires. Le nationalisme a par exemple joué un rôle important dans la formation des États-nation européens, puis durant la décolonisation au travers du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Dans le même temps, le nationalisme comme volonté d’exaltation de la nation a pu prendre des formes belliqueuses, totalitaires et impérialistes. Aujourd’hui encore, le nationalisme est régulièrement invoqué par les groupes et institutions politiques pour sa puissance mobilisatrice.

Le souverainisme est une doctrine politique qui soutient historiquement la préservation de la souveraineté d’un pays par rapport à des instances supranationales. Dans le contexte européen, le souverainisme renvoie à une critique de la dépendance des États membres vis-à-vis de l’Union européenne. Parce qu’il peut se réclamer tant de la « souveraineté nationale » que de la « souveraineté populaire », le souverainisme peut prendre plusieurs formes et se situer aussi bien à droite qu’à gauche de l’échiquier politique.

Le particularisme politique concerne des populations qui revendiquent une autonomie vis-à-vis de l’État.

Le particularisme politique est défini par Le Robert comme l’« attitude d’une communauté, d’un groupe qui veut conserver ses usages particuliers, son autonomie » Apparue en 1866, la notion désigne plus spécifiquement un discours prenant la défense d’une identité culturelle particulière – généralement liée à un territoire – distincte de la culture dominante ou générale. Dans sa forme la plus fréquente, le particularisme politique est régional et s’oppose au national. Il concerne des populations qui cherchent à conserver leurs traditions et revendiquent une autonomie complète ou partielle vis-à-vis de l’État.

L’universalisme est la doctrine selon laquelle il est possible d’accéder à des idées ou d’élaborer des projets à vocation universelle. En politique, « l’universalisme suppose l’existence […] d’une unité fondamentale du genre humain dont il est possible de dégager les valeurs et les principes fondamentaux » (Olivier Nay, Lexique de science politique, 2017). On le renvoie généralement à la doctrine française de l’ « universalisme républicain » qui considère tous les citoyens comme égaux en droits et s’oppose à tout particularisme. L’universalisme comme doctrine historique fait aujourd’hui l’objet de nombreuses critiques car il ne tient compte ni des situations particulières, ni des choses « en train de se faire », mais repose à l’inverse sur des conceptions figées, idéales et abstraites. Par ailleurs, l’universalisme a motivé – au nom de l’extension de ses valeurs – un grand nombre de violences religieuses, impériales ou coloniales.

La philosophie multiculturaliste appelle à respecter et à défendre les droits des minorités.

Le multiculturalisme se caractérise au sein d’une société par la coexistence de plusieurs cultures définies à partir de critères pluriels (religieux, ethniques, territoriaux, langagiers, etc.). Ces cultures sont associées à des communautés, lesquelles tirent leur existence et leur légitimité des représentations collectives. La philosophie multiculturaliste qui se développe à partir des années 1980 appelle à respecter et à défendre les droits des minorités, si nécessaire par le recours à des politiques spécifiques de discrimination positive (« affirmative action »). Cette idée d’une reconnaissance des identités et des cultures dans l’espace public est régulièrement critiquée, tant par les tenants de l’« universalisme républicain » que par les nationalistes identitaires.

Le cosmopolitisme est un concept créé par Diogène de Sinope à partir des mots grecs cosmos (univers) et politês (citoyen). Il renvoie à la revendication d’une appartenance politique universelle – « cosmopolitique » – et se distingue du multiculturalisme. À partir du XVIIIe siècle, avec Emmanuel Kant, le terme est associé à l’idée d’une « citoyenneté du monde » basée sur une humanité commune. À cette conception sont souvent associées une approche universelle des droits de l’homme, la défense de la libre circulation des personnes et la promotion de la solidarité entre les nations.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Avancées et faiblesses de la démocratie

Resumé Les avancées de la gouvernance démocratique sont considérables. Mais les systèmes légaux sont fragiles, et les disparités sociales profondes. La société civile manifeste une grande vitalité. Dès leur indépendance vis-à-vis du joug colonial, les pays d’Amérique latine se sont dotés de constitutions proclamant la suprématie de la souveraineté populaire comme unique source de légitimité politique et, très tôt, des élections ont été organisées. Pourtant, l’histoire – durant la majeure partie ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Parabole subversive

« Qui est mon prochain ? » La parabole du bon Samaritain invite les chrétiens à se poser cette question centrale et difficile. Si l’interprétation du pape François appelle à une fraternité universelle, d’autres estiment qu’elle ne saurait s’appliquer aux États. La place donnée à la parabole du bon Samaritain par le pape François ne se réduit pas au deuxième chapitre de l’encyclique Fratelli tutti, où il en dével...

L’accueil ça s’apprend

Sur les cent six paroisses que compte la capitale, un tiers s’engage pour l’accueil des migrants. Récit du cheminement de la paroisse Notre-Dame de Grâce de Passy, quartier privilégié du XVIe arrondissement de Paris. « Que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d’Europe accueille une famille. » Pouvait-on rester sourd à cet appel du pape François, en septembre 2015 ? À Notre-Dame de Grâce, un petit groupe de paroi...

Fraternité, républicaine et biblique

Spécialiste des questions d’attachement et de déliaison, le philosophe Olivier Abel nous invite à repenser les frontières de la fraternité. S’appuyant sur la lecture par Paul Ricœur de la parabole du bon Samaritain, il appelle de ses vœux une fraternité à la fois biblique et républicaine. Face aux citoyens de religion protestante réunis à l’Hôtel de Ville de Paris, Emmanuel Macron, à l’automne 2017, les appelait à « ...

Du même auteur

La pente est raide 

Fini les voitures thermiques en Europe d’ici 2035. Un virage historique, qu’il faut conduire dans les faits. Au carrefour du public et du privé, Marc Mortureux nous livre son regard sur les enjeux futurs de la filière automobile. En tant que directeur général de la Plateforme automobile (PFA) depuis 2018, en quoi consiste votre poste ?L’industrie automobile compte environ 4 000 entreprises en France et représente près de 400 000 emplois. La raison d’être de la PFA est d...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules