Logo du site
Dossier : Impuissants face aux crises ?

Des ressources insoupçonnées

© Orla/iStock
© Orla/iStock

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des ressources insoupçonnées pour prendre des décisions éclairées, malgré les incertitudes.

Face aux défis qui se posent à nous, ce numéro propose des pistes pour prendre du recul. Nous revisitons des philosophes du siècle passé. Simone Weil et Albert Camus – tous deux ont connu la Seconde Guerre mondiale – nous éclairent et nous aident à discerner par temps de catastrophe. Une manière de réaliser comment, crise après crise, les mêmes questionnements reviennent, inlassablement. Un détour par la Centrafrique permet d’interroger le concept de résilience et ses limites : être résilient ne signifie pas tout endurer. On ne saurait se passer d’éthique.

Nous questionnons aussi la pertinence de l’échelon local pour renforcer la solidarité et la durabilité d’une société. La nécessité de se relier à son voisinage paraît une évidence. Pourtant, celui-ci ne doit pas être synonyme de repli sur soi. Le local peut être une vraie ressource lorsque, à l’image de ce qui se cherche en Suisse dans des coopératives d’habitat partagé, nous prenons en compte nos interdépendances et interrogeons le type de liens que nous entretenons, du plus proche (notre voisin) au plus lointain (les ouvrières qui produisent nos chaussures).

Il nous faut, encore et toujours, analyser les causes de nos malheurs et cultiver notre capacité à chercher, ensemble, un horizon commun.

Il nous faut, encore et toujours, analyser les causes de nos malheurs et cultiver notre capacité à chercher, ensemble, un horizon commun. La démocratie n’est pas une donnée, mais l’aune à laquelle interroger les choix du passé, pour discerner et agir, au présent comme à l’avenir. Elle ne peut être l’affaire d’une seule personne, ni même celle de quelques-uns. En ces temps incertains, l’intelligence collective nous est ainsi apparue comme un puissant levier pour ouvrir d’autres chemins d’action. Cela implique aussi de cultiver notre écoute, notamment celle d’autres voix qui tentent de se faire entendre. Celle des jeunes, tels les Youth for Climate. Désabusés par ce monde tel qu’il va, ils et elles cherchent à nouer dès aujourd’hui des liens plus respectueux de chacun·e. Des liens plus solides pour affronter demain.

Ce dossier nous invite enfin à accueillir la fiction dans notre quotidien, pour ouvrir le champ étriqué de nos pensées. Le pire n’est jamais certain. Les mutations en cours pourraient faire naître en nous des ressources inattendues.


Sommaire du dossier

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Du même dossier

Le voisinage, un point d’ancrage ?

Les Suisses vivant dans des coopératives d’habitation expérimentent d’autres manières de vivre ensemble. Pour l’un de leurs précurseurs, il ne s’agit pas uniquement de faire rêver, mais de montrer que vivre plus sobrement est possible, sans toutefois se couper du monde. Face aux dysfonctionnements du système économique actuel, il est logique de penser à un changement radical. Ce système étant fondé sur la propriété privée et le marché, l’...

En Centrafrique, l’impossible résilience ?

Parler de « relance » après une crise suppose de compter sur la résilience d’une société, sur sa capacité à trouver les voies d’une reconstruction. Mais à quelles conditions ? Un détour par la Centrafrique, pour éclairer la gestion d’autres crises, d’autres guerres. La Centrafrique est en guerre depuis huit ans. Elle l’était déjà auparavant, mais sur des parties limitées de son territoire. C...

Trois pistes pour se préparer à l'inattendu

Alors que le contexte économique, sanitaire et écologique requiert de tous et de chacun un effort supplémentaire de solidarité, notre addiction à notre confort individuel nous fait prendre un tout autre chemin. Bernard Perret, socioéconomiste, dégage trois pistes pour orienter nos choix et nos actions dans un souci de préservation de l’humanité. Notre situation historique a quelque chose d’inédit, pour laquelle le mot « crise »...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

L’écologie, une affaire sensible

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mes...

Les trottoirs de Solange

La Revue Projet vous emmène à la rencontre d’une figure inspirante. Quels sont ses points d’appui, qu’est-ce qui la fait tenir dans ses engagements aujourd’hui ? Solange, religieuse et infirmière à la retraite, partage son expérience de la rencontre des personnes en situation de prostitution. « Je fais le trottoir rue Saint-Denis à Paris. » Elle esquisse un sourire, ses yeux bleus pétillent. « C’est ce que je réponds quand on me dem...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules