Logo du site
Dossier : Impuissants face aux crises ?

Des ressources insoupçonnées Introduction

© Orla/iStock
© Orla/iStock

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des ressources insoupçonnées pour prendre des décisions éclairées, malgré les incertitudes.

Face aux défis qui se posent à nous, ce numéro propose des pistes pour prendre du recul. Nous revisitons des philosophes du siècle passé. Simone Weil et Albert Camus – tous deux ont connu la Seconde Guerre mondiale – nous éclairent et nous aident à discerner par temps de catastrophe. Une manière de réaliser comment, crise après crise, les mêmes questionnements reviennent, inlassablement. Un détour par la Centrafrique permet d’interroger le concept de résilience et ses limites : être résilient ne signifie pas tout endurer. On ne saurait se passer d’éthique.

Nous questionnons aussi la pertinence de l’échelon local pour renforcer la solidarité et la durabilité d’une société. La nécessité de se relier à son voisinage paraît une évidence. Pourtant, celui-ci ne doit pas être synonyme de repli sur soi. Le local peut être une vraie ressource lorsque, à l’image de ce qui se cherche en Suisse dans des coopératives d’habitat partagé, nous prenons en compte nos interdépendances et interrogeons le type de liens que nous entretenons, du plus proche (notre voisin) au plus lointain (les ouvrières qui produisent nos chaussures).

Il nous faut, encore et toujours, analyser les causes de nos malheurs et cultiver notre capacité à chercher, ensemble, un horizon commun.

Il nous faut, encore et toujours, analyser les causes de nos malheurs et cultiver notre capacité à chercher, ensemble, un horizon commun. La démocratie n’est pas une donnée, mais l’aune à laquelle interroger les choix du passé, pour discerner et agir, au présent comme à l’avenir. Elle ne peut être l’affaire d’une seule personne, ni même celle de quelques-uns. En ces temps incertains, l’intelligence collective nous est ainsi apparue comme un puissant levier pour ouvrir d’autres chemins d’action. Cela implique aussi de cultiver notre écoute, notamment celle d’autres voix qui tentent de se faire entendre. Celle des jeunes, tels les Youth for Climate. Désabusés par ce monde tel qu’il va, ils et elles cherchent à nouer dès aujourd’hui des liens plus respectueux de chacun·e. Des liens plus solides pour affronter demain.

Ce dossier nous invite enfin à accueillir la fiction dans notre quotidien, pour ouvrir le champ étriqué de nos pensées. Le pire n’est jamais certain. Les mutations en cours pourraient faire naître en nous des ressources inattendues.


Sommaire du dossier

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Dictature verte, la tentation

Face à l’urgence écologique, certains avancent l’idée d’un régime autoritaire, plus qualifié pour mener à bien la transition dans les temps impartis. Un grave contresens. En 2007, la Chine est devenue le premier émetteur de gaz à effet de serre. La même année, elle proclamait devant les caméras du monde entier qu’elle entrait dans une « civilisation écologique » et se positionnait comme leader international d’une politique environnement...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

Militer à l’ombre des catastrophes

La conscience des catastrophes à venir est de plus en plus développée chez les militants. Comment continuer à s’engager pour plus de justice, quand la peur et l’incertitude du monde de demain grandissent ? Entretien avec Luc Semal, auteur de Face à l’effondrement. Militer à l’ombre des catastrophes (Puf, 2020). D’après vos réflexions1, quelle place prend la peur des catastrophes dans les mouvements écologistes aujourd’hui ?...

S’enraciner avec Simone Weil

Le déracinement. Tel est, selon la philosophe Simone Weil, le grand mal qui ronge la société dans les années 1930-1940. Son analyse éclaire aussi notre monde d’aujourd’hui. « Homère est nouveau ce matin, et rien n’est peut-être aussi vieux que le journal d’aujourd’hui », écrivait Charles Péguy. Ainsi d’Homère, ainsi aussi de Simone Weil (1909-1943), dont l’œuvre, foisonnante, résonne encore avec force presque quatre-vingts ans après sa disparition. ...

Albert Camus. Une boussole dans la tempête

Face aux enjeux de la crise généralisée que nous traversons, un détour par la pensée d’Albert Camus permet d’envisager une action juste, qui ne cède pas à la violence. Plongé dans une crise à la fois ancienne et nouvelle qui semble porter atteinte jusqu’à nos liens fraternels, notre monde est désormais livré à la peur et au doute. Il ne s’agit plus seulement de faire face au nihilisme et au complotisme ; tous les repères aujourd’hui se...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

L’écologie, une affaire sensible

« Vivre revient à accroître notre capacité à être affecté, donc notre spectre, notre amplitude à être touché, changé, ému. » Ainsi slame Alain Damasio, dans un morceau qui accompagne son roman de science-fiction Les furtifs (La Volte, 2019). De cette capacité à être affecté dépend, pour une part, notre puissance de vie, celle de la planète et celle de notre humanité.Depuis un demi-siècle, les scientifiques nous alertent sur les conséquences environnementales de notre modèle productiviste. À mes...

Les trottoirs de Solange

La Revue Projet vous emmène à la rencontre d’une figure inspirante. Quels sont ses points d’appui, qu’est-ce qui la fait tenir dans ses engagements aujourd’hui ? Solange, religieuse et infirmière à la retraite, partage son expérience de la rencontre des personnes en situation de prostitution. « Je fais le trottoir rue Saint-Denis à Paris. » Elle esquisse un sourire, ses yeux bleus pétillent. « C’est ce que je réponds quand on me dem...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules