Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : En notre nom. La représentation en question

« Les citoyens sont des colégislateurs à part entière » Tribune de Karima Delli

© Didier Bauweraerts
© Didier Bauweraerts

On pense souvent que les élus au Parlement européen négligent les contributions des citoyens de l’Union européenne. Pourtant, certaines innovent et expérimentent de nouveaux espaces délibératifs, comme les agoras citoyennes.


Il est grand temps que les citoyens européens fassent entendre leur voix ! En ce sens, je me réjouis du rebond de participation que nous avons connu en France lors des élections européennes de 2019. Pour autant, il s’agit du scrutin qui intéresse le moins les citoyens. Sans doute parce que la plupart des partis politiques ont construit leurs programmes sur des enjeux nationaux. Le phénomène est d’ailleurs renforcé par le passage à des listes nationales, alors qu’il serait plus intéressant que le scrutin européen se construise autour de listes transnationales. En ce sens, les écologistes avaient réussi à bâtir un programme européen pour faire campagne sur les mêmes propositions, que ce soit en France, en Allemagne ou en Belgique.

Élus européens, sommes-nous suffisamment à l’écoute des citoyens ? Le Parlement est certes doté d’un bureau pour les pétitions. Et, si une initiative citoyenne rassemble un million de signatures d’au moins sept pays, la commission parlementaire doit s’en saisir. On en reçoit énormément et c’est très heureux ! Pourtant, alors qu’une pétition pour demander l’interdiction du glyphosate avait réuni les conditions nécessaires, la majorité des députés n’a pas soutenu cette initiative ! C’est quand même aberrant : comment être si peu attentifs aux attentes des citoyens ? D’autant plus sur des sujets qui les concernent directement. Aujourd’hui, à la suite de la crise sanitaire, l’Europe prépare un plan de relance, mais a-t-on seulement consulté les citoyens ? Leur a-t-on demandé dans quel secteur nous devions investir demain ? Les représentants européens élus au Parlement ne devraient pas oublier que leur mandat leur a été accordé par les citoyens. Pour ma part, j’entends formuler ma mission en répondant à cette simple question : est-ce que je travaille bien pour l’intérêt général et non pour des intérêts �

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules