Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La représentation en question

Tribune « Les citoyens sont des colégislateurs à part entière »

© Didier Bauweraerts
© Didier Bauweraerts

Peu intégrés aux processus décisionnels, nombre de citoyens estiment que les élus au Parlement européen négligent leurs contributions. Pourtant, de nouveaux espaces délibératifs s’expérimentent, comme les agoras citoyennes. La parole de Karima Delli, eurodéputée écologiste.


Il est grand temps que les citoyens européens fassent entendre leur voix ! En ce sens, je me réjouis du rebond de participation que nous avons connu en France lors des élections européennes de 2019. Pour autant, il s’agit du scrutin qui intéresse le moins les citoyens. Sans doute parce que la plupart des partis politiques ont construit leurs programmes sur des enjeux nationaux. Le phénomène est d’ailleurs renforcé par le passage à des listes nationales, alors qu’il serait plus intéressant que le scrutin européen se construise autour de listes transnationales. En ce sens, les écologistes avaient réussi à bâtir un programme européen pour faire campagne sur les mêmes propositions, que ce soit en France, en Allemagne ou en Belgique.

Élus européens, sommes-nous suffisamment à l’écoute des citoyens ? Le Parlement est certes doté d’un bureau pour les pétitions. Et, si une initiative citoyenne rassemble un million de signatures d’au moins sept pays, la commission parlementaire doit s’en saisir. On en reçoit énormément et c’est très heureux ! Pourtant, alors qu’une pétition pour demander l’interdiction du glyphosate avait réuni les conditions nécessaires, la majorité des députés n’a pas soutenu cette initiative ! C’est quand même aberrant : comment être si peu attentifs aux attentes des citoyens ? D’autant plus sur des sujets qui les concernent directement. Aujourd’hui, à la suite de la crise sanitaire, l’Europe prépare un plan de relance, mais a-t-on seulement consulté les citoyens ? Leur a-t-on demandé dans quel secteur nous devions investir demain ? Les représentants européens élus au Parlement ne devraient pas oublier que leur mandat leur a été accordé par les citoyens. Pour ma part, j’entends formuler ma mission en répondant à cette simple question : est-ce que je travaille bien pour l’intérêt général et non pour des intérêts économiques ? Si la réponse est claire à mes yeux, je n’ai malheureusement pas l’impression que tous mes collègues partagent cette conviction.

Des « agoras citoyennes »

Les citoyens européens doivent se sentir mieux intégrés au sein du processus décisionnel et cette représentation ne se réduit pas à une délégation de pouvoir. Elle suppose aussi de considérer les citoyens comme des colégislateurs à part entière. Ils ont de très bonnes idées, écoutons-les ! C’est la raison pour laquelle j’ai ouvert, en 2018, la Commission des transports et du tourisme que je préside, pour créer des « agoras citoyennes ». Celles-ci ont lieu deux fois par an et ouvrent 150 places aux citoyens européens qui en font la demande. Désormais, les députés de la commission jouent les porte-parole de cette initiative dans leur pays et peuvent mobiliser des profils très variés. Les débuts furent, certes, difficiles avant que l’idée ne soit admise par mes collègues : les élus conservateurs, notamment, n’y étaient pas prêts. Or l’expérience s’est vite révélée enrichissante pour tout le monde. Les participants aux agoras proposent chaque fois une dizaine de sujets, comme les transports gratuits, le vélo, la voiture autonome… Ils ne manquent pas d’interpeller les élus, en demandant pourquoi on a voté telle loi et non telle autre. Si nous sommes élus, nous avons à les écouter et à leur rendre des comptes. Lors de la première édition, au bout de trois heures de séance, personne ne voulait s’arrêter, mais il fallait rendre la salle !

Il s’agit aussi d’une démarche d’humilité de notre part, élus politiques : nous avons conscience que nous n’avons ni tous les pouvoirs, ni toutes les solutions.

Le débat est particulièrement intéressant car les citoyens ont bien conscience que nous travaillons sur des décisions qui sont intimement liées à leur vie quotidienne. Pour reprendre l’exemple de la voiture autonome, leur crainte principale portait sur l’usage qui serait fait de leurs données personnelles. Charge donc à nous, députés, d’être à l’écoute ! Et lorsque le sujet sera débattu au Parlement, de défendre leurs droits. L’enjeu est de construire la démocratie européenne de demain : de faire confiance aux citoyens et de leur montrer que nous sommes attentifs à leur quotidien. D’où le nom d’agora : ils participent et nous analysons ensemble comment intégrer cet apport. Il s’agit aussi d’une démarche d’humilité de notre part, élus politiques : nous avons conscience que nous n’avons ni tous les pouvoirs, ni toutes les solutions.

Or je suis aujourd’hui la seule présidente de commission à porter ce genre d’initiative qui, pourtant, devrait couler de source. Mais je le ressens comme une obligation. Face au risque de délitement de l’Union européenne, il est plus nécessaire que jamais de fortifier notre sentiment d’appartenance à la famille européenne.

Propos recueillis par Martin Monti-Lalaubie.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Retrouver la confiance

Depuis les années 1980, le système représentatif traverse une crise aiguë de confiance. Pour comprendre ce que recouvre ce constat, il convient de contextualiser les éléments de cette crise, afin d’en déterminer les aspects les plus saillants. La crise de la représentation politique, constatée et discutée par les commentateurs de tous bords, est probablement aussi vieille que la représentation elle-même, au point que certains la définissent co...

Démocratie et représentation

Depuis les révolutions politiques des XVIIIe et XIXe siècles, la représentation est indissociable de nos régimes. Pour autant, elle n’est pas une condition suffisante, ni même nécessaire, de la démocratie. Quelles conceptions de la représentation ont jalonné l’histoire des régimes modernes ? Dans le sens commun, démocratie et représentation sont combinées, au point de paraître indissociables. Au mieux obse...

La CCC : une expérience de représentation délibérative

La Convention citoyenne pour le climat s’est trouvée sous le feu des projecteurs à la suite de la crise du coronavirus. Mais quel était son fonctionnement ? Une analyse fine de cette forme nouvelle de démocratie représentative et délibérative permettra d’en entrevoir les intérêts et les écueils. Composée de 150 citoyens sélectionnés via un tirage au sort stratifié, la Convention citoyenne pour le climat (CCC)...

Du même auteur

« Le passage par l'art nous rend sensibles »

La politique peut se nourrir d’expérimentations artistiques. À Sciences Po, l’idée a fourni son concept à un cursus dédié. Entretien avec sa directrice Frédérique Aït-Touati. Un master consacré aux arts politiques à Sciences Po ne va pas de soi. Quelle est sa raison d’être ?Créé par le philosophe Bruno Latour, ce master est né d’une conviction simple : l’art doit avoir une place dans la réflexion et la décision politiques. ...

La politique des rêves

Aujourd’hui, séries, jeux vidéo et romans à succès produisent une synchronisation inédite de nos imaginaires, canalisant la rêverie. Une tendance à rebours des sociétés chamaniques, où les rêves sont analysés en tant qu’objets politiques. Entretien avec un anthropologue. Nos sociétés occidentales contemporaines ont-elles dépolitisé le rêve ?Le rêve est un puissant révélateur de la façon dont les collect...

La politique empêchée

La politique peine à faire de l’imagination un véritable outil de transformation sociale. Pour Corinne Morel Darleux, ex-politicienne et romancière, s’en priver condamne à l’impuissance.  Une personne élue a-t-elle le temps et l’espace, mais aussi le droit et les moyens, d’être imaginative ?Mon premier constat, après quinze ans d’engagement, est que nous manquons cruellement de renouvellement des horizons politiques, que ce soit dans les partis ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules