Logo du site

Trois pistes pour se préparer à l'inattendu

Bernard Perret
Chercheur

Alors que le contexte économique, sanitaire et écologique requiert de tous et de chacun un effort supplémentaire de solidarité, notre addiction à notre confort individuel nous fait prendre un tout autre chemin. Bernard Perret, socioéconomiste, dégage trois pistes pour orienter nos choix et nos action...

Face à la déroute : faire assaut de fiction

Corinne Morel Darleux
Question de sens

Lire des œuvres de fiction aide à se défaire des pensées toutes faites sur la situation que nous vivons. Cet ébranlement essentiel permet d’accéder à de nouveaux raisonnements et d’ouvrir le champ des possibles. Lire des oeuvres de fiction aide a se defaire des pensees toutes faites sur la...

Féconde incertitude

Jean-François Bouthors
Question de sens

Face aux crises qui se succèdent, certains souhaitent un pouvoir fort et décidé, pour baliser le futur. Mais c’est la démocratie qui prépare le mieux les citoyens à soutenir le compagnonnage de l’incertitude. Face aux crises qui se succedent certains souhaitent un pouvoir fort et decide pour bal...

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Aurore Chaillou
Journaliste

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après...

Militer à l’ombre des catastrophes

Luc Semal
Chercheur

La conscience des catastrophes à venir est de plus en plus développée chez les militants. Comment continuer à s’engager pour plus de justice, quand la peur et l’incertitude du monde de demain grandissent ? Entretien avec Luc Semal, auteur de Face à l’effondrement. Militer à l’...

S’enraciner avec Simone Weil

Ludivine Benard
Journaliste

Le déracinement. Tel est, selon la philosophe Simone Weil, le grand mal qui ronge la société dans les années 1930-1940. Son analyse éclaire aussi notre monde d’aujourd’hui. Le deracinement Tel est selon la philosophe Simone Weil le grand mal qui ronge la societe dans les annees 19301940 Son analyse ecl...

Albert Camus. Une boussole dans la tempête

Véronique Albanel
Question de sens

Face aux enjeux de la crise généralisée que nous traversons, un détour par la pensée d’Albert Camus permet d’envisager une action juste, qui ne cède pas à la violence. Face aux enjeux de la crise generalisee que nous traversons un detour par la pensee d'Albert Camus permet d'envisager une...

La dérégulation, un défi pour les territoires ?

Mathilde Dupré et Pierre Veltz
Chercheurs

Alors que les multinationales dictent de plus en plus les règles du jeu à l’échelle internationale, les États semblent avoir renoncé à soutenir leurs citoyens les plus fragiles et le développement de leurs territoires. Des leviers existent pourtant, pour les collectivités comme pour les ...

En Centrafrique, l’impossible résilience ?

Lise Archambaud et Benoît Lallau
Chercheurs

Parler de « relance » après une crise suppose de compter sur la résilience d’une société, sur sa capacité à trouver les voies d’une reconstruction. Mais à quelles conditions ? Un détour par la Centrafrique, pour éclairer la gestion d’autres crise...

Le voisinage, un point d’ancrage ?

Hans Widmer
Acteur de terrain

Les Suisses vivant dans des coopératives d’habitation expérimentent d’autres manières de vivre ensemble. Pour l’un de leurs précurseurs, il ne s’agit pas uniquement de faire rêver, mais de montrer que vivre plus sobrement est possible, sans toutefois se couper du monde. Les Suisses vivant da...

Covid-19 : l’open source à la rescousse ?

Thomas Landrain
Acteur de terrain

En pleine pandémie, plus d’un millier de personnes, chercheurs, ingénieurs, startupers ou étudiants, ont rassemblé leurs savoirs pour élaborer des tests de diagnostic du coronavirus, peu coûteux et libres de droits au travers du programme OpenCovid-19. L’intelligence collective, une ressource fac...

Des ressources insoupçonnées

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Pour domestiquer un elephant on lui apprend l'impuissance petit la corde qui le retient est plus forte que lui Devenu adulte il n'essaie meme plus de s'en liberer alors qu'il en aurait les capacites L'elephant domestique a des ressources qu'il ne soupconne plus L'ampleur des crises que nous traversons sanitaire economique et environnementale a de ...

« Nous entrons dans un monde nouveau, et pour longtemps »

Dominique Bourg
Question de sens

Les crises économiques, écologiques ou sanitaires n’ont pas entraîné de bouleversements profonds dans notre manière de nous relier à la Terre et aux autres. Pourtant, il y a urgence. Pour Dominique Bourg, il nous reste dix ans pour agir. Les crises economiques ecologiques ou sanitaires n'ont pas entrai...

Dossier : Impuissants face aux crises ?
Une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans se sont réunis pour réfléchir à une convention citoyenne pour le climat à l’échelle de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en juillet 2020. © Aurore Chaillou
Une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans se sont réunis pour réfléchir à une convention citoyenne pour le climat à l’échelle de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en juillet 2020. © Aurore Chaillou

Jeunes pour le climat. Les liens de demain


Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage.


Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échangent sur l’herbe sèche d’un mas provençal. Personne ne se coupe la parole, pas un mot au-dessus de l’autre. Les smartphones restent au fond des poches. Tous font partie du mouvement Youth for Climate, « la jeunesse pour le climat ». La voix fluette de Laurie, 18 ans, se fraye à travers le chant assourdissant des cigales. « L’objectif de ces assises est d’entrevoir une campagne régionale. Il faudrait identifier les acteurs et actrices de la région sur lesquels faire pression. » Marilou et Esther, 14 et 15 ans, agitent leurs mains comme des marionnettes en signe d’approbation. Venues d’Avignon, de Cavaillon, de Toulon ou de Marseille, elles se retrouvent le temps d’une semaine pour définir une stratégie et faire advenir une convention citoyenne pour le climat à l’échelle de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Trois trentenaires de l’Accélérateur de la mobilisation, un collectif qui aide à structurer des campagnes au service d’un monde plus juste, les accompagnent pour définir leur objectif, identifier les cibles à convaincre, leurs alliés potentiels, affûter leurs arguments. Mais ce que ces jeunes cherchent aussi à vivre cette semaine-ci, ce sont d’autres manières de se relier aux autres.

Youth for Climate (« YFC » pour les initiés) est né au printemps 2019, à la suite de l’appel mondial à la grève pour le climat lancé par Greta Thunberg. « On a créé des rôles, dans des groupes de travail qu’on appelle les “patates”, détaille Laurie. Par exemple, il y a la “patate presse”, chargée des relations avec les médias, et la “patate mobilisation”. Mais ces rôles ne sont pas hiérarchiques, on n’a pas de chef. On encourage les nouveaux à participer. » En ligne, le mouvement s’est organisé sur Discord, un logiciel qui permet de structurer une communauté. « Aux assises de Grenoble, en novembre 2019, explique Laurie, on a travaillé sur une charte qui retrace nos valeurs, nos principes. Cela nous a permis de clarifier qui on est. »

Les « Youth » se revendiquent anticapitalistes, décroissants, inclusifs, non-violents, autogérés.

Les « Youth » se revendiquent anticapitalistes, décroissants, inclusifs, non-violents, autogérés. « Il y a beaucoup de minorités opprimées dont on ne parle pas, constate Laurie. YFC se positionne contre le système, en étant le plus démocratique, le plus horizontal possible, en essayant d’instaurer un cadre de bienveillance pour que tout le monde s’écoute. » Cette ambiance apaisante a permis à Matthias, un grand gaillard volubile de 18 ans, de s’épanouir au sein du mouvement. Derrière son aisance affichée, il avoue être un grand timide, qui n’a pas trouvé sa place dans l’institution scolaire. « Avant de rejoindre YFC, confie-t-il, des copains, j’en avais pas trop. Au lycée, on se sent mal. Il y a toujours quelqu’un pour trouver quelque chose qui ne va pas chez l’autre. Une personne qui a une “neurodivergence”, comme on dit, un handicap mental, aura beaucoup de mal à trouver sa place. C’est la même chose dans la société. J’ai une barbe rousse, des cheveux longs, donc j’ai eu droit à des remarques… Quand on n’est pas dans la normalité, on est quoi ? A-normaux ? Moi, maintenant, je suis fier d’être anormal ! »

Pour ces jeunes, si l’habitabilité de la planète est aujourd’hui en péril, c’est bien à cause de la compétition qui sévit à tous les niveaux.

Pour ces jeunes, si l’habitabilité de la planète est aujourd’hui en péril, c’est bien à cause de la compétition qui sévit à tous les niveaux. Un système où les plus vulnérables sont instrumentalisés ou ignorés, à cause de leur couleur de peau, de leur genre, de leur orientation sexuelle, de leur origine géographique ou sociale. Une des jeunes explique qu’elle a subi une agression de la part d’un homme. Au sein d’un forum de discussion du mouvement réservé aux femmes et aux minorités de genre, elle a pu échanger sur ce qui lui était arrivé. Ces forums, les Youth les appellent les « safe places », des lieux sûrs. Face à un monde que Matthias décrit comme « triste et égoïste », où Laurie, elle, n’arrive pas à se projeter dans un avenir meilleur, YFC est un lieu où grandir pour mieux affronter les crises à venir.

Éprouver l’horizontalité

Mais ni l’horizontalité ni la bienveillance ne sont acquises. Pour s’impliquer dans YFC, il faut passer beaucoup de temps en ligne, regrette Élisa, 17 ans : « Je ne trouve pas ma place dans les discussions nationales [sur Discord], car je n’arrive pas à y accorder autant de temps qu’il faudrait. » Matthias qui, au contraire, passe beaucoup de temps connecté, en reconnaît aussi les limites : « J’étais très actif au niveau national. Peut-être trop, vu que j’étais déscolarisé. Alors certains se sont dit : “À quoi bon travailler là-dessus, Matthias va le faire.” Du coup, je bossais, je bossais, je dormais peu et j’étais fatigué. La vraie horizontalité, c’est quand quelqu’un part et que la machine continue à tourner. » Greta, connue de tous les Youth de France à cause de son prénom, déplore quant à elle la violence de certains militants envers les « nouvelleaux », les nouveaux et nouvelles, dont l’engagement ne serait pas suffisamment radical. Quelques-uns ont ainsi quitté le mouvement, qui se veut pourtant un lieu de formation entre militants.

Pendant les assises, une jeune organise ainsi une « fresque du climat », un jeu coopératif destiné à mieux comprendre les enjeux environnementaux. Andrea, 17 ans, anime un atelier sur la communication non violente ; Enzo, 16 ans, bénévole dans une radio, un atelier sur la manière de répondre aux journalistes… Des compétences qui pourront leur servir, professionnellement comme dans leurs efforts de mobilisation.

Au fil de la semaine, les contours de leur campagne pour une convention citoyenne régionale pour le climat se précisent. Vendredi après-midi, Laurie n’en revient pas : une conseillère du président de la Région leur propose un rendez-vous à la rentrée. « Mon rêve, ce serait qu’on réécrive une Constitution dans laquelle figure l’obligation de faire des assemblées citoyennes régulières. » Si ce qui y était dit pouvait informer les décisions publiques, alors cela changerait aussi la nature du lien entre les politiques et les citoyens.

Du même auteur

Des ressources insoupçonnées

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Pour domestiquer un elephant on lui apprend l'impuissance petit la corde qui le retient est plus forte que lui Devenu adulte il n'essaie meme plus de s'en liberer alors qu'il en aurait les capacites L'elephant domestique a des ressources qu'il ne soupconne plus L'ampleur des crises que nous traversons sanitaire economique et environnementale a de quoi susciter la sideration fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif Mais comme les elephants nous avons des ressources insoupconnee...

L’écologie, une affaire sensible

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

Vivre revient a accroitre notre capacite a etre affecte donc notre spectre notre amplitude a etre touche change emu Ainsi slame Alain Damasio dans un morceau qui accompagne son roman de sciencefiction Les furtifs La Volte 2019 De cette capacite a etre affecte depend pour une part notre puissance de vie celle de la planete et celle de notre humanite Depuis un demisiecle les scientifiques nous alertent sur les consequences environnementales de notre modele productiviste A mesure que les changemen...

Les trottoirs de Solange

Aurore Chaillou
L'équipe de rédaction

La Revue Projet vous emmène à la rencontre d’une figure inspirante. Quels sont ses points d’appui, qu’est-ce qui la fait tenir dans ses engagements aujourd’hui ? Solange, religieuse et infirmière à la retraite, partage son expérience de la rencontre des personnes en situation de prostitution. La Revue Projet vous emmene a la rencontre d'une figure inspirante Quels sont ses points d'appui qu'est ce qui la fait tenir dans ses engageme...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules