Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La représentation en question

Trois pistes pour refonder la représentation

Photo by João Marcelo Martins on Unsplash
Photo by João Marcelo Martins on Unsplash

Fonctionnement en circuit fermé, sacralisation du vote, oubli des non-humains… Nombreux sont les écueils qui menacent la représentation. Le philosophe Alain Cugno propose trois pistes pour refonder cette notion essentielle à notre démocratie.


Les enjeux liés à la démocratie sont colossaux et celle-ci est vraiment en danger. À cet égard, il n’existe aucune solution de rechange : ou bien nous vivrons en démocratie, ou bien nous ne vivrons pas une vie politique digne de ce nom (lire encadré). La lecture de ce dossier conduit à voir que le cœur des crises institutionnelles réside dans la clôture de sphères sur elles-mêmes, laissant dehors ce qu’elles méprisent ou digérant ce qu’elles incluent. Ainsi l’Église catholique, par exemple, se prive-t-elle de l’accès à une partie de ses sources évangéliques dans une attitude d’exclusion à l’égard des femmes.

Mais quant au politique, c’est bien la représentation qui joue un rôle majeur dans cette dérive. L’analyse historique montre que l’élection a, originairement, le double but d’échapper au pouvoir absolu mais aussi de lutter contre la démocratie en constituant une classe dirigeante jouissant de privilèges et d’immunités qui l’amènent rapidement à se couper de sa propre mission.  L’équilibre ne peut se maintenir que si des forces antagonistes issues des milieux populaires parviennent à s’intégrer dans le jeu de la démocratie parlementaire, sans perdre leur originalité. Ce fut le cas jusqu’à ce que l’économie néolibérale trouve la faille par le biais (fort efficace) des règles de financement des partis et des campagnes électorales. De même, il suffit de changer apparemment peu de choses aux règles de la représentation syndicale pour que les délégués, sommés de mener à bien des tâches dévorant leur énergie et leur temps, deviennent des professionnels intégrés au fonctionnement de l’entreprise et non plus un contre-pouvoir actif.

Une telle situation engendre dans les profondeurs une gigantesque colère de ceux qui se sentent abandonnés, non représentés, sans aucune médiation.

La représentation se trouve donc, d’une part, phagocytée par son propre fonctionnement dans le milieu syndical (et associatif) et, d’autre part, instituée (en particulier au niveau parlementaire et gouvernemental) en monde autonome. Ce dernier tend à se refermer au point que tout ce qui n’est pas lui-même lui apparaît comme un obstacle à ses privilèges – qui ne sont d’ailleurs pas perçus comme tels, mais comme des obstacles à la réalisation des projets que la classe dirigeante a pour la nation. La tentation est alors grande, pour tout gouvernement, de devenir autoritaire. D’autant plus qu’une telle situation engendre dans les profondeurs une gigantesque colère de ceux qui se sentent abandonnés, non représentés, sans aucune médiation : le populisme se signale avant tout par sa haine des élites et sa perméabilité à l’idée que seule une violence bien orientée et sans médiation peut remédier à ses maux et au sentiment d’être méprisé.

Refonder la démocratie suppose donc une remise en chantier de la représentativité. Mais l’un des pièges serait de croire qu’il faut choisir entre délégation de pouvoir à des représentants et démocratie directe. En réalité, il n’y a d’issue que par l’articulation des deux. Ce qui demande d’examiner de près le rôle des représentants et donc celui du vote. Sur ce point, la culture française veut que nous ayons été formés à la pensée politique (que nous le voulions ou non) par le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau. Or, dans l’organisation politique rousseauiste, le vote n’est pas le moyen pour chacun d’exprimer son opinion (éventuellement conflictuelle) mais un instrument de mesure destiné à discerner, à travers la diversité des intérêts particuliers et au-delà même de l’intérêt général, que nous sommes avant tout des citoyens qui, du plus profond d’eux-mêmes, veulent la même chose : vivre ensemble sous une loi que chacun veut comme telle.

Si le « Contrat social » de Rousseau fonde puissamment le politique, il importe de repenser la représentation sur de tout autres bases.

Cette conception radicale du politique ne cesse de nous hanter, mais elle conduit à comprendre la sphère du politique comme une sphère autonome, créatrice de la réalité sociale et humaine et définitivement arrachée à la nature, puisque seul le citoyen est « un être intelligent et un homme » et non pas « un animal stupide et borné ». Cette conception sacralise le vote comme l’unique source de légitimité. Elle fonde puissamment le politique, mais elle devient tout aussi encombrante en donnant le pas à l’imaginaire d’une communauté transparente à elle-même sur la réalité vivante. Il importe de repenser la représentation sur de tout autres bases. Nous en voyons se dessiner trois à travers la lecture de ce dossier.

  1. Rompre le lien insécable entre représentation et élection. À cet égard, et  quelles que soient les limites méthodologiques (voire idéologiques) qui sont les siennes, la Convention citoyenne pour le climat est une initiative  intéressante : cent cinquante citoyens tirés au sort, mais selon un panel représentatif de la population tout entière, initiés à la réalité écologique par des experts, de telle sorte qu’ils puissent proposer des mesures concrètes visant à prendre en compte le dérèglement climatique. Ce n’est rien d’autre qu’oser affirmer que tout citoyen bien informé est capable d’innover et de débattre.

  2. Prendre au sérieux les lieux où l’intelligence collective s’élabore. Le représentant ne doit être ni le porte-parole de ceux qui l’ont élu, ni celui qui, sa légitimité ayant été assurée par son élection, se met au service de l’idée qu’il se fait du vivre ensemble. C’est peu dire qu’il doit être à l’écoute du terrain – quel élu oserait dire autre chose ? Il doit forer la réalité sociale et politique jusqu’à rencontrer la strate de l’intelligence collective, comme le fi t Robert Badinter lorsqu’il osa affirmer, contre tous les sondages, que ce que voulait la nation en 1981 était l’abolition de la peine de mort. Mais, pour ce faire, il n’y a pas d’autre méthode que d’aller en quête des micro-forages inventifs et intelligents où la pensée se déploie : là où de nouvelles sensibilités, de nouvelles saveurs de l’existence, de nouveaux désirs se font jour – avec l’exigence des moyens qu’ils impliquent, comme l’a fait l’agglomération d’Annecy.

  3. Élargir l’horizon politique jusqu’à la nature elle-même. Si la plaie est la clôture de sphères autonomes se pensant universelles, il nous faut oser entendre ce que dit Paul dans l’Épître aux Galates 3.28 : « Il n’y a plus ni Juif, ni Grec ; il n’y a plus ni esclave, ni homme libre ; il n’y a plus l’homme et la femme. » Il s’agit de comprendre que, là où une frontière assurait la sécurité d’un domaine, vient un moment où ce même domaine est mieux protégé en supprimant la frontière. Aujourd’hui, le monde politique doit se rendre capable de mettre sa relation au non-humain comme un pied dans la porte, rendant la sphère politique incapable de se clore sur elle-même : elle s’en trouvera vivifiée. La tâche conceptuelle est ici immense et inachevée.

QU’ENTEND-ON PAR DÉMOCRATIE ?

  • Liberté de penser. Tout régime qui assure une réelle liberté de penser est démocratique. Mais cela présuppose une formation et une information des citoyens pour s’intéresser à la chose publique et se rendre capable de débattre. Autrement dit, d’admettre que ce n’est pas le consensus qui caractérise la sphère politique, mais une manière de vivre les conflits comme l’occasion d’approfondir la compréhension de ses propres convictions au contact de celles des autres.

  • Égalité. Il n’y a pas de citoyens de second rang. Tous doivent pouvoir exprimer ce qu’ils comprennent de leur propre vie et de ses exigences. La représentation est pour cela un moyen. Mais il en faut d’autres, afin que chaque personne vivant en démocratie ait la même dignité et soit l’objet de la même attention et de la même sollicitude.

  • Justice. Tout désir, toute perception de la saveur inestimable de la vie doit trouver l’espace dans lequel s’accomplir et parvenir à la conscience de soi. Il est de simple justice que chacun soit acteur de son existence, laquelle n’inclut pas seulement des enjeux économiques mais aussi métaphysiques, puisque chacun doit se mesurer à sa naissance et à sa mort.
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Représenter la nature

Comment représenter la nature dans la vie de la Cité ? Les non-humains peuvent-ils et doivent-ils y être représentés ? Retour sur quelques expérimentations mêlant spectacle vivant, avancées législatives et réflexion universitaire. La délégation de la Forêt s’avance à la tribune, puis celle de l’Atmosphère, puis celle des Océans, puis celle des Espèces menacées, puis celle de l’Amazonie. Elles vont rejoindre les dél...

Un monstre en gestation ?

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. » Cette citation d’Antonio Gramsci peut nous aider à comprendre la situation politique que nous traversons actuellement en France. Le niveau d’abstention historique lors des dernières élections municipales met à mal la légitimité des élus locaux. Les maires, pourtant les représentants politiques les plus appréciés des Français, se trouvent eux aussi confrontés à cette crise aiguë de c...

La CCC : une expérience de représentation délibérative

La Convention citoyenne pour le climat s’est trouvée sous le feu des projecteurs à la suite de la crise du coronavirus. Mais quel était son fonctionnement ? Une analyse fine de cette forme nouvelle de démocratie représentative et délibérative permettra d’en entrevoir les intérêts et les écueils. Composée de 150 citoyens sélectionnés via un tirage au sort stratifié, la Convention citoyenne pour le climat (CCC)...

Du même auteur

La signature des libellules

L’extraordinaire beauté de la nature interroge d’autant plus qu’elle semble radicalement gratuite. Le philosophe, photographe et odonatologue Alain Cugno nous livre les morceaux choisis d’une fascination philosophique pour les libellules. Les libellules, en tant qu’insectes, ont payé un très lourd tribut à notre mode de vie. Passant la majeure partie de leur vie à l’état larvaire dans les eaux douces, elles se trouvent menacées par la diminution dramatique des mara...

Sans conflit, point de démocratie

Pourquoi tant de débats se révèlent-ils aussi violents que stériles ? Entendre un avis opposé au sien peut être perçu comme une menace par l’individu. Pourtant, débattre, c’est accepter de voir que l’autre détient une part de vérité que je n’ai pas. Mise en perspective philosophique. Quelle est l’essence du politique ? Aristote en a posé les bases les plus solides par trois traits, déployés d...

Révéler la culture partout où elle se trouve

La culture est ce qui se joue, fondamentalement, dans le langage. Elle est ce qui donne sens au vécu. En cela, elle ne se limite pas aux œuvres dignes des musées. Elle est vitale pour tous. Les personnes ayant l’expérience de la précarité y ont ainsi déjà accès, à condition que l’on accepte d’élargir ce que culture veut dire. S’interroger sur l’importance de la culture chez et pour les personnes en gran...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules