Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Impuissants face aux crises ?

Covid-19 : l’open source à la rescousse ?

L'équipe de Jogl
L'équipe de Jogl

En pleine pandémie, plus d’un millier de personnes, chercheurs, ingénieurs, startupers ou étudiants, ont rassemblé leurs savoirs pour élaborer des tests de diagnostic du coronavirus, peu coûteux et libres de droits au travers du programme OpenCovid-19. L’intelligence collective, une ressource face aux crises ? Point de vue de Thomas Landrain, partie prenante du programme.


Janvier 2020. Les chiffres épidémiologiques venant de Chine et d’Italie sont sans appel. Mi-février, la France peine à évaluer l’état de l’épidémie, faute de capacité de diagnostic suffisante : les tests font cruellement défaut. Face à ce constat, et en tant que biologiste et cofondateur du JOGL1 (Just One Giant Lab, voir encadré), j’ai décidé de faire appel à ma communauté de biohackers2 pour lancer la conception d’un test de diagnostic bon marché et en open source3, afin d’en permettre la fabrication et la distribution la plus large possible, en en faisant un commun technologique à la disposition de tous. Le programme OpenCovid-19 est né.

L’enjeu est de taille : même si de nombreuses entreprises sont déjà en train de développer des versions propriétaires et brevetées de tests de diagnostic, c’est l’occasion d’en proposer une alternative libre de droits. La communauté ouverte en ligne, virtuellement illimitée en connaissance et en expérience grâce à l’apport de nouveaux membres, est naturellement orientée vers la création de biens communs.

Au départ, un petit groupe de quinze personnes se rassemble pour travailler sur ce test. Une semaine plus tard, il dépasse la centaine de personnes. En un mois, l’équipe compte plus de mille participants, professionnels comme amateurs, venant des quatre coins de la planète – la magie d’Internet. On compte huit projets de tests de diagnostic en développement actif, ainsi que des projets de masques, de respirateurs, de pousse-seringue. Se pensent aussi des études épidémiologiques de la pandémie et des solutions numériques pour faciliter la vie pendant le confinement. L’a

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules