Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Faut-il toujours payer ses dettes ?

Faut-il toujours payer ses dettes ? Introduction

Crédits :NotWithClaws / iStock
Crédits :NotWithClaws / iStock

La dette publique française devrait dépasser les 120 % du produit intérieur brut pour la seule année 2020, soit près de 80 000 euros par ménage. Ces chiffres donnent le vertige ! Il faudra bien, à un moment donné, payer la facture. La dette n’est-elle pas liée par définition au devoir de rembourser ? Qui n’a pas entendu ce discours, voire ce dogme, difficilement contestable ?

On peut pourtant réinterroger cette prétendue évidence morale, comme nous y invite David Graeber. L’anthropologue américain retrace 5 000 ans d’histoire de la dette dans un ouvrage qui a connu un vrai succès aux États-Unis. Il questionne la relation de pouvoir qui existe entre le débiteur et son créditeur et la dimension morale par laquelle on justifie la violence exercée. Et si on décidait d’effacer l’ardoise ? Pourquoi tous les gens doivent-ils forcément rembourser leurs dettes ? Après avoir décortiqué l’histoire longue du fonctionnement de la monnaie et de la dette, David Graeber en vient à remettre en cause un sacro-saint principe dans l’intérêt de la communauté : « Nous n’avons pas “tous” à payer nos dettes. Seulement certains d’entre nous. Rien ne serait plus bénéfique que d’effacer entièrement l’ardoise pour tout le monde, de rompre avec notre morale coutumière et de prendre un nouveau départ. »

Quoi de commun entre la dette des ménages, de l’État ou des entreprises ?

Ce dossier de la Revue Projet permet d’éclairer le paysage des dettes, à l’heure de la crise sanitaire. Quoi de commun entre la dette des ménages, de l’État ou des entreprises ? Dans une première partie, nous explorons successivement ces trois entrées, la nature des rapports de force qui sont en jeu et les leviers spécifiques dont dispose l’État. La deuxième partie propose plusieurs éléments pour un diagnostic : une économiste analyse le pouvoir d’influence du secteur bancaire et financier sur nos gouvernants, une philosophe aborde la manière dont nos sociétés ont généré de nouvelles formes d’aliénation par la fabrique d’individus surendettés et « addictés », et un sociologue revient sur les histoires imbriquées de la dette et du néolibéralisme. Quant à la troisième partie, elle se situe sur le registre de l’action, avec un retour sur les pratiques des systèmes d’échanges locaux (SEL) et la mobilisation de la société civile pour l’annulation de la dette des pays émergents. Enfin, Gaël Giraud propose d’exploiter intelligemment le pouvoir de création monétaire ex nihilo de la Banque centrale européenne (BCE) pour financer un plan de reconstruction écologique.

Alors que la commission Jean-Arthuis, chargée de proposer des scénarios de retour à l’équilibre des comptes publics, devrait remettre son rapport fin février, nous dégageons en guise de conclusion et d’ouverture quatre points saillants du dossier pour rebattre les cartes et prendre vraiment à bras-le-corps cette question de la dette en temps de crise.


Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Covid-19 : l'État au secours des entreprises

Pendant la pandémie, la création du prêt garanti par l’État (PGE) a permis de soutenir les entreprises. Mais le retour à des pratiques bancaires classiques semble inéluctable. « Aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne sera livrée au risque de faillite », annonçait Emmanuel Macron au soir du 16 mars 2020, la veille du confinement qui devait durer presque deux mois. Lancé le 25 mars, le prêt garanti par l’État (PGE) devait aider les entrepris...

Contre la dette, une monnaie libre

Dans les systèmes d’échange local (SEL), il est possible d’annuler régulièrement les dettes, de manière démocratique. Pour éviter l’effondrement du système monétaire actuel, il faut concevoir la monnaie autrement. Un système d’échange local (SEL) est une association à but non lucratif où les membres échangent certains biens, connaissances ou savoir-faire à l’aide d’une monnaie qui leur est propre (la pistache, par e...

Annulons la dette des pays en développement

Les aménagements de la dette des pays du Sud ne permettent pas d’honorer les besoins de leurs populations. Des réformes systémiques s’imposent. Les conséquences sur les plans humain et social de la crise économique déclenchée par la pandémie sont catastrophiques, touchant plus particulièrement les habitants des pays en développement : 240 millions d’emplois ont déjà été perdus au deuxième trimestre 2020 et un demi-milliard de personnes pourraient basculer dans la...

Du même auteur

La flemme ou la flamme ?

Certaines idées reçues ont la vie dure : les jeunes seraient moins investis au travail, voire ne voudraient plus travailler. En un mot, ils seraient devenus paresseux ou, tout simplement, obsédés par les RTT, le télétravail et les loisirs. Ces préjugés envers la jeunesse ne sont pas nouveaux.Pourtant, le récent rapport de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et de l’institut Terra nova dépeint une réalité tout autre : les moins de 30 ans sont « tout aussi investis dans leur travail et ...

L’entreprise : un enjeu démocratique

Face à la perte de sens de nombreux salariés vis-à-vis de leur travail, François Ruffin, journaliste et député, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe, appellent à redonner du pouvoir de décision aux travailleurs.  Cet entretien croisé entre François Ruffin et Jean-Noël Barrot a eu lieu dans le cadre de l’université populaire d’Esprit civique, les 14 et 15 octobre 2023 à Cluny, e...

Cinq ans de sagacité

Le Pacte du pouvoir de vivre fête ses cinq ans d’activité en ce mois de mars. Cet anniversaire est réconfortant, car il témoigne de la vitalité du Pacte et de sa capacité à fabriquer de l’unité entre des associations, des fondations, des mutuelles ou encore des syndicats engagés pour une société plus écologique, sociale et démocratique.Plus de soixante-cinq organisations parmi les plus importants acteurs des solidarités sont réunies dans ce collectif. Chacun des membres est invité à dépasser so...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules