Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La représentation en question

Démocratie et représentation Mythe d'un mariage naturel

Le serment du Jeu de paume, Jacques-Louis David, 1791. Ce serment est un engagement solennel d’union pris le 20 juin 1789 à Versailles par 300 députés du tiers état, ainsi que certains députés du clergé et de la noblesse lors des États généraux de 1789.
Le serment du Jeu de paume, Jacques-Louis David, 1791. Ce serment est un engagement solennel d’union pris le 20 juin 1789 à Versailles par 300 députés du tiers état, ainsi que certains députés du clergé et de la noblesse lors des États généraux de 1789.

Depuis les révolutions politiques des XVIIIe et XIXe siècles, la représentation est indissociable de nos régimes. Pour autant, elle n’est pas une condition suffisante, ni même nécessaire, de la démocratie. Quelles conceptions de la représentation ont jalonné l’histoire des régimes modernes ?


Dans le sens commun, démocratie et représentation sont combinées, au point de paraître indissociables. Au mieux observe-t-on quelques variations lorsque le commentateur avisé oppose la démocratie directe à la représentative, ou lorsqu’il tempère cette dernière par l’ajout d’ingrédients participatifs ou délibératifs – sans qu’apparaisse d’ailleurs très clairement la distinction entre tous ces termes. Dans tous les cas, la teneur représentative de la démocratie et la teneur démocratique de la représentation restent d’autant plus indivisibles qu’elles constitueraient l’origine et l’essence même de nos régimes.

Un détour par l’Histoire permet cependant de déconstruire fermement et sans trop de polémique la naturalité de cette association, qui relève bien plutôt du mythe que de la réalité : les régimes représentatifs modernes, nés des révolutions politiques des XVIIe et XVIIIe siècles (anglaise, américaine puis française), non seulement ne sont pas nés comme des régimes démocratiques, mais se sont même constitués en opposition explicite et volontaire à la démocratie. Ce n’est que chemin faisant, et au prix de bien des combats politiques, que les deux termes ont pu se croiser en une association plus ou moins heureuse, plus ou moins solide et qui, aujourd’hui encore, est régulièrement mise en cause.

Les révolutions politiques fondatrices de la modernité ont accouché de régimes libéraux et non démocratiques, s’élevant, avant tout, contre l’absolutisme.

Les révolutions politiques fondatrices de la modernité, aussi plurielles soient-elles, ont accouché de régimes libéraux et non démocratiques. Portés par le renouveau d’une force sociale (la bourgeoisie) et d’une philosophie (le libéralisme et les droits naturels), ces événements s’élèvent d’abord et avant tout contre un ennemi commun : l’absolutisme d’ancien régime et l’arbitraire du pouvoir qui en découle. La fiscalité joue un rôle déterminant qui fondera la source de la légitimité politique nouvelle : contre la transcendance de la volonté divine, l’immanence du consentement à l’autorité et donc le choix de ses représentants.

Discutée par les pères fondateurs1, l’élection devient alors le mode de sélection de cette autorité politique collectivement consentie. En tant que choix individuel de représentants dépositaires de l’autorité, elle fait intervenir la volonté et s’oppose donc directement à l’absolutisme de droit divin. Mais ses vertus recouvrent également la volonté explicite de s’opposer à un autre ennemi, jugé tout aussi dangereux : la démocratie et, avec elle, le mode de sélection qui y est historiquement associé depuis Athènes, le tirage au sort. Ce que recouvre l’élection, c’est l’idée libérale de délégation de souveraineté auprès d’une élite choisie, par opposition à l’idée démocratique d’exercice populaire et de justice distributive du pouvoir, portée, elle, par le tirage au sort.

La démocratie athénienne

En cela, les régimes représentatifs sont historiquement constitués par opposition à la démocratie, pour au moins deux raisons. La première, c’est donc cette nature intrinsèquement aristocratique de l’élection (le choix des meilleurs), voulue par les pères fondateurs afin qu’émerge une élite issue des rangs de la bourgeoisie et à même de gouverner. La seconde, c’est ce que Bernard Manin2 appelle « le principe de distinction » : un ensemble de normes culturelles et de dispositions institutionnelles qui garantissent volontairement une forte marge d’indépendance aux représentants, leur permettant d’échapper à un contrôle démocratique trop important. Parmi ces dispositions, le choix du suffrage censitaire (le suffrage universel n’intervenant que beaucoup plus tardivement et sous la pression du mouvement ouvrier), l’absence de mandats révocables et impératifs, l’absence de contraintes légales sur les promesses et programmes électoraux, etc.

En ce sens, le gouvernement représentatif, nouvel étalon de la modernité politique, ne se caractérise à l’origine par aucun des grands principes qui fondèrent la démocratie athénienne, référence bien connue des penseurs libéraux : tirage au sort, rotation des fonctions politiques, incitation à la participation, valorisation des vertus civiques de la citoyenneté, etc. La politique n’apparaît plus que comme un mal nécessaire, le garant de l’égale liberté devant la loi, permettant « la sécurité dans les jouissances privées » (Benjamin Constant3). Le gouvernement représentatif peut dès lors se réduire à une simple procédure d’institution et de destitution pacifique des gouvernants à intervalle régulier (Karl Popper), loin de l’idéal démocratique d’un exercice effectif du pouvoir par le plus grand nombre.

Élitiste par nature, le gouvernement représentatif s’apparente d’abord à un parlementarisme des notables.

Dans son célèbre ouvrage Principes du gouvernement représentatif4, Bernard Manin constate que, si ces régimes modernes se sont constitués à rebours de l’idéal démocratique, des rapprochements ont néanmoins pu s’opérer, à partir de la fin du XIXe siècle et durant une grande partie du XXe siècle. Élitiste par nature, le gouvernement représentatif s’apparente d’abord à un parlementarisme des notables, faisant émerger figures aristocratiques et élites sociales, selon les principes évoqués. Mais la pression croissante du mouvement ouvrier va forcer la démocratisation progressive de l’équilibre libéral. L’instauration du suffrage universel, d’abord, et la formation des organisations de masse, ensuite, vont favoriser tout à la fois l’intégration politique des classes populaires (via le jeu électoral, mais aussi via le rapport de force induit par le mouvement ouvrier), la structuration de corps intermédiaires puissants et la politisation des masses. Ce faisant, la représentativité sociale des régimes libéraux s’accroît progressivement. La question sociale devient un enjeu politique difficilement évitable, favorisant les mesures de progrès social et la diminution relative des inégalités en fait – et non seulement en droit. Passée l’étape du gouvernement des notables, le gouvernement représentatif connaît alors une phase de démocratisation qui s’accompagne d’un sentiment de rapprochement entre représentants et représentés, incarné par les figures d’ascension sociale au sein des partis liés au mouvement ouvrier (socialistes et communistes). Durant cette période, la représentation semble basculer du pôle de l’incarnation, unifiant une volonté par-delà les particularismes (du principe allemand de « Repräsentation ») à celui de la pluralité, exprimant la diversité des intérêts sociaux et politiques (du principe allemand « Vertretung »).

Représentation spectacle

Ce lent mouvement de démocratisation a pourtant fini par s’enrayer, au point de donner aujourd’hui le sentiment qu’il fait machine arrière. Sous l’effet du recul du mouvement ouvrier et du triomphe de la pensée néolibérale, le dernier quart du XXe siècle a vu s’accroître sans cesse le phénomène archi-commenté de la « crise de confiance » de la démocratie représentative. Le démantèlement des corps intermédiaires, le recul de la socialisation politique et de l’ascension sociale permises par les organisations de masse, conjuguées au rapprochement idéologique d’alternances politiques gagnées par le technocratisme néolibéral, ont creusé une brèche croissante de crise de représentativité dont la volatilité électorale et l’abstentionnisme incarnent les aspects les plus visibles.

Si seule l’élection à intervalles réguliers subsiste comme critère décisif de nos régimes, que reste-t-il alors d’effectivement démocratique en démocratie représentative ?

En toile de fond, le nouvel accroissement des inégalités sociales et la mise en spectacle médiatique des fonctions représentatives ont favorisé le passage à une « démocratie du public », n’ayant de démocratique que le rapport direct et mouvant entretenu par les représentants sur les représentés. Désormais, ce ne sont plus les clivages sociaux qui déterminent les clivages politiques, mais des représentants communicants qui impriment leurs propres clivages, souvent flous et artificiels, afin de se placer au centre du jeu politique. Que ce soit par l’éloignement social réel ou par le jeu symbolique des faiseurs d’opinion publique, la marge d’indépendance des gouvernants s’accroît à nouveau fortement, là où elle avait semblé se réduire de manière importante durant près d’un siècle.

Comme à l’origine libérale du parlementarisme, la « démocratie » semble à nouveau se réduire à l’État de droit et à la défense des libertés individuelles. Pourtant, de plus en plus de voix s’élèvent pour faire part de leur inquiétude, y compris sur ce terrain censé constituer le noyau des régimes représentatifs : si la gouvernance néolibérale se marie aussi facilement avec des formes autoritaires et la mise en question de nombreuses libertés publiques, si seule l’élection à intervalles réguliers subsiste comme critère décisif de nos régimes, que reste-t-il alors d’effectivement démocratique en démocratie représentative ? Plus que jamais, le mythe du mariage naturel entre démocratie et gouvernement représentatif mérite d’être mis en question, à l’aune des évolutions des dernières décennies.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Un monstre en gestation ?

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. » Cette citation d’Antonio Gramsci peut nous aider à comprendre la situation politique que nous traversons actuellement en France. Le niveau d’abstention historique lors des dernières élections municipales met à mal la légitimité des élus locaux. Les maires, pourtant les représentants politiques les plus appréciés des Français, se trouvent eux aussi confrontés à cette crise aiguë de c...

Fragile représentation syndicale

Les syndicats français sont-ils encore représentatifs ? Et de qui ? Si les réformes successives ont simplifié les instances représentatives, elles ont aussi réduit le nombre de représentants, tout en les éloignant de leur base. Les paradoxes du syndicalisme français sont bien connus. Alors que le taux de syndicalisation est particulièrement faible – quelque 11 % de la population active –, les syndicats conservent une réelle ca...

Représenter la nature

Comment représenter la nature dans la vie de la Cité ? Les non-humains peuvent-ils et doivent-ils y être représentés ? Retour sur quelques expérimentations mêlant spectacle vivant, avancées législatives et réflexion universitaire. La délégation de la Forêt s’avance à la tribune, puis celle de l’Atmosphère, puis celle des Océans, puis celle des Espèces menacées, puis celle de l’Amazonie. Elles vont rejoindre les dél...

Du même auteur

Populismes : un épouvantail commode

Le terme attrape-tout de « populisme » sert principalement à disqualifier les nouvelles formes de contestation de l’ordolibéralisme et à sceller des clivages réducteurs. Son usage souligne l’urgence d’une rénovation démocratique. Le discours politico-médiatique s’est pris de passion pour la vague populiste qui déferlerait aujourd’hui sur le monde. Elle est vue parfois comme une curiosité, rarement comme un espoir, le plus so...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Retrouver la confiance

Depuis les années 1980, le système représentatif traverse une crise aiguë de confiance. Pour comprendre ce que recouvre ce constat, il convient de contextualiser les éléments de cette crise, afin d’en déterminer les aspects les plus saillants. La crise de la représentation politique, constatée et discutée par les commentateurs de tous bords, est probablement aussi vieille que la représentation elle-même, au point que certains la définissent co...

1 James Harrington (1611-1677) et Montesquieu (1689-1755) notamment.

2 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Calmann-Lévy, 1995.

3 Benjamin Constant, « De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes », 1819.

4 Bernard Manin, op. cit.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules