Logo du site
Dossier : Faut-il toujours payer ses dettes ?

David Graeber contre l'argent sacré

David Graeber (à gauche) à l'Université d'Amsterdam, 2015. Crédits : Guido van Nispen (CC BY 2.0)
David Graeber (à gauche) à l'Université d'Amsterdam, 2015. Crédits : Guido van Nispen (CC BY 2.0)

L’anthropologue anarchiste invitait à repenser la dette et les « vérités économiques » pour remettre les droits humains et la démocratie au centre. Hommage à sa pensée iconoclaste.


Figure d’Occupy Wall Street, professeur d’anthropologie à la London School of Economics et militant anarchiste aux mille visages, David Graeber est sans nul doute la personne qui a le mieux révélé les ficelles que cadre la maxime selon laquelle « à la fin, il faut bien que la dette soit remboursée1 ».

Décédé subitement le 2 septembre 2020, Graeber avait une lucidité hors du commun. Au cours des vingt dernières années, ses ouvrages sur la bureaucratie, la démocratie directe, la figure du roi dans les États modernes, les théories de la valeur ou l’absurdité du monde du travail ont façonné l’imaginaire politique de centaines de milliers d’universitaires, militants et activistes dans le monde. Mais c’est surtout pour un livre paru aux États-Unis en 2011, au titre pourtant aride, Dette. 5 000 ans d’histoire2, qu’il est devenu, aux yeux du grand public, l’un des penseurs les plus influents du début du XXIe siècle.

Dans cet ouvrage vendu à plus de 100 000 exemplaires, Graeber réalise un véritable tour de force, conjuguant une vaste érudition et un style vivant pour s’attaquer à une grande diversité de « vérités économiques » : le mythe du troc et l’origine de la monnaie, les relations entre capitalisme et État, les origines du patriarcat, les impensés du discours sur la propriété privée, la signification anthropologique de la dette. Avec cette thèse centrale : « Une dette est la perversion d’une promesse. C’est une promesse doublement corrompue par les mathématiques et la violence. »

« Payer ses dettes n’est pas l’essence de la morale. »

Deux conceptions de la dette se sont en effet affrontées au cours des dern

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules