Logo du site

Débat public : les leçons de la Commission

Chantal Jouanno
Responsable politique

Permettre un débat serein sur des sujets qui divisent, en favorisant la participation citoyenne : la Commission nationale du débat public a des objectifs ambitieux. D’autant qu’elle doit faire face à beaucoup de méfiance quant à son utilité… Permettre un debat serein sur des sujets...

Une nouvelle place pour le débat dans le processus politique

Brigitte Fouilland
Chercheur

Aujourd’hui, le débat s’avère d’autant plus nécessaire au sein du processus politique que les acteurs sont nombreux : partis, institutions, mais aussi experts, associations, acteurs privés… Sur quelles prémisses fonder ce débat ? Aujourd'hui le debat s'avere d'autant plus necessaire...

« Avec mon langage caillera, on ne m’écoutait pas »

Stéphane de Freitas
Acteur de terrain

Stéphane de Freitas est mû par une conviction : apprendre aux jeunes à exprimer leurs opinions, c’est préparer une société apte à débattre. Depuis 2012, il forme des jeunes à la prise de parole en public et les mène collectivement vers des concours d’éloq...

Débats (bio)éthiques : quelle place pour les citoyens ?

Bruno Saintôt
Question de sens

Quelle éthique du débat dans le processus de révision de la loi relative à la bioéthique ? Le philosophe Bruno Saintôt revient sur les discussions citoyennes qui ont rythmé ces deux dernières années. Quelle ethique du debat dans le processus de revision de la loi relative a la bioethique...

Sans conflit, point de démocratie

Alain Cugno
Question de sens

Pourquoi tant de débats se révèlent-ils aussi violents que stériles ? Entendre un avis opposé au sien peut être perçu comme une menace par l’individu. Pourtant, débattre, c’est accepter de voir que l’autre détient une part de vérité que je n’ai ...

À quoi tenons-nous ?

Bruno Latour
Chercheur

Nul autre que le citoyen n’est en mesure d’explorer et de décrire ce à quoi il est réellement attaché. Et sans cette auto-description, point de compréhension réelle du territoire vécu. Nul autre que le citoyen n'est en mesure d'explorer et de decrire ce a quoi il est reellement attache Et...

À chaque démocratie son débat

Dimitri Courant
Chercheur

Représentative, délibérative, sauvage… À l’heure où des démocraties s’inventent et où d’autres s’ankylosent, revenons sur la place qu’occupe le débat au sein de chacune d’entre elles. Representative deliberative sauvage A l'heure ou des democraties s'...

De la nécessité d'atterrir

Bruno Latour
Chercheur

Face à l’urgence, un nouveau régime climatique est en train de s’inventer. Mais les émotions que suscitent les inquiétudes sociales et environnementales peinent à s’incarner en politique. Et sans connaissance par les citoyens de leurs véritables intérêts, comment espére...

Quand les personnes en galère ont voix au chapitre

Daniel Verger
Acteur de terrain

En parallèle au grand débat national, le Secours Catholique-Caritas France a organisé près de 200 débats dans toute la France pour écouter les préoccupations et les propositions des personnes en précarité. Une expérience inédite pour l’association. En parallele au gr...

Vive la controverse !

Hélène Dulin
Acteur de terrain

Réinventer le débat, est-ce faire le deuil d’un consensus à tout prix ? Le CCFD-Terre Solidaire se risque à de nouvelles formes de discussion, en faisant confiance à l’intelligence collective. Retour d’expérience. Reinventer le debat est ce faire le deuil d'un consensus a tout prix Le...

Savoir parler pour savoir débattre

Damien de Blic et Réda Didi
Coup de projecteur

Il n’est point de débat sans maîtrise du langage. Or l’accès à celui-ci est particulièrement inégalitaire en France, où le système scolaire peine à résorber les écarts créés par le milieu socio-économique des enfants. Mais face à une ...

« La fabrique de solutions partagées »

Dominique Potier
Responsable politique

Agriculteur de métier, Dominique Potier est député. Aux sources de son engagement politique, une éthique du débat démocratique, inclusif et participatif. Pour faire vivre le grand débat national dans sa circonscription, en Meurthe-et-Moselle, il a fait preuve d’imagination… Agriculteur d...

La démocratie en suspens

Benoît Guillou
L'équipe de rédaction

Le modele democratique liberal et representatif se trouve remis en question voire rejete ou delegitime au niveau mondial Ici montee en force des populismes et rejet du pluralisme ailleurs fosse croissant entre les elus et les electeurs parfois remise en cause de l'independance de la presse et de la justice On pense aux Etats Unis au Bresil a la Ru...

Dossier : Savons-nous encore débattre ?
Force ouvrière (CC BY-NC 2.0)
Force ouvrière (CC BY-NC 2.0)

Une nouvelle place pour le débat dans le processus politique


Aujourd’hui, le débat s’avère d’autant plus nécessaire au sein du processus politique que les acteurs sont nombreux : partis, institutions, mais aussi experts, associations, acteurs privés… Sur quelles prémisses fonder ce débat ?


On a longtemps réduit la vie politique à un jeu entre deux forces traditionnelles : les partis, qui représentent les citoyens à travers les élections, et les institutions, qui organisent celles-ci et déterminent le rôle des organes du pouvoir. Selon cette modalité, que le sociologue Dominique Lorrain nomme « gouvernement », les administrations et les institutions politiques sont le lieu de la détermination des enjeux et des décisions, ainsi que le lieu de gestion de celles-ci.

Mais le processus politique s’est très largement complexifié, dans ses effets comme dans ses enjeux. Ceux-ci touchent maintenant de très près la vie des citoyens : mobilité quotidienne, accès aux services ou aux loisirs, requêtes nouvelles concernant l’alimentation, recherche de logement, coûts de l’eau, de l’électricité et du chauffage, éducation des enfants, impératifs de santé et de bien-être, incidents (voire accidents) liés au changement climatique… Les citoyens sont ainsi directement confrontés à des choix individuels mais aussi collectifs. Or ces questions impliquent souvent une composante technique ou scientifique indéniable : les experts sont de plus en plus appelés à éclairer les décisions. Comprendre le poids du foncier sur le prix des loyers peut nécessiter des connaissances spécialisées ; bien se nourrir relève certes du bon sens mais aussi d’éclairages sur les processus de transformation et la composition des produits ; les effets de la pollution sur la santé sont l’objet de controverses scientifiques, etc. Face à des attentes à la fois proches et complexes, les réponses ne relèvent plus simplement des pouvoirs publics mais aussi, de plus en plus, des fournisseurs de biens et de services (produits pharmaceutiques, secteur de l’agroalimentaire, de l’énergie, produits chimiques, services informatiques, etc..). Et ils sont souvent interpellés à juste titre par les citoyens.

Le cercle élargi du débat politique

Loin de se restreindre au simple triangle électeurs-partis-institutions politiques, le processus politique s’est ainsi élargi à de multiples parties prenantes : acteurs publics et privés, entreprises de biens et de services, usagers, citoyens, collectifs et associations. Et, désormais, les médias jouent un rôle majeur dans la diffusion d’informations. Le numérique, en particulier, en a favorisé la rapidité et la concision, non sans risque d’une simplification parfois abusive. Le rôle du débat est donc fondamental aujourd’hui pour la mise en œuvre de ce processus politique. Débattre, c’est parler et échanger. C’est examiner, démêler, traiter. C’est discuter, contester, controverser, contredire et donc accepter le conflit, mais aussi la négociation.

Dès l’instant où les parties prenantes faire entendre leurs points de vue sur les sujets qui les concernent, les contradictions sont inévitables.

Dès l’instant où les parties prenantes pensent s’exprimer, veulent manifester et faire entendre leurs points de vue sur les sujets qui les concernent, les contradictions sont inévitables. Si l’on souhaite que la dynamique politique d’une réponse aux besoins soit l’occasion pour tous les acteurs et les décideurs de connaître précisément, de comprendre et d’analyser les demandes, alors le temps du débat est une étape essentielle. C’est lui qui fait apparaître les points de vue dans la perspective d’un véritable échange. Il invite à creuser les questions, appelant à la clarification des connaissances et des enjeux. Il conduit ainsi à des demandes mieux fondées et incite à une réponse politique. Mais, on le pressent, il y faut des conditions, qui sont aujourd’hui loin d’être remplies.

Les termes d’un débat réussi

La première condition est celle d’une expression libre qui ne soit pas filtrée par la nécessité de compétences spécifiques. Combien de fois le « sentiment d’incompétence », que Pierre Bourdieu1 a souvent souligné, fait-il ici obstacle ? S’il est un acquis du mouvement des « gilets jaunes », c’est bien l’ouverture de cette capacité d’expression, favorisant des discussions, des échanges, la transmission de mécontentements et d’attentes.

Le souci de respecter les diverses opinions, de comprendre que, sur un même sujet, peuvent s’affirmer des points de vue foncièrement différents et des positions contradictoires est également une condition sine qua non. Le débat – comme le décrit Alain Cugno dans ce numéro – ne peut avoir lieu si le sens du conflit n’est pas accepté, non pas seulement avec résignation mais de manière active.

Pour autant, on ne peut pas débattre à partir d’opinions toutes faites ou simplement accrochées aux phrases assassines de quelques meneurs d’opinion. En cela, la description rigoureuse des faits (soulignée par Bruno Latour dans ce numéro) est bien une condition préalable majeure. On ne peut pas s’informer uniquement sur Twitter ou sur d’autres réseaux sociaux réducteurs dans leurs contenus. Ce qui signifie que les médias doivent faire ce travail d’information en se gardant de tomber dans le sensationnel ou de s’en tenir à une analyse superficielle des situations.

Il n’y aura pas de débat constructif sans ouverture à une meilleure intelligence des contextes contemporains, sans acceptation d’une étude sérieuse des enjeux.

Aussi l’école et la formation au sens large font-elles face à un travail considérable, qui nécessite une grande rigueur des enseignants sur les connaissances et les contextes transmis. Naturellement, cela n’est possible que si les parents, les familles, les adultes au contact des jeunes portent aussi cette exigence. Il s’agit de favoriser une posture de curiosité, d’envie de comprendre, plus qu’une connaissance a priori des sujets. Il n’y aura pas de débat constructif sans cette transformation du regard, sans ouverture à une meilleure intelligence des contextes contemporains, sans acceptation d’une étude sérieuse des enjeux.

En dernier ressort, si la teneur des débats n’est pas entendue et relayée par le politique, qu’il s’agisse des partis ou des élus capables d’y répondre à travers des politiques publiques, ceux-ci auront certes un effet positif d’échange mais ne pourront constituer le levier politique dont ils sont la promesse. Comme l’a montré Patrick Le Galès, nous ne sommes plus à l’heure du « gouvernement » mais à celle de la « gouvernance », c’est-à-dire d’« un processus de coordination d’acteurs, de groupes sociaux et d’institutions pour atteindre des buts discutés et définis collectivement ». De fait, ces buts collectifs donnent une direction à la société, tout en exerçant une forme de contrainte sur ces acteurs qui les ont validés2.

Atteindre des buts suppose de les identifier. Le débat joue ici un rôle croissant, il est le signe d’une vitalité démocratique. Mais sa reconnaissance et les règles du jeu sont-elles pleinement prises en compte ? 

Du même auteur

Contre la précarité énergétique, quel est le bon échelon ?

Brigitte Fouilland
Chercheur

La précarité énergétique, débattue en France grâce aux associations, est devenue une préoccupation des pouvoirs publics avec Grenelle II. Mais cette question majeure nécessite aujourd’hui un cadre d’analyse solide, l’engagement d’acteurs dotés de moyens d’agir et un traitement aux niveaux adéquats, à l’échelle des villes et des territoires. La précarité énergétique débattue en France grâce aux associations est devenue une préoccupation des pouvoirs publics avec Gre...

De l'aménagement au gouvernement des territoires, où est l'État ?

Brigitte Fouilland
Chercheur

Le territoire bouge et ces dernières années les questions territoriales ont commencé à intéresser les acteurs économiques et sociaux timidement d'abord autour de la mise en place en 2004 de pôles de compétitivité en 2005 de pôles d'excellence rurale par la Datar devenue d'ailleurs Diact 1 puis plus nettement à propos des réformes annoncées par l'État en 2007 et 2008 des cartes judiciaire hospitalière et militaire ces dernières privent en effet de nombreuses villes moyennes de le...

1 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, 1979.

2 Antoine Courmont, Patrick Le Galès, Gouverner la ville numérique, Puf, 2019.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules