Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Impuissants face aux crises ?

« Nous entrons dans un monde nouveau, et pour longtemps » Entretien avec Dominique Bourg

Dominique Bourg est philosophe, spécialiste des questions environnementales, professeur à l’Université de Lausanne. Il a publié, avec d'autres, Retour sur Terre, trente-cinq propositions (PUF, 2020). © Hannah Assouline
Dominique Bourg est philosophe, spécialiste des questions environnementales, professeur à l’Université de Lausanne. Il a publié, avec d'autres, Retour sur Terre, trente-cinq propositions (PUF, 2020). © Hannah Assouline

Les crises économiques, écologiques ou sanitaires n’ont pas entraîné de bouleversements profonds dans notre manière de nous relier à la Terre et aux autres. Pourtant, il y a urgence. Pour Dominique Bourg, il nous reste dix ans pour agir.


Nous vivons une crise écologique qui, jusqu’à aujourd’hui, n’a pas enrayé la bonne marche du système capitaliste. Pensez-vous que la crise sanitaire de la Covid-19, elle, marquera un tournant dans notre rapport au vivant et aux autres ?

Dominique Bourg – Parler de « crise » écologique, c’est risquer de manquer la profondeur et le caractère inouï de ce qui nous arrive. Le mot « crise » renvoie à un référentiel humain, politique et de court terme, comme à un changement brutal qui fait passer d’une normalité (en difficulté) à une nouvelle normalité. Or, ce n’est pas ce qui nous arrive. De plus en plus, nous allons subir les effets boomerang des destructions auxquelles on s’emploie depuis l’après-guerre. Nous quittons une forme d’équilibre, mais j’ignore quand nous en trouverons une nouvelle. Des décennies de perturbations, peut-être des siècles, nous attendent.

La Covid-19 n’est pas non plus une crise. Les gens espéraient en sortir au bout de quelques semaines, or ce n’est pas le cas. On a probablement affaire à une manifestation de l’état de la planète et du vivant. Les zoonoses (maladies qui se transmettent entre animaux et humains) augmentent. D’autres problèmes sanitaires vont probablement apparaître, liés par exemple à la fonte du pergélisol aux pôles, et il suffit aussi de regarder du côté de la progression des maladies chroniques. Nous entrons dans un monde nouveau et pour longtemps.

On peut garder le mot « crise » à condition d’accepter de mélanger des référentiels historiques et géologiques, ce qui est le cas avec l’Anthropocène. Il est vraiment important de savoir qu’on va se situer dans la durée.

En France, 55 % des gens sont aujourd’hui prêts à accepter de vivre de façon plus sobre dans un monde plus hostile, 31 % prônent une utopie sécuritaire et 14 % sont des technolibéraux.

La crise de la Covid-19 nous a sursensibilisés à la question de l’effondrement. D’après une étude de l’Ademe, en France, 55 % des gens sont aujourd’hui prêts à accepter de vivre de façon plus sobre dans un monde plus hostile, 31 % prônent une utopie sécuritaire et 14 % sont des technolibéraux. Or Jean Castex fait partie de ceux-là ! Au printemps, le gouvernement a généralisé le droit donné aux préfets de s’affranchir de certaines normes environnementales, il autorise à nouveau les néonicotinoïdes pour les betteraves sucrières – et donc, possiblement, pour toutes les autres plantes sur tout le territoire, etc. C’est une régression terrible !

Vous venez de publier, avec d’autres, Retour sur Terre où vous détaillez trente-cinq propositions à mettre en œuvre dans les dix années à venir. Quelle est la plus emblématique ?

Dominique Bourg – L’instauration de quotas d’énergie et de matière par individu. Ce qui détruit l’habitabilité de la planète, ce sont les flux de matière et d’énergie qui sous-tendent nos modes de vie, où les inégalités sont la règle. Un industriel avec un jet privé peut émettre 200 tonnes de gaz à effet de serre par an quand un pauvre du continent indien en émet 300 kg. Il s’agirait d’établir des quotas sur les biens de consommation, l’immobilier, les déplacements en avion, en voiture… L’idée est d’être informé et responsable. Le principe, c’est que chaque achat est traduit en unités de charge écologique, avec le même plafond pour tous. On compare alors différemment des tomates cultivées sous serre dans un pays lointain avec celles, plus chères, cultivées en pleine terre, près de chez soi.

Les quotas sont justes. Il y a un plafond à ne pas dépasser. Si vous êtes riche, l’effet limitant est immédiat. Quant aux plus pauvres, ils auront le temps d’adapter leur consommation avant d’atteindre le plafond. Mais c’est une mesure très exigeante, qui doit être acceptée par référendum, car elle touche à l’intime.

Pour changer de système, il faut cibler les domaines les plus importants : le transport, l’agriculture conventionnelle (une des causes majeures de destruction du vivant), l’habitat, etc. Mais il faut accompagner les gens, que ce soit les agriculteurs, les personnes dont l’habitat est une véritable passoire énergétique ou ceux qui roulent avec une vieille guimbarde, faute de moyens…

Nous sommes arrivés à un tel niveau de destruction écologique que ce n’est pas avec des « mesurettes » que l’on fera face. Il faut refondre les choses.

Autre mesure importante : la réforme des institutions. Nous avons repris ma proposition, conçue avec des constitutionnalistes, d’une « chambre du futur », qui permettrait que les connaissances pénètrent mieux la décision publique. Quand vous réunissez cent cinquante citoyens, que vous les informez, ils tiennent compte de l’état des connaissances. Les parlementaires, eux, n’en tiennent pas compte. Nous ne pouvons pas fonctionner avec cette Ve République qui donne un pouvoir fou à un seul individu, qui se prend pour Jupiter… Nos institutions actuelles surpondèrent les intérêts les plus minoritaires.

Nous sommes arrivés à un tel niveau de destruction écologique que ce n’est pas avec des « mesurettes » que l’on fera face. Il faut refondre les choses. Allons-nous y arriver dans les dix années à venir ? J’en doute. Mais je suis sûr que, dans dix ans, nos propositions seront largement acceptées. La rapidité avec laquelle le monde physique et biologique change autour de nous renforce paradoxalement les climatosceptiques : plus le climat sera violent, plus ils nieront le changement climatique. Ceux-là sont perdus ! En revanche, il y a 60 à 70 % de la population que l’on peut gagner. La difficulté, c’est qu’il ne nous reste que dix ans pour agir, sans quoi, des dommages majeurs seront irréversibles. En réalité, je crains que nous n’agissions qu’à l’issue de ces dix ans. C’est tragique, mais je n’ai pas de remède miracle. Ma seule arme, c’est la force de conviction. Mais, avec les règles électorales et le jeu politique actuels, une parole différente a beaucoup de mal à se faire entendre. Je suis très pessimiste, mais je garde une espérance. Mon ancrage est spirituel et pas du tout marxisant.

Il faut arrêter le fantasme d’un pur localisme. L’agriculture conventionnelle française produit le blé sans lequel le Maghreb mourrait de faim.

La plupart de vos propositions doivent être mises en place au niveau de l’État et à l’international. Ne s’agit-il pas aussi de vivifier la capacité d’agir des citoyens au niveau de la région, du département, du local ?

Dominique Bourg – L’État est l’intermédiaire entre les initiatives prises dans les territoires et les grands enjeux écologiques qui sont nécessairement globaux, donc internationaux. Ce n’est pas du tout l’État communiste. Cet État est impuissant si les acteurs n’inventent pas leurs modes de vie. Son rôle est simplement de contrôler des objectifs. Ce n’est pas lui qui doit faire, mais des collectifs de citoyens. La bonne échelle est certainement celle de la ville et des petits collectifs. Mais il faut arrêter le fantasme d’un pur localisme. L’agriculture conventionnelle française produit le blé sans lequel le Maghreb mourrait de faim. Le localisme doit se faire en articulation avec l’international.

Vos propositions impliquent un changement radical de modèle…

Dominique Bourg – Nos propositions sont un étalon et un idéal. Aucun parti politique ne va s’en saisir. Moi-même, si j’étais à la tête d’un parti politique, je ne les prendrais pas car, avec ça, on me renverrait chez moi. C’est un instrument pédagogique pour dire ce qu’il faudrait faire, mais cela ne va pas être accepté du jour au lendemain.

Vous dites, en quelque sorte : « Si tout était possible, voilà ce qu’on ferait dans les dix années à venir ! » Cela renvoie à la nécessité de changer nos modes de pensée, de faire appel à la fiction pour débloquer nos imaginaires.

Dominique Bourg – On peut très bien imaginer que chacun va devoir donner une petite partie de son temps à l’agriculture. Je ne suis pas un « Khmer vert » pour autant ! L’Agence internationale de l’énergie (AIE) nous dit que, dès 2025, on devrait connaître un resserrement de l’offre énergétique. On arrive à la fin d’un plateau. C’est bien pour le climat mais, si cela se fait brutalement, cela va conduire à des guerres. À moyen terme, on va se retrouver dans un monde avec beaucoup moins d’énergie.

L’agriculture conventionnelle nécessite au moins dix calories fossiles par calorie alimentaire produite. Il y a donc urgence à se convertir à l’agroécologie.

L’agriculture conventionnelle nécessite au moins dix calories fossiles par calorie alimentaire produite. Il y a donc urgence à se convertir à l’agroécologie. Mais elle nécessite plus de main-d’œuvre. Si les transports deviennent plus chers et que l’on a besoin partout de main-d’œuvre, on ne fera pas revenir des norias de gens de loin pour travailler dans les champs français. Par ailleurs, le métier de maraîcher est éprouvant : au bout de dix ans, on a le dos cassé. Sans solidarité, on n’y arrivera pas. C’est une vision très pratique, très empirique. Ce n’est pas de l’idéologie ! Le monde va être très différent ; comment faire pour vivre le moins mal possible dans ce monde-là ? C’est aussi cela, libérer l’imaginaire.

Quelles expérimentations vous donnent des raisons d’espérer ?

Dominique Bourg – Ce sont des initiatives locales, collectives ou individuelles. En ce moment, je suis dans les Cévennes, dans un élevage de brebis permacole où il y aura bientôt des séminaires de philosophie. Le berger a un doctorat de philosophie économique. Ses brebis ne paissent jamais au même endroit (sauf autour de la ferme), ce qui est un moyen de réduire l’impact écologique et de lutter contre les parasites. Comme le troupeau n’est pas très grand, son impact sur la biodiversité est faible. Dans les Cévennes, la terre n’est pas très riche. Sa compagne et lui amendent les sols avec un mélange de bois raméal fragmenté, de paille et de déchets organiques des brebis. Tout cela donne un sol génial ! Il y a un vrai désir de nature, d’agriculture.

Ce ne sont pas des gens qui nagent à contre-courant, c’est une première vague d’un mouvement très profond.

C’est très minoritaire…

Dominique Bourg – Mais ce sont des minorités en cheville avec un mouvement très profond de la société, qui nous fait passer d’un paradigme mécaniste à un paradigme lié au vivant. Ce ne sont pas des gens qui nagent à contre-courant, c’est une première vague.

Dans le domaine politique, quelles figures vous inspirent ?

Dominique Bourg – Il y a des gens très honnêtes : par exemple, Delphine Batho qui a des convictions très ancrées et informées, Damien Carême qui a fait des choses extraordinaires à Grande-Synthe. François Ruffin est une figure spirituelle, le témoin de ceux qui sont dans la pauvreté. Dans son dernier film, J’veux du soleil, réalisé avec Gilles Perret, il permet aux gens d’exprimer fortement, sans gangue idéologique, leur vécu et leurs difficultés. Ces figures me donnent du baume au cœur. Et, bien sûr, il y a le pape François, qui n’est pas un politique. Laudato sí est un livre majeur.

Qu’est-ce qui vous semble important pour tenir individuellement et collectivement ?

Dominique Bourg – On doit agir moralement avant d’agir politiquement. Il faut d’abord obéir à cet impératif moral : sauver ce qui peut être sauvé. À différents endroits de la société, des gens hors normes nous montrent des voies à suivre. Je pense par exemple à Romain Ferrari, qui gère une entreprise familiale de fabrication de toiles et consacre son argent à la Fondation 2019, dont la mission est de comprendre pourquoi les règles actuelles de l’économie vont à l’encontre de la transition et de proposer des alternatives. Ou à Emmanuel Druon, le patron de Pocheco dans le Nord1. Ce sont des gens qui donnent de l’espérance. Il suffit de regarder autour de soi, on va en trouver, dans des contextes divers.

Pour aller + loin

   
Ouvrage collectif, Retour sur Terre, trente-cinq propositions, PUF, 2020

Propos recueillis par Aurore Chaillou.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Albert Camus. Une boussole dans la tempête

Face aux enjeux de la crise généralisée que nous traversons, un détour par la pensée d’Albert Camus permet d’envisager une action juste, qui ne cède pas à la violence. Plongé dans une crise à la fois ancienne et nouvelle qui semble porter atteinte jusqu’à nos liens fraternels, notre monde est désormais livré à la peur et au doute. Il ne s’agit plus seulement de faire face au nihilisme et au complotisme ; tous les repères aujourd’hui se...

Trois pistes pour se préparer à l'inattendu

Alors que le contexte économique, sanitaire et écologique requiert de tous et de chacun un effort supplémentaire de solidarité, notre addiction à notre confort individuel nous fait prendre un tout autre chemin. Bernard Perret, socioéconomiste, dégage trois pistes pour orienter nos choix et nos actions dans un souci de préservation de l’humanité. Notre situation historique a quelque chose d’inédit, pour laquelle le mot « crise »...

En Centrafrique, l’impossible résilience ?

Parler de « relance » après une crise suppose de compter sur la résilience d’une société, sur sa capacité à trouver les voies d’une reconstruction. Mais à quelles conditions ? Un détour par la Centrafrique, pour éclairer la gestion d’autres crises, d’autres guerres. La Centrafrique est en guerre depuis huit ans. Elle l’était déjà auparavant, mais sur des parties limitées de son territoire. C...

Du même auteur

Créer de la proximité : un défi collectif

Santé, logement, revenu de solidarité… Aujourd’hui, en France, des millions de personnes en précarité peinent à accéder à leurs droits. Le fossé entre ces personnes et l’action publique se creuse. Parmi celles qui pourraient toucher le RSA, 34 % ne le perçoivent pas. Ce constat, partagé par le Conseil d’État1 et les acteurs associatifs, appelle à recréer de la proximité avec les personnes en précarité. C’est le défi de l’« aller vers ».L’expression désigne, pour les acteurs de l’action sociale,...

L’aide sociale reprend la rue

Près de Lille, l’association La Sauvegarde du Nord tente de sortir Claude, Radhouane ou Mario de la rue. Si les « permanences camion » et les maraudes à vélo permettent la rencontre, une maison à la campagne leur offre le répit nécessaire pour envisager d’autres possibles. Claude, 42 ans, yeux bleus et sourcils broussailleux, vient à Houplin pour être tranquille. Depuis sept mois, il vit dans une tente, à Loos, près de Lille. Il a...

Un camping-car pour faire du lien

En Indre-et-Loire, un camping-car, le Bureau itinérant et solidaire, va à la rencontre des gens du voyage pour les aider à accéder à leurs droits. Une solution associative essentielle, que les services publics devraient reprendre à leur compte. Comment est née l’idée de ce Bureau itinérant et solidaire (BIS) ?Romain Crochet – Après la crise du Covid-19, nous avons répondu à un appel à projets dans le cadre du plan gouvernemental France relance. On y a vu...

1 Pour savoir plus sur les entreprises Serge Ferrari et Pocheco, lire l'article "Les cercles vertueux des PME innovantes", Revue Projet n°360 - oct. 2017


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules