Logo du site
Dossier : Faut-il toujours payer ses dettes ?

Faut-il toujours payer ses dettes ?

Crédits :NotWithClaws / iStock
Crédits :NotWithClaws / iStock

La dette publique française devrait dépasser les 120 % du produit intérieur brut pour la seule année 2020, soit près de 80 000 euros par ménage. Ces chiffres donnent le vertige ! Il faudra bien, à un moment donné, payer la facture. La dette n’est-elle pas liée par définition au devoir de rembourser ? Qui n’a pas entendu ce discours, voire ce dogme, difficilement contestable ?

On peut pourtant réinterroger cette prétendue évidence morale, comme nous y invite David Graeber. L’anthropologue américain retrace 5 000 ans d’histoire de la dette dans un ouvrage qui a connu un vrai succès aux États-Unis. Il questionne la relation de pouvoir qui existe entre le débiteur et son créditeur et la dimension morale par laquelle on justifie la violence exercée. Et si on décidait d’effacer l’ardoise ? Pourquoi tous les gens doivent-ils forcément rembourser leurs dettes ? Après avoir décortiqué l’histoire longue du fonctionnement de la monnaie et de la dette, David Graeber en vient à remettre en cause un sacro-saint principe dans l’intérêt de la communauté : « Nous n’avons pas “tous” à payer nos dettes. Seulement certains d’entre nous. Rien ne serait plus bénéfique que d’effacer entièrement l’ardoise pour tout le monde, de rompre avec notre morale coutumière et de prendre un nouveau départ. »

Quoi de commun entre la dette des ménages, de l’État ou des entreprises ?

Ce dossier de la Revue Projet permet d’éclairer le paysage des dettes, à l’heure de la crise sanitaire. Quoi de commun entre la dette des ménages, de l’État ou des entreprises ? Dans une première partie, nous explorons successivement ces trois entrées, la nature des rapports de force qui sont en jeu et les leviers spécifiques dont dispose l’État. La deuxième partie propose plusieurs éléments pour un diagnostic : une économiste analyse le pouvoir d’influence du secteur bancaire et financier sur nos gouvernants, une philosophe aborde la manière dont nos sociétés ont généré de nouvelles formes d’aliénation par la fabrique d’individus surendettés et « addictés », et un sociologue revient sur les histoires imbriquées de la dette et du néolibéralisme. Quant à la troisième partie, elle se situe sur le registre de l’action, avec un retour sur les pratiques des systèmes d’échanges locaux (SEL) et la mobilisation de la société civile pour l’annulation de la dette des pays émergents. Enfin, Gaël Giraud propose d’exploiter intelligemment le pouvoir de création monétaire ex nihilo de la Banque centrale européenne (BCE) pour financer un plan de reconstruction écologique.

Alors que la commission Jean-Arthuis, chargée de proposer des scénarios de retour à l’équilibre des comptes publics, devrait remettre son rapport fin février, nous dégageons en guise de conclusion et d’ouverture quatre points saillants du dossier pour rebattre les cartes et prendre vraiment à bras-le-corps cette question de la dette en temps de crise.


Sommaire du dossier

  • "La dette publique aux mains de la BCE" par Marc Pourroy, économiste
  • "Accro à la dette" par Nathalie Sarthou-Lajus, philosophe
  • "Familles précaires et étudiants : la spirale du surendettement" par Marcel Rémon, statisticien
  • "Sauver les entreprises. Les prêts garantis par l’État" par Jeanne Lazarus, sociologue et Stéphanie Serve, professeure des universités en sciences de gestion
  • "Annuler les dettes est un choix politique" Entretien avec Gaël Giraud, économiste
  • "Lobby bancaire. Un pouvoir insidieux" Entretien avec Jézabel Couppey-Soubeyran, économiste
  • "Pays en développement. Annuler la dette" par Fanny Gallois, coordinatrice de la Plateforme française Dette et Développement
  • "Dette et néolibéralisme. Deux histoires imbriquées" par Damien de Blic, politologue
  • "David Graeber : « Payer ses dettes n’est pas l’essence de la morale »" par Antoine Sombier
  • "Démocratiser la monnaie pour sortir de la dette" par Éric Dacheux, spécialiste de l'information et de la communication et Daniel Goujon, économiste
  • "Quatre points saillants" par Marcel Rémon
Les plus lus

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Dans un contexte de pandemie que faire de la dette publique Pour l'economiste Gael Giraud son annulation est d'ores et deja possible grace a la Banque centrale europeenne Depuis le debut de la pandemie le deficit budgetaire se creuse Le quoi qu'il en coute n...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s'opposer comme deux philosophies de l'homme et de la société Pourtant le socialisme est aussi une philosophie de la liberté Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d'attaquer violemment dès ses premières formulations la présomption fatale du socialisme...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires elle ne peut être leur seule visée Il importe de mettre en œuvre des ...

Du même dossier

Covid-19 : l'État au secours des entreprises

Pendant la pandémie, la création du prêt garanti par l’État (PGE) a permis de soutenir les entreprises. Mais le retour à des pratiques bancaires classiques semble inéluctable. Pendant la pandemie la creation du pret garanti par l'Etat PGE a permis de soutenir les entreprises Mais le retour a des pratiques bancaires classiques semble ineluctable Aucune entreprise quelle que soit sa taille ne sera livree au risque de faillite annoncait Emmanuel Macron...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la precarite les dettes contractees pour assurer ses besoins essentiels logement alimentation etudes renforcent la pauvr...

Accros à la dette

La dette crée une relation d’interdépendance entre créancier et débiteur. Comme l’addiction, elle va jusqu’à la dépossession de son propre corps. La dette cree une relation d'interdependance entre creancier et debiteur Comme l'addiction elle va jusqu'a la depossession de son propre corps Un des signes de notre temps est la fabrique d'individus surendettes et addictes C'est un phenomene massif de nos societes dites liberales qui ont gene...

Du même auteur

Le droit de manifester menacé

Arrete e s pour avoir manifeste La loi comme arme de repression des manifestant e s pacifiques en France titrait un recent rapport d'Amnesty International Defiler pacifiquement exposetil au risque de finir en garde a vue Y atil une volonte politique de penaliser le fait de manifester tout comme ce fut le cas rappelezvous de certains actes de solidarite avec des exiles Ou plus simplement le gouvernement veutil instiller une peur diffuse afin de limiter le nombre de manifestants s'etant trouve de...

Un monstre en gestation ?

Le vieux monde se meurt le nouveau monde tarde a apparaitre et dans ce clairobscur surgissent les monstres Cette citation d'Antonio Gramsci peut nous aider a comprendre la situation politique que nous traversons actuellement en France Le niveau d'abstention historique lors des dernieres elections municipales met a mal la legitimite des elus locaux Les maires pourtant les representants politiques les plus apprecies des Francais se trouvent eux aussi confrontes a cette crise aigue de confiance Ce...

La solidarité, notre ciment collectif

Apres un printemps passe en confinement beaucoup attendent avec impatience les vacances d'ete Le moment de souffler et de prendre le temps de vivre a son propre rythme Personnellement je poursuivrai le tour du parc de la Vanoise entrepris depuis trois ans Marcher c'est retrouver des gestes simples et cette petite melodie dont parle Nietzsche Il faut avoir une petite musique en soi pour faire danser le monde La reprise nous le savons sera difficile a bien des egards Sur quoi allonsnous construir...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules