Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Savons-nous encore débattre ?

Sans conflit, point de démocratie

© Denis Meyer
© Denis Meyer

Pourquoi tant de débats se révèlent-ils aussi violents que stériles ? Entendre un avis opposé au sien peut être perçu comme une menace par l’individu. Pourtant, débattre, c’est accepter de voir que l’autre détient une part de vérité que je n’ai pas. Mise en perspective philosophique.


Quelle est l’essence du politique ? Aristote en a posé les bases les plus solides par trois traits, déployés dans l’Éthique à Nicomaque. Le premier : la Cité est déclarée horizon indépassable des activités humaines. Rien, absolument rien, ne peut prétendre échapper au politique. On pourrait estimer que c’est là un principe de fermeture, érigeant la communauté politique en absolu (idée sur laquelle Jean-Jacques Rousseau fondera, vingt-deux siècles plus tard, sa propre conception du politique en écrivant Du contrat social). Mais la pensée aristotélicienne est bien plus subtile. Car les deux autres traits sont, au contraire, stupéfiants par leur capacité d’éclairer les débats contemporains. La clôture de la Cité sur elle-même fait apparaître un socle plus profond qu’elle : un sentiment politique d’amitié, la philia, égalitaire en son essence, et qui déborde les frontières. Partout où il est allé, Aristote a rencontré une sollicitude des hommes pour les hommes dont il pense que les législateurs doivent faire plus grand cas que de l’élaboration d’une Constitution. Et puis, dernier trait, lorsqu’il a apparemment établi que la meilleure vie possible était l’exercice du commandement dans la Cité, il dévoile la possibilité d’une existence encore préférable : la vie théorétique, la vie de contemplation. La Cité ne peut se revendiquer comme l’horizon ultime qu’à condition de s’ordonner en fait à autre chose qu’à elle-même : la pensée. Une politique ne peut prétendre assumer l’essence qui est la sienne que si, en dernier ressort, elle permet la pensée.

La démocratie ne signifie pas le pouvoir du peuple, mais l’ensemble des structures nécessaires à la liberté de penser.

Cette proposition ne doit-elle pas servir de guide dans toute réflexion sur le politique ? Et si nous la retranscrivons en termes contemporains, ne doit-on pas écrire que l’essence du politique est la démocratie ? Car cette dernière ne signifie pas, malgré l’étymologie, le pouvoir du peuple, mais l’ensemble des structures nécessaires à la liberté de penser. La première leçon à tirer a la forme d’un paradoxe : il n’y a de politique que là où, conformément aux enseignements de Claude Lefort, le pouvoir ne s’identifie pas à un organisme totalisant mais laisse la place à autre chose que lui-même, qui puisse briser l’affirmation centrale du « pouvoir totalitaire [qui] s’arroge une légitimité absolue et instaure un ordre qui se veut irréversible [tout comme] il installe une société dans des horizons indépassables. Le possible est exclu.1 » Le politique est, en son essence, la possibilité du possible, l’ouverture d’un espace d’indétermination vide, qui soit le centre, la clef de voûte de tout l’édifice. Ce vide n’est qu’apparent, il est en réalité tout à fait consistant : il a la consistance de l’invention, de la création.
La question devient donc celle-ci : que peut bien être la liberté de pensée politique ? La première hypothèse qui vient à l’esprit s’oriente spontanément vers le modèle grec : une assemblée d’hommes libres s’interrogeant sur la pertinence d’une proposition qui n’a, pour se défendre, que sa faiblesse, ce qui revient « à attribuer la rationalité d’une expression à sa capacité d’être critiquée et fondée2 ». À suivre cette ligne posée par Jürgen Habermas, la liberté de pensée politique s’accomplirait tout entière dans le libre débat. Mais il faut tenir compte également de la percée originale, signature de la pensée, constituée par l’invention du possible. Cela consonne assez bien avec ce qu’Hannah Arendt dit de la plus haute forme de vie politique : l’action. « Le fait que l’homme est capable d’action signifie que, de sa part, on peut s’attendre à l’inattendu, qu’il est en mesure d’accomplir ce qui est infiniment improbable. Et cela à son tour n’est possible que parce que chaque homme est unique, de sorte qu’à chaque naissance, quelque chose d’uniquement neuf arrive au monde.3 » Par quel trait le débat démocratique peut-il accéder à la nouveauté d’une naissance qui caractérise la pensée ?

Pour que vive l’affrontement

L’hypothèse que nous voudrions défendre est que ce n’est pas le consensus, ni même la recherche du consensus, qui caractérise le débat démocratique, mais le conflit – une certaine manière de vivre les conflits. Il y a politique là où un affrontement au sein d’une communauté, loin de constituer un motif d’éclatement de celle-ci, la fait vivre et renforce sa cohésion. Reste à comprendre comment cela est possible. Le premier point à élucider est la notion même de conflit. Il serait par trop superficiel de parler de luttes d’intérêts particuliers cherchant à se faire valoir les uns contre les autres en se déguisant en intérêt général. Le procédé existe bien sûr, il est même courant – notamment chez les économistes pour qui toute communauté est constituée d’individus rationnels cherchant leur intérêt, ce qui les rend prévisibles. Mais on ne peut, avec le Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales (voir encadré), que rester pantois devant une telle simplification de la réalité. Les individus réels ne cherchent pas avant tout leur intérêt ; ils cherchent la reconnaissance, aux deux sens du terme : être reconnus et éprouver de la reconnaissance à l’égard de l’instance qui les fonde. Et cette lutte pour la reconnaissance ne se réduit pas à celle des intérêts. Il s’agit pour chacun de l’image qu’il a de lui-même (ou plutôt de la représentation qu’il a de l’image que la société se fait de lui). L’enjeu n’est pas économique, il est ontologique. C’est pourquoi il peut engendrer une violence inouïe, homicide et délirante. C’est au cœur de cette violence que le processus démocratique se doit de descendre, pour le transformer en tout autre chose : la puissance inventive et créative de la pensée libre – ou, pour reprendre les termes de Hannah Arendt, la création d’un espace où il est possible de naître. « Le miracle qui sauve le monde, […] c’est finalement le fait de la natalité, dans lequel s’enracine ontologiquement la faculté d’agir. […] “Un enfant nous est né” » (p. 314).

Le Mauss

Le « Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales » (Mauss) a décidé de s’attaquer aux fondements philosophiques de la théorie économique, contre l’idée selon laquelle le « libre marché » serait le résultat à la fois naturel et nécessaire de la nature humaine. Ce groupe puise son inspiration chez Marcel Mauss, sociologue français du début du XXe siècle, connu notamment pour son Essai sur le don (Puf, 2012 [1924]).

Il faut donc remettre en chantier la notion même de débat pour y discerner en quoi il est susceptible d’un tel tour de force : faire naître quelqu’un à la vie de la pensée, à partir de la transfiguration d’un conflit mortel pour la reconnaissance. Mais pourquoi affirmer que l’aspiration à la reconnaissance porte en elle la violence ? Parce qu’il en va de ma possibilité de vivre et que je ne peux être sérieusement reconnu que par une instance indépendante. Une instance par rapport à laquelle je suis impuissant. La seule réponse possible de l’impuissance menacée est la volonté de détruire l’autre menaçant. Le moindre frémissement dans les profondeurs de la société venant inquiéter le bien-fondé de mes opinions me trouve prêt à monter au créneau, parce que ce ne sont pas mes opinions qui sont menacées, mais mon existence même, la saveur de mon existence sans laquelle je meurs. Mais du même mouvement, on voit l’enjeu du débat démocratique : que mon impuissance elle-même devienne le lieu de la reconnaissance.
Il importe que le débat soit une conversation au sens qu’en donne Hans-Georg Gadamer : « Nous disons certes “mener une conversation” ; mais plus une conversation est vraiment une conversation, moins sa conduite dépend de la volonté de l’un ou l’autre partenaire.4 » Autrement dit, le premier geste consiste à ce que chacun se dessaisisse de sa prétention à détenir la vérité, pour demander au débat lui-même de la faire apparaître. Pour le moment, nous ne dépassons pas la proposition d’Habermas sur la rationalité des expressions. Le second pas ne va guère plus loin, puisqu’il a l’air de faire du consensus l’essence du débat, qui viserait, toujours selon Gadamer, « une juste entente sur la chose qui se réalise dans ce milieu qui est la langue » (p. 231).

« Être ouvert à l’autre implique donc que j’admette de laisser s’affirmer en moi quelque chose qui me soit contraire. »

Mais l’essentiel, le voici : je ne peux parvenir à cette entente que si j’ai déjà accompli une tout autre mutation. « Être ouvert à l’autre implique donc que j’admette de laisser s’affirmer en moi quelque chose qui me soit contraire. » (p. 207). Je n’accède à la pensée, je ne peux naître à la liberté que si je comprends ce qui s’oppose à moi et refuse de me reconnaître non pas comme ce qui me menace, mais au contraire comme ce qui me garantit qu’il y a en moi de quoi accéder à une meilleure compréhension de ce que je crois avoir saisi. Il me faut entendre que ma position peut s’enrichir de ce que j’avais pris pour une menace. Consentir à une liberté qui n’est pas la mienne n’est pas la réduction, mais l’accélération de ma propre liberté, sommée d’inventer l’inédit.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Vive la controverse !

Réinventer le débat, est-ce faire le deuil d’un consensus à tout prix ? Le CCFD-Terre Solidaire se risque à de nouvelles formes de discussion, en faisant confiance à l’intelligence collective. Retour d’expérience. Quels sont nos grands questionnements et comment devons-nous en débattre pour préparer l’avenir ? Pour orienter son action, le CCFD-Terre Solidaire cherche à bâtir une méthode de débat la plus participative possible, fond...

Débats (bio)éthiques : quelle place pour les citoyens ?

Quelle éthique du débat dans le processus de révision de la loi relative à la bioéthique ? Le philosophe Bruno Saintôt revient sur les discussions citoyennes qui ont rythmé ces deux dernières années. Les États généraux de la bioéthique ont-ils, selon vous, rempli leur objectif d’être « un débat citoyen » ?Les États généraux ont permis des discussions et des expressions écrites de citoyens motivés. Dans l’ensemble, les différentes réun...

La démocratie en suspens

Le modèle démocratique libéral et représentatif se trouve remis en question, voire rejeté ou délégitimé, au niveau mondial. Ici, montée en force des populismes et rejet du pluralisme ; ailleurs, fossé croissant entre les élus et les électeurs ; parfois, remise en cause de l’indépendance de la presse et de la justice. On pense aux États-Unis, au Brésil, à la Russie, à la Hongrie, aux Philippines… Quant à la France, la critique radicale des instances traditionnelles de médiation par le mouvement ...

Du même auteur

La signature des libellules

L’extraordinaire beauté de la nature interroge d’autant plus qu’elle semble radicalement gratuite. Le philosophe, photographe et odonatologue Alain Cugno nous livre les morceaux choisis d’une fascination philosophique pour les libellules. Les libellules, en tant qu’insectes, ont payé un très lourd tribut à notre mode de vie. Passant la majeure partie de leur vie à l’état larvaire dans les eaux douces, elles se trouvent menacées par la diminution dramatique des mara...

Trois pistes pour refonder la représentation

Fonctionnement en circuit fermé, sacralisation du vote, oubli des non-humains… Nombreux sont les écueils qui menacent la représentation. Le philosophe Alain Cugno propose trois pistes pour refonder cette notion essentielle à notre démocratie. Les enjeux liés à la démocratie sont colossaux et celle-ci est vraiment en danger. À cet égard, il n’existe aucune solution de rechange : ou bien nous vivrons en démocratie, ou bien nous ne vivrons pas une vie polit...

Révéler la culture partout où elle se trouve

La culture est ce qui se joue, fondamentalement, dans le langage. Elle est ce qui donne sens au vécu. En cela, elle ne se limite pas aux œuvres dignes des musées. Elle est vitale pour tous. Les personnes ayant l’expérience de la précarité y ont ainsi déjà accès, à condition que l’on accepte d’élargir ce que culture veut dire. S’interroger sur l’importance de la culture chez et pour les personnes en gran...

1 Claude Lefort, Écrire. À l’épreuve du politique, Calmann-Lévy, 1994, p. 367.

2 Jürgen Habermas, Théorie de l’agir communicationnel. Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Fayard, 1987 [1981], p. 25.

3 Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1994 [1958], p. 234.

4 Hans-Georg Gadamer, Vérité et méthode, Seuil, 2018 [1976], p. 229.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules