Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Faut-il toujours payer ses dettes ?

Faut-il toujours payer ses dettes ? Introduction

Crédits :NotWithClaws / iStock
Crédits :NotWithClaws / iStock

La dette publique française devrait dépasser les 120 % du produit intérieur brut pour la seule année 2020, soit près de 80 000 euros par ménage. Ces chiffres donnent le vertige ! Il faudra bien, à un moment donné, payer la facture. La dette n’est-elle pas liée par définition au devoir de rembourser ? Qui n’a pas entendu ce discours, voire ce dogme, difficilement contestable ?

On peut pourtant réinterroger cette prétendue évidence morale, comme nous y invite David Graeber. L’anthropologue américain retrace 5 000 ans d’histoire de la dette dans un ouvrage qui a connu un vrai succès aux États-Unis. Il questionne la relation de pouvoir qui existe entre le débiteur et son créditeur et la dimension morale par laquelle on justifie la violence exercée. Et si on décidait d’effacer l’ardoise ? Pourquoi tous les gens doivent-ils forcément rembourser leurs dettes ? Après avoir décortiqué l’histoire longue du fonctionnement de la monnaie et de la dette, David Graeber en vient à remettre en cause un sacro-saint principe dans l’intérêt de la communauté : « Nous n’avons pas “tous” à payer nos dettes. Seulement certains d’entre nous. Rien ne serait plus bénéfique que d’effacer entièrement l’ardoise pour tout le monde, de rompre avec notre morale coutumière et de prendre un nouveau départ. »

Quoi de commun entre la dette des ménages, de l’État ou des entreprises ?

Ce dossier de la Revue Projet permet d’éclairer le paysage des dettes, à l’heure de la crise sanitaire. Quoi de commun entre la dette des ménages, de l’État ou des entreprises ? Dans une première partie, nous explorons successivement ces trois entrées, la nature des rapports de force qui sont en jeu et les leviers spécifiques dont dispose l’État. La deuxième partie propose plusieurs éléments pour un diagnostic : une économiste analyse le pouvoir d’influence du secteur bancaire et financier sur nos gouvernants, une philosophe aborde la manière dont nos sociétés ont généré de nouvelles formes d’aliénation par la fabrique d’individus surendettés et « addictés », et un sociologue revient sur les histoires imbriquées de la dette et du néolibéralisme. Quant à la troisième partie, elle se situe sur le registre de l’action, avec un retour sur les pratiques des systèmes d’échanges locaux (SEL) et la mobilisation de la société civile pour l’annulation de la dette des pays émergents. Enfin, Gaël Giraud propose d’exploiter intelligemment le pouvoir de création monétaire ex nihilo de la Banque centrale européenne (BCE) pour financer un plan de reconstruction écologique.

Alors que la commission Jean-Arthuis, chargée de proposer des scénarios de retour à l’équilibre des comptes publics, devrait remettre son rapport fin février, nous dégageons en guise de conclusion et d’ouverture quatre points saillants du dossier pour rebattre les cartes et prendre vraiment à bras-le-corps cette question de la dette en temps de crise.


Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Accros à la dette

La dette crée une relation d’interdépendance entre créancier et débiteur. Comme l’addiction, elle va jusqu’à la dépossession de son propre corps. Un des signes de notre temps est la fabrique d’individus surendettés et « addictés ». C’est un phénomène massif de nos sociétés dites libérales qui ont généré des nouvelles formes d’aliénation1. Depuis la crise des subprimes en 2008, déclenchée par un système financier ayant pris des risques i...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

Contre la dette, une monnaie libre

Dans les systèmes d’échange local (SEL), il est possible d’annuler régulièrement les dettes, de manière démocratique. Pour éviter l’effondrement du système monétaire actuel, il faut concevoir la monnaie autrement. Un système d’échange local (SEL) est une association à but non lucratif où les membres échangent certains biens, connaissances ou savoir-faire à l’aide d’une monnaie qui leur est propre (la pistache, par e...

Du même auteur

Bousculer l’entreprise

Il y a cinquante ans, en 1972, quatre jeunes chercheurs américains du Massachusetts Institute of Technology (MIT) alertaient pour la première fois sur les risques d’une croissance économique infinie dans un monde aux ressources limitées. Intitulé Les limites à la croissance, leur texte, plus connu sous le nom de rapport Meadows, devient rapidement un ouvrage de référence traduit en trente langues1. Malheureusement, au temps des Trente Glorieuses, ces travaux sont inaudibles : la course après la...

À la croisée des mondes

Pour conduire durablement le changement, c’est un subtil jeu entre sphères politique, économique et militante qu’il faut mener, conjuguant confrontation et coopération. Un regard sociologique. Comment saisir la diversité des interactions entre mondes militants et mondes économiques ?Les interactions entre ces deux mondes ont une trajectoire longue dont on peut retracer les grandes lignes. Pour parler de la période récente, on note dans les années 1990 une premièr...

Peau neuve d’une centenaire

Centenaire, mais toujours alerte, la Revue Projet se réinvente avec un sommaire renouvelé. Notre constat : la démocratie est à rebâtir et l’économie à remettre à sa juste place. Deux nouvelles rubriques viennent donc enrichir notre contenu. En partenariat avec le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Démocratie et participation », la rubrique « Exploration démocratique » déclinera au fil des numéros des expérimentations et alternatives démocratiques qui foisonnent en France ou à l’étranger....

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules