Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Faut-il toujours payer ses dettes ?

La spirale du surendettement Familles, précaires et étudiants...

Crédits : Andrii Zorii / iStock
Crédits : Andrii Zorii / iStock

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ?


En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coronavirus risque de mettre près de trente millions de familles américaines à la rue. En France, le gouvernement s’inquiète d’une explosion du nombre de ménages surendettés. Devront-ils payer leurs dettes, quel qu’en soit le coût ?

Avant de tenter une réponse à cette question tragique, absolument pas théorique pour ces familles, il est important d’avoir en tête que le marché du crédit actuel est divisé entre des crédits « leviers », qui permettent la constitution d’un patrimoine et l’enrichissement (essentiellement le crédit immobilier), et des crédits « d’urgence », de soudure, qui sont chers et peuvent accentuer la précarité.

Un premier élément de réponse est qu’une très grande part de l’endettement des ménages est consacrée à de l’immobilier. Plus de 85 % de la totalité des dettes concerne le remboursement de prêts pour l’achat d’une maison, d’un terrain ou d’un appartement. Tout comme aux États-Unis, le nombre d’emprunts immobiliers a crû sans discontinuer depuis le début des années 1990. Le Français a une brique dans le ventre ! Enfin, pas tous les Français, car il faut tout de même signaler que moins de 45 % des ménages ont un endettement immobilier : pour les 40 % les plus pauvres, il est quasiment impossible d’y accéder. Les 15 % restants de la dette des ménages concernent les biens de consommation : en premier lieu pour la mobilité, puis pour les études, finalement pour le confort et les loisirs.

 

Comme on le voit, toutes ces dettes ne sont pas facilement aménageables : pas question de laisser courir des mensualités impayées ! Le fait que le prêt soit garanti par un bien immobilier, vital pour la famille, met le débiteur en position de grande faiblesse par rapport à la banque. Remarquons que tel n’est pas le cas, en revanche, pour les banques vis-à-vis des pouvoirs publics ou pour les entreprises vis-à-vis des subventions régionales conditionnées à l’emploi, car le prêteur n’a pas de véritable levier de négociation en cas de non-paiement.

Le deuxième élément de réponse est qu’en temps de crise, on limite drastiquement les dépenses non essentielles. « Quoi qu’il en coûte » n’est pas rhétorique, il s’agit de racler le fond de la tirelire. D’après un rapport demandé par l’exécutif au Conseil d’analyse économique, pendant la crise de la Covid-19, « les personnes les plus aisées sont celles dont la consommation a le plus baissé. Cela s’est traduit par une baisse de l’endettement des plus aisés (probablement du fait d’un moindre recours au crédit) contre une augmentation pour les plus modestes. L’accumulation d’épargne pendant la période récente a donc été massive (près de 50 milliards d’euros en plus par rapport à la tendance pré‐Covid‐19), mais aussi très inégale. Ainsi près de 70 % du surcroît de l’épargne se concentre sur 20 % des ménages1. » En revanche, pour les ménages les plus modestes ou les plus vulnérables, la source de revenus s’est lentement ou brusquement tarie. Les familles modestes se sont retrouvées étranglées. Les quelques sous en réserve ne pouvaient servir qu’à payer l’incontournable, à savoir le loyer, l’école ou les transports. Les chiffres parlent : ces foyers ont dû s’endetter et réduire drastiquement leurs dépenses d’alimentation ou de santé, quitte à faire la queue pour quelques colis. Ils vivent en équilibre instable sur le fil séparant la sobriété de la pauvreté. Sans aide du gouvernement, ils tomberont. Quant aux personnes encore plus pauvres, elles se sont enfoncées dans une extrême précarité pendant la première vague.

Nouvelles pauvretés

Ces ménages précaires devront-ils payer leurs dettes ? Pour Véronique Fayet, la présidente du Secours catholique, le plan de relance a largement oublié les 5 % à 7 % les plus pauvres. Ce sont celles et ceux qui passent entre les mailles du filet, celles et ceux qui se retrouvent aux distributions alimentaires ou qui ne peuvent aller nulle part. Beaucoup, près de 600 000 personnes, nous révèle le Secours populaire, sont de nouveaux visages. Ils, et surtout elles, avaient de petits jobs, souvent dans l’informel, qui leur permettaient de joindre les deux bouts à la fin du mois. Leur matelas d’épargne était, avant la crise, déjà aussi fin qu’une feuille de cigarette.

Déjà, en 2019, ils étaient 134 865 ménages à être surendettés, dont un ménage sur cinq était une famille monoparentale (55 % de femmes).

Florent Guéguen, de la Fédération des acteurs de la solidarité, estime à un million le nombre de nouvelles personnes qui se sont retrouvées sous le seuil de pauvreté à la fin de 2020. La deuxième vague les a submergés. Ils survivaient vaille que vaille ; aujourd’hui, ils plongent dans la spirale du surendettement. Déjà, en 2019, ils étaient 134 865 ménages à être surendettés, dont un ménage sur cinq était une famille monoparentale (55 % de femmes) 2. Combien seront-ils à la fin de 2020 ? Dès le début du deuxième confinement, les antennes du Secours catholique ont été confrontées à l’explosion des demandes d’aide pour des dettes ou des retards de paiement de loyer ou d’électricité. En Grande-Bretagne, deux tiers des familles précaires ont dû s’endetter pendant l’été 2020 et un tiers a eu recours à l’aide alimentaire. Le gouvernement promet des aides mais cela exige la constitution d’un dossier, condition souvent rédhibitoire lorsqu’on n’a pas accès à Internet, que les administrations tournent au ralenti, que les déplacements sont interdits…

Aujourd’hui, celui qui a besoin d’un « crédit de soudure » n’a pas de carte dans son jeu, il est seulement quémandeur. Dans ce cas, l’appel à la solidarité familiale, religieuse ou communautaire est souvent le meilleur moyen de s’en sortir sans risquer d’être pris dans un engrenage infernal. Qu’arrivera-t-il si la situation se dégrade au point de devoir faire appel à des usuriers mafieux ? À ce moment-là, il n’y aura aucune échappatoire au remboursement de ses dettes. Finalement, les ménages doivent-ils payer leurs dettes ? Pour les familles pauvres ou modestes, cette question ne se pose pas, car elles devront payer leurs dettes, quelles qu’elles soient, quel qu’en soit le coût !

Restrictions alimentaires

La situation des dettes étudiantes est différente, car le bien associé à l’emprunt est inaliénable. Celles-ci sont pourtant importantes. En 2013, la dette étudiante en France s’élevait à trois milliards d’euros et un étudiant sur huit avait recours à un emprunt pour financer ses études. Ces chiffres ne sont pas récents, mais ils indiquent une tendance qui s’est renforcée avec le temps. Les étudiants doivent se débrouiller pour payer leurs études. La crise sanitaire a réduit considérablement leur accès au marché du travail et cela laisse des traces : « Pendant le confinement, un tiers des étudiants interrogés a rencontré des difficultés financières, un cinquième a dû se restreindre sur les achats de première nécessité et près d’un quart des étudiants étrangers n’ont pas mangé à leur faim pour des raisons financières3. »

Les étudiants devront-ils, tout comme les ménages, payer leurs dettes ? La question est devenue un enjeu majeur dans les élections américaines. En France, le sujet commence à émerger, en raison de l’augmentation des frais scolaires. La marchandisation de l’enseignement est en cours depuis longtemps, exacerbée par la concurrence et les classements. En fait, les prêteurs n’ont pas beaucoup de leviers pour vous forcer la main, ni même le désir de le faire, car, si la banque a investi en vous, c’est dans le but de vous garder comme client. Elle préférera étaler vos paiements en misant sur l’amélioration de votre situation financière. Mais tous les étudiants n’auront pas un accès identique aux financements ou aux modalités de remboursement.

Notre système économique est comme un réseau de vases communicants, les possédants prêtant à ceux qui n’ont pas les liquidités suffisantes pour leur projet, quel qu’il soit. L’argent circule, mais il n’est ni inodore ni indolore : il peut avoir l’odeur de la soupe populaire ou de la peur d’être expulsé ; il peut blesser jusqu’à l’intime dignité, comme lorsqu’une mère n’est plus capable de nourrir ses enfants. L’État est appelé à agir comme « employeur en dernier ressort ». Ne pourrait-on pas lui proposer d’être le « débiteur en dernier recours », en ces temps de catastrophe indépendante de notre volonté ?

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Covid-19 : l'État au secours des entreprises

Pendant la pandémie, la création du prêt garanti par l’État (PGE) a permis de soutenir les entreprises. Mais le retour à des pratiques bancaires classiques semble inéluctable. « Aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne sera livrée au risque de faillite », annonçait Emmanuel Macron au soir du 16 mars 2020, la veille du confinement qui devait durer presque deux mois. Lancé le 25 mars, le prêt garanti par l’État (PGE) devait aider les entrepris...

Sans dette, point de néolibéralisme

Elles fustigent la dette publique et exigent son remboursement. Pourtant, les politiques néolibérales n’existeraient pas sans elle.   Alors que les politiques néolibérales se sont imposées dans le monde depuis quarante ans, l’emprise de la dette financière n’a jamais été aussi importante : le cabinet McKinsey calculait que l’endettement total dans le monde (hors secteur financier) s’élevait à près de 147 000 milliards d’euros en 2018, avant même la pandémie. Un cons...

Annulons la dette des pays en développement

Les aménagements de la dette des pays du Sud ne permettent pas d’honorer les besoins de leurs populations. Des réformes systémiques s’imposent. Les conséquences sur les plans humain et social de la crise économique déclenchée par la pandémie sont catastrophiques, touchant plus particulièrement les habitants des pays en développement : 240 millions d’emplois ont déjà été perdus au deuxième trimestre 2020 et un demi-milliard de personnes pourraient basculer dans la...

Du même auteur

Imposture du Nimby

L’adoption de la loi « immigration » par le Sénat et le Parlement français, le 19 décembre 2023, a été vécue comme un séisme par l’équipe du Ceras et de la Revue Projet. Avec soixante associations regroupées dans le Pacte du pouvoir de vivre, elle a dénoncé ce vote qui « a fait sauter des digues républicaines majeures et tourne le dos aux valeurs de la République en s’appuyant sur les idées portées par l’extrême droite ».Cette loi est « synonyme d’exclusion et d’atteinte aux droits notamment po...

On n’enferme pas l’eau

Pourquoi le projet des méga-bassines de Sainte-Soline a-t-il généré tant de violences ? Cette question, je l’ai entendue maintes fois. Pour tenter d’y voir clair, je me suis plongé dans le livre de Franck Galland, Guerre et eau. L’eau, enjeu stratégique des conflits modernes (Laffont, 2021). Cet ouvrage, écrit par un expert en stratégie militaire, m’a évoqué le mouvement des « enclosures », ou appropriation des communaux, à la fin du XVIe siècle, en Angleterre.Avant les enclosures, les terres a...

« Des compétences pour accueillir le monde »

Par son extrême diversité, la population de Seine-Saint-Denis constitue l’une des clés de la réussite des Jeux de 2024, assure Emmanuel Constant, vice-président départemental en charge du dossier olympique.  Était-il prévu à l’origine que la Seine-Saint-Denis occupe une place aussi centrale dans le dispositif des Jeux de 2024 ? Le département a-t-il dû s’imposer face à Paris ?On dit « Paris 2024 » puisque, par nature, les Jeux sont liés à une v...

1 David Bounie (et al.), Dynamiques de consommation dans la crise : les enseignements en temps réel des données bancaires, Conseil d’analyse économique, Focus n° 49, octobre 2020.

2 Banque de France, « Enquête typologique 2019 sur le surendettement des ménages », 6 février 2020.

3 Théo Patros, La vie d’étudiant·e confiné·e, Observatoire national de la vie étudiante, octobre 2020.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules