Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Impuissants face aux crises ?

Des ressources insoupçonnées Introduction

© Orla/iStock
© Orla/iStock

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des ressources insoupçonnées pour prendre des décisions éclairées, malgré les incertitudes.

Face aux défis qui se posent à nous, ce numéro propose des pistes pour prendre du recul. Nous revisitons des philosophes du siècle passé. Simone Weil et Albert Camus – tous deux ont connu la Seconde Guerre mondiale – nous éclairent et nous aident à discerner par temps de catastrophe. Une manière de réaliser comment, crise après crise, les mêmes questionnements reviennent, inlassablement. Un détour par la Centrafrique permet d’interroger le concept de résilience et ses limites : être résilient ne signifie pas tout endurer. On ne saurait se passer d’éthique.

Nous questionnons aussi la pertinence de l’échelon local pour renforcer la solidarité et la durabilité d’une société. La nécessité de se relier à son voisinage paraît une évidence. Pourtant, celui-ci ne doit pas être synonyme de repli sur soi. Le local peut être une vraie ressource lorsque, à l’image de ce qui se cherche en Suisse dans des coopératives d’habitat partagé, nous prenons en compte nos interdépendances et interrogeons le type de liens que nous entretenons, du plus proche (notre voisin) au plus lointain (les ouvrières qui produisent nos chaussures).

Il nous faut, encore et toujours, analyser les causes de nos malheurs et cultiver notre capacité à chercher, ensemble, un horizon commun.

Il nous faut, encore et toujours, analyser les causes de nos malheurs et cultiver notre capacité à chercher, ensemble, un horizon commun. La démocratie n’est pas une donnée, mais l’aune à laquelle interroger les choix du passé, pour discerner et agir, au présent comme à l’avenir. Elle ne peut être l’affaire d’une seule personne, ni même celle de quelques-uns. En ces temps incertains, l’intelligence collective nous est ainsi apparue comme un puissant levier pour ouvrir d’autres chemins d’action. Cela implique aussi de cultiver notre écoute, notamment celle d’autres voix qui tentent de se faire entendre. Celle des jeunes, tels les Youth for Climate. Désabusés par ce monde tel qu’il va, ils et elles cherchent à nouer dès aujourd’hui des liens plus respectueux de chacun·e. Des liens plus solides pour affronter demain.

Ce dossier nous invite enfin à accueillir la fiction dans notre quotidien, pour ouvrir le champ étriqué de nos pensées. Le pire n’est jamais certain. Les mutations en cours pourraient faire naître en nous des ressources inattendues.


Sommaire du dossier

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Par-delà les plafonds de verre

Les migrations féminines sont longtemps demeurées à l’ombre des gros titres et de l’attention générale dans les pays dits d’accueil. Pourtant, elles représentent aujourd’hui plus de la moitié des personnes migrantes. A-t-on enfin dépassé l’angle mort ?Un pan du voile a certes été levé au début de la pandémie du Covid-19. L’utilité sociale de certains métiers (caissières, aide à domicile, employées d’entretien, etc.) a jeté une lumière neuve sur celles qui les occupent : très souvent, des citoye...

Conditions du travail à Madagascar

Chaque société entretient avec la sphère du travail un rapport particulier qui dépend d’abord de sa culture et de son histoire, ensuite de son niveau de développement économique et social. L’exemple de Madagascar relève d’une situation globalement partagée par la plupart des pays africains subsahariens – sauf l’Afrique du Sud. Ces pays ont en commun la prédominance de la tradition et de l’oralité, et l’expérience de la domination coloniale. Et ils connaissent aujourd’hui des changements sociaux...

Du même dossier

En Centrafrique, l’impossible résilience ?

Parler de « relance » après une crise suppose de compter sur la résilience d’une société, sur sa capacité à trouver les voies d’une reconstruction. Mais à quelles conditions ? Un détour par la Centrafrique, pour éclairer la gestion d’autres crises, d’autres guerres. La Centrafrique est en guerre depuis huit ans. Elle l’était déjà auparavant, mais sur des parties limitées de son territoire. C...

Trois pistes pour se préparer à l'inattendu

Alors que le contexte économique, sanitaire et écologique requiert de tous et de chacun un effort supplémentaire de solidarité, notre addiction à notre confort individuel nous fait prendre un tout autre chemin. Bernard Perret, socioéconomiste, dégage trois pistes pour orienter nos choix et nos actions dans un souci de préservation de l’humanité. Notre situation historique a quelque chose d’inédit, pour laquelle le mot « crise »...

Albert Camus. Une boussole dans la tempête

Face aux enjeux de la crise généralisée que nous traversons, un détour par la pensée d’Albert Camus permet d’envisager une action juste, qui ne cède pas à la violence. Plongé dans une crise à la fois ancienne et nouvelle qui semble porter atteinte jusqu’à nos liens fraternels, notre monde est désormais livré à la peur et au doute. Il ne s’agit plus seulement de faire face au nihilisme et au complotisme ; tous les repères aujourd’hui se...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

La dérégulation, un défi pour les territoires ?

Alors que les multinationales dictent de plus en plus les règles du jeu à l’échelle internationale, les États semblent avoir renoncé à soutenir leurs citoyens les plus fragiles et le développement de leurs territoires. Des leviers existent pourtant, pour les collectivités comme pour les individus. Entretien avec les économistes Mathilde Dupré et Pierre Veltz. Deux termes reviennent souvent depuis le confinement : territo...

« Nous entrons dans un monde nouveau, et pour longtemps »

Les crises économiques, écologiques ou sanitaires n’ont pas entraîné de bouleversements profonds dans notre manière de nous relier à la Terre et aux autres. Pourtant, il y a urgence. Pour Dominique Bourg, il nous reste dix ans pour agir. Nous vivons une crise écologique qui, jusqu’à aujourd’hui, n’a pas enrayé la bonne marche du système capitaliste. Pensez-vous que la crise sanitaire de la Covid-19, elle, marquera un tournant dans notre rapport au v...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules