Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Savons-nous encore débattre ?

Une nouvelle place pour le débat dans le processus politique

Force ouvrière (CC BY-NC 2.0)
Force ouvrière (CC BY-NC 2.0)

Aujourd’hui, le débat s’avère d’autant plus nécessaire au sein du processus politique que les acteurs sont nombreux : partis, institutions, mais aussi experts, associations, acteurs privés… Sur quelles prémisses fonder ce débat ?


On a longtemps réduit la vie politique à un jeu entre deux forces traditionnelles : les partis, qui représentent les citoyens à travers les élections, et les institutions, qui organisent celles-ci et déterminent le rôle des organes du pouvoir. Selon cette modalité, que le sociologue Dominique Lorrain nomme « gouvernement », les administrations et les institutions politiques sont le lieu de la détermination des enjeux et des décisions, ainsi que le lieu de gestion de celles-ci.

Mais le processus politique s’est très largement complexifié, dans ses effets comme dans ses enjeux. Ceux-ci touchent maintenant de très près la vie des citoyens : mobilité quotidienne, accès aux services ou aux loisirs, requêtes nouvelles concernant l’alimentation, recherche de logement, coûts de l’eau, de l’électricité et du chauffage, éducation des enfants, impératifs de santé et de bien-être, incidents (voire accidents) liés au changement climatique… Les citoyens sont ainsi directement confrontés à des choix individuels mais aussi collectifs. Or ces questions impliquent souvent une composante technique ou scientifique indéniable : les experts sont de plus en plus appelés à éclairer les décisions. Comprendre le poids du foncier sur le prix des loyers peut nécessiter des connaissances spécialisées ; bien se nourrir relève certes du bon sens mais aussi d’éclairages sur les processus de transformation et la composition des produits ; les effets de la pollution sur la santé sont l’objet de controverses scientifiques, etc. Face à des attentes à la fois proches et complexes, les réponses ne relèvent plus simplement des pouvoirs publics mais aussi, de plus en plus, des fournisseurs de biens et de services (produits pharmaceutiques, secteur de l’agroalimentaire, de l’énergie, produits chimiques, services informatiques, etc..). Et ils sont souvent interpellés à juste titre par les citoyens.

Le cercle élargi du débat politique

Loin de se restreindre au simple triangle électeurs-partis-institutions politiques, le processus politique s’est ainsi élargi à de multiples parties prenantes : acteurs publics et privés, entreprises de biens et de services, usagers, citoyens, collectifs et associations. Et, désormais, les médias jouent un rôle majeur dans la diffusion d’informations. Le numérique, en particulier, en a favorisé la rapidité et la concision, non sans risque d’une simplification parfois abusive. Le rôle du débat est donc fondamental aujourd’hui pour la mise en œuvre de ce processus politique. Débattre, c’est parler et échanger. C’est examiner, démêler, traiter. C’est discuter, contester, controverser, contredire et donc accepter le conflit, mais aussi la négociation.

Dès l’instant où les parties prenantes faire entendre leurs points de vue sur les sujets qui les concernent, les contradictions sont inévitables.

Dès l’instant où les parties prenantes pensent s’exprimer, veulent manifester et faire entendre leurs points de vue sur les sujets qui les concernent, les contradictions sont inévitables. Si l’on souhaite que la dynamique politique d’une réponse aux besoins soit l’occasion pour tous les acteurs et les décideurs de connaître précisément, de comprendre et d’analyser les demandes, alors le temps du débat est une étape essentielle. C’est lui qui fait apparaître les points de vue dans la perspective d’un véritable échange. Il invite à creuser les questions, appelant à la clarification des connaissances et des enjeux. Il conduit ainsi à des demandes mieux fondées et incite à une réponse politique. Mais, on le pressent, il y faut des conditions, qui sont aujourd’hui loin d’être remplies.

Les termes d’un débat réussi

La première condition est celle d’une expression libre qui ne soit pas filtrée par la nécessité de compétences spécifiques. Combien de fois le « sentiment d’incompétence », que Pierre Bourdieu1 a souvent souligné, fait-il ici obstacle ? S’il est un acquis du mouvement des « gilets jaunes », c’est bien l’ouverture de cette capacité d’expression, favorisant des discussions, des échanges, la transmission de mécontentements et d’attentes.

Le souci de respecter les diverses opinions, de comprendre que, sur un même sujet, peuvent s’affirmer des points de vue foncièrement différents et des positions contradictoires est également une condition sine qua non. Le débat – comme le décrit Alain Cugno dans ce numéro – ne peut avoir lieu si le sens du conflit n’est pas accepté, non pas seulement avec résignation mais de manière active.

Pour autant, on ne peut pas débattre à partir d’opinions toutes faites ou simplement accrochées aux phrases assassines de quelques meneurs d’opinion. En cela, la description rigoureuse des faits (soulignée par Bruno Latour dans ce numéro) est bien une condition préalable majeure. On ne peut pas s’informer uniquement sur Twitter ou sur d’autres réseaux sociaux réducteurs dans leurs contenus. Ce qui signifie que les médias doivent faire ce travail d’information en se gardant de tomber dans le sensationnel ou de s’en tenir à une analyse superficielle des situations.

Il n’y aura pas de débat constructif sans ouverture à une meilleure intelligence des contextes contemporains, sans acceptation d’une étude sérieuse des enjeux.

Aussi l’école et la formation au sens large font-elles face à un travail considérable, qui nécessite une grande rigueur des enseignants sur les connaissances et les contextes transmis. Naturellement, cela n’est possible que si les parents, les familles, les adultes au contact des jeunes portent aussi cette exigence. Il s’agit de favoriser une posture de curiosité, d’envie de comprendre, plus qu’une connaissance a priori des sujets. Il n’y aura pas de débat constructif sans cette transformation du regard, sans ouverture à une meilleure intelligence des contextes contemporains, sans acceptation d’une étude sérieuse des enjeux.

En dernier ressort, si la teneur des débats n’est pas entendue et relayée par le politique, qu’il s’agisse des partis ou des élus capables d’y répondre à travers des politiques publiques, ceux-ci auront certes un effet positif d’échange mais ne pourront constituer le levier politique dont ils sont la promesse. Comme l’a montré Patrick Le Galès, nous ne sommes plus à l’heure du « gouvernement » mais à celle de la « gouvernance », c’est-à-dire d’« un processus de coordination d’acteurs, de groupes sociaux et d’institutions pour atteindre des buts discutés et définis collectivement ». De fait, ces buts collectifs donnent une direction à la société, tout en exerçant une forme de contrainte sur ces acteurs qui les ont validés2.

Atteindre des buts suppose de les identifier. Le débat joue ici un rôle croissant, il est le signe d’une vitalité démocratique. Mais sa reconnaissance et les règles du jeu sont-elles pleinement prises en compte ? 

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Vive la controverse !

Réinventer le débat, est-ce faire le deuil d’un consensus à tout prix ? Le CCFD-Terre Solidaire se risque à de nouvelles formes de discussion, en faisant confiance à l’intelligence collective. Retour d’expérience. Quels sont nos grands questionnements et comment devons-nous en débattre pour préparer l’avenir ? Pour orienter son action, le CCFD-Terre Solidaire cherche à bâtir une méthode de débat la plus participative possible, fond...

À quoi tenons-nous ?

Nul autre que le citoyen n’est en mesure d’explorer et de décrire ce à quoi il est réellement attaché. Et sans cette auto-description, point de compréhension réelle du territoire vécu. Nous proposons de nommer « territoire » ou « terrain de vie » cette explicitation des conditions matérielles d’existence qu’appelle le nouveau régime climatique. Et la « description de ces territoires » est cette tâche d’exploration indispensable qui pré...

« Avec mon langage caillera, on ne m’écoutait pas »

Stéphane de Freitas est mû par une conviction : apprendre aux jeunes à exprimer leurs opinions, c’est préparer une société apte à débattre. Depuis 2012, il forme des jeunes à la prise de parole en public et les mène collectivement vers des concours d’éloquence. Comment est née l’idée de remettre à l’honneur les concours d’éloquence ?Ce projet est né d’une expérience personnelle et de la prise de consci...

Du même auteur

« Informer est devenu plus compliqué »

Entre violences et défiance, l’ère connectée pose aux journalistes de nouvelles difficultés. Comment les écoles de journalisme s’adaptent-elles aux évolutions du métier ? Entretien avec Alice Antheaume, directrice de l’École de journalisme de Sciences Po Paris. Le numérique a profondément modifié les pratiques journalistiques. Comment votre école a-t-elle incorporé cette réalité à la formation qu’elle dispense ?Alic...

Pourquoi je soutiens la Revue Projet

Allons droit à l’essentiel : la Revue Projet est un canal d’information passionnant, qui occupe une place originale au sein de la multiplicité des médias. Elle mérite vraiment d’être davantage connue, utilisée et diffusée.La Revue Projet a une longue histoire, marquée par une grande capacité d’adaptation aux enjeux contemporains. Membre depuis plusieurs années de son comité de rédaction, je peux dire à quel point elle est le fruit tant d’une veille constante des signaux de l’actualité nationale...

Vaincre l'hydre patriarcale

Les approches pour dépasser le système patriarcal divergent et doivent en permanence se réinventer. Retour en quatre points saillants sur notre dossier. Le pari était ambitieux : embrasser l’enjeu du patriarcat au prisme des ressources disponibles pour s’en défaire tient bel et bien de la gageure, tant l’entreprise soulève d’obstacles. Espérer démanteler une réalité multimillénaire aussi enracinée dans les consciences, y compris dans celles des femmes, ne va pas de soi.Il y ...

1 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, 1979.

2 Antoine Courmont, Patrick Le Galès, Gouverner la ville numérique, Puf, 2019.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules